Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas

L’architecture des villes de Syrie offre des visages contrastés à l’image des conditions géographiques et environnementales qui les caractérisent : le littorale maritime, les zones semi-désertiques, les plaines alluviales, etc. Les matériaux de construction varient aussi selon l’environnement dans lequel la ville se trouve. La situation de Damas au milieu de l’oasis Ġūṭa1 permettait jadis de se procurer quatre types de matériaux de construction sans avoir recours à des modes de transport couteux : la pierre, l’argile (brique), le bois et la chaux (Pascual 1990: 387-388).

Figure 1 Schéma reconstituant l''utilisation du libn et l’alternance des pierres, dans la façade de l’īwān dar Ḥafiẓ bik al-ʻAẓīm (XVIIIe siècle) de Damas. © Imane Fayyad
Figure 1 Schéma reconstituant l »utilisation du libn et l’alternance des pierres, dans la façade de l’īwān dar Ḥafiẓ bik al-ʻAẓīm (XVIIIe siècle) de Damas.© Imane Fayyad

Les pierres provenaient du mont Qāsyūn, le bois des peupliers de la vallée du Baradā et l’argile de la terre de la Ġūṭa. Ainsi, la ville de Damas adopta, en premier lieu, pour ses constructions les matériaux aisément accessibles : la terre (argile) et le bois. Mais un autre type de construction se trouve aussi : la construction en pierre associée au bois ou au ṭūb/libn, briques (Figure 1).

 

La construction en pierre
En raison de son coût élevé, on trouve la pierre surtout dans la construction des maisons les plus riches. Elle constitue le

 Figure 2. Exemple d'une construction en pierre et bois dans la façade est de la demeure al-Saqqā ’Amīnī de Damas (XVe siècle). © Imane Fayyad
Figure 2. Exemple d’une construction en pierre et bois dans la façade est de la demeure al-Saqqā. ’Amīnī de Damas (XVe siècle). © Imane Fayyad

matériau de base des murs de fondation assurant ainsi une solide résistance à l’ensemble. Au rez-de-chaussée, les murs, épais de 0,60 -0,90 m, sont formés par trois couches (Šarbağī 1988 : 20): la couche extérieure est bâtie en moellons (dabiš) non polis et éventuellement recouverts par une couche de terre. Ils s’élèvent jusqu’à une hauteur de 2 m, c’est-à-dire jusqu’aux arcs des ouvertures des portes et des fenêtres inférieures. Ils sont achevés par la suite avec le ṭūb/libn (briques) et renforcés par des troncs de peupliers (al-Ḫayr1982: 386), disposés horizontalement et verticalement comme le montre la façade est de la demeure al-Saqqā ’Amīnī de Damas (Figure 2). La couche intermédiaire est en moellons tandis que la couche intérieure donnant sur l’intérieur de la maison, est formée de deux parois parallèles et contiguës en pierre. La paroi externe qui constitue la façade donnant sur la cour intérieure a un revêtement en pierre polie et travaillée. Il s’agit de pierres de couleur (blanche, jaune et noire) d’une épaisseur de 5 à 10 cm apportant ainsi un élément de décoration à la cour (Maury 1988: 36; Fayyad 2016: 295).

Figure  3. Paroi externe en pierre dans les maisons de Damas. © Imane Fayyad et DGAM
Figure  3. Paroi externe en pierre dans les maisons de Damas. © Imane Fayyad et DGAM

Enfin, le volume compris entre les deux murs (intérieur et extérieur) est rempli par des moellons et du mortier. On plaçait parfois, en haut des murs, des pièces de bois horizontales afin d’apporter aux murs force et cohésion (al-Ḫayr:1982 : 386). Les rangées de pierre sont unifiées au moyen d’une provision formée de chaux et de terre qui en font un bloc intégral (al-Qāsimī 1960: 52). Les murs en pierre, de soutien (du point de vue de la construction), en général ne sont guère plus hauts qu’un étage, à l’exception de certaines façades internes sur la cour (Figure 3).

 

La construction en ṭūb/libn
Le ṭūb/libn (brique) constitue le matériau le plus utilisé dans la construction. On y a recours pour terminer les murs de pierre dans les maisons et les palais au niveau du premier étage (Šarbağī 1988 : 20), ou pour bâtir entièrement la maison de celui qui ne peut s’offrir une construction en pierre.2.

Figure 4. Construction en ṭūb/libn dans la demeure al-Šahbandar de Damas (XVI e -XVIIe siècle). © Imane Fayyad
Figure 4. Construction en ṭūb/libn dans la demeure al-Šahbandar de Damas (XVI e -XVIIe siècle). © Imane Fayyad

Les libn3 moulés ont des dimensions de 0,18 x 0,18 x 0,8 m et sont assemblés en rangées horizontales de telle sorte que chaque libnah  repose sur deux autres, ce qui contribue à améliorer la cohésion des murs. Les blocs de libn adhèrent entre eux par l’intermédiaire d’une provision d’argile additionnée d’eau uniquement, sans paille ni pelure de chanvre (Fayyad 2016 : 296) (Figure 4).

Lorsqu’il s’agit d’un mur de soutien, les parties du mur sont liées par des supports en bois (Ḥalbūnī, Duġmān 1997: 24) formant un réseau s’allongeant horizontalement et verticalement de façon régulière, de sorte que tous les points de contact sont liés pour assurer plus de force et d’adhésion. Dans le cas où le mur est isolé, les troncs des peupliers sont irrégulièrement répartis en liens horizontaux et verticaux (hourdage) reposant sur les assises emplies de libn et recouvert d’un enduit de boue (Miʻmārī, ’Aġī 1992 : 55) (Figure.3). On trouve dans la ville de Damas, d’autres techniques pour la construction des murs, notamment la construction par dak et ṭābbiyya. Ceux qui ne pouvaient avoir recours à la pierre bâtissaient leurs demeures de cette façon. C’est une terre spéciale appelée « dak », produite en ajoutant de la chaux à la terre, qui donne son nom à ce type de construction. On déposait le mélange entre deux planches de bois calculées selon des longueurs et des largeurs déterminées par la volonté du propriétaire de la construction. Puis, on liait ensemble avec des cordes ces planches et on fermait les deux autres côtés avec deux autres planches plus petites. Dans ce creux, on déposait la terre ou le sable mélangé avec la chaux jusqu’à remplir le vide entre les deux planches. C’est ce qu’on appelait al-ṭāba ; ṭawwāb désignant la personne qui le préparait. On procédait ainsi à un ṭūb après l’autre jusqu’à l’achèvement du mur qui donnait l’impression de ne constituer qu’une seule pièce intégrale (al-Ḫayr 1982 : 384).

Après leur construction, les murs en libn et dak sont peints, avec de la boue ou zrīqa, formée de terre rouge et de paille. Les murs en sont enduits sur leur façade extérieure : ceci s’appelle kilsah turābiyya (couverture en terre) ; la zrīqa se compose d’un mélange de chaux et de paille de chanvre. Pour les murs extérieurs, on utilisait une boue fine mélangée à de la paille (al-Qāsimī1960: 296-297). Ce processus de couverture avec de la boue ṭaṭīnn (enduit) représente le facteur le plus important pour la conservation de la construction et sa capacité à résister à l’effet des différents facteurs climatiques.

Les maçons et les architectes damascènes ont montré leur adresse à utiliser ces matières naturelles qui ont su prouver leur résistance au temps. Mais ils ont su aussi les sublimer dans la sculpture, et l’ornementation au moyen de substances et de métaux précieux. Ainsi trouve-t-on ces belles demeures qui constituent un des aspects, trop méconnu, du patrimoine domestique de la Syrie.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Imane Fayyad, “Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/05/2021, https://ane.hypotheses.org/9632. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Imane Fayyad, “Techniques et vocabulaire de la construction dans la maison traditionnelle à Damas,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/05/2021, https://ane.hypotheses.org/9632.

 

Pour en savoir plus
Ḥalbūnī, Ġ, Daġmān, M. 1997. « Istiḫdām mādit al-ṭīn fī ‘amāra al-maskan al-‘arabī maḍiya wa ḥaḍira wa mustaqbala», Revue Bāssil al-Assad li al-‘ulūm al-handasīya, t. 8, Damas, p. 16-39.
al-Ḫayr, Ṣ. 1982. Dimašq, (dirāsah fi ğuġrāfiyt al-mudun), PMSC, Damas.
Fayyad, I. 2016. L’habitat domestique à Damas, Homs et Hama aux époques mamelouke et ottomane (XIIIe- XVIIIe siècle), Thèse de doctorat, Université de Picardie (Jules Verne), École Pratique des Hautes études, Paris, France.
Maury, B. 1988. « La maison damascène au XVIIIe et au XIXe siècle» in L’habitat traditionnel dans les pays arabes autour de la Méditerranée, l’héritage architectural : formes et fonctions, publications de l’IFAO, vol. I, p. 1- 42.
Mi‘mārī, Ū, ’Aġī, ’A. 1992. Dimašq al-‘arāqah wa al-mu‘ṣira, dalīl siyāḥī šāmil li madīnat Dimašq, Damas.
Pascual, J.-P. 1990. « Du notaire au propriétaire en passant par l’expert : Description de la « maison » damascène au XVIIIe siècle», L’habitat traditionnel dans les pays musulmans autour de la Méditerranée, II, Le Caire, p. 387-403.
al-Qāsimī, M. S. 1960. Qāmūs al-ṣinaʻāt al-dimašqiyya, vol. 1, 2, Paris. Mouton, La Haye.
Šarbağī, M, M. 1988. al-‘Anāṣir al-mi‘māriyya al-mumayzah fī l-bayt al-dimašqī wa mulā’mtiha li l-bī’a wa al-manāḫ, Mémoire présenté à la faculté d’architecture de Damas.
Tresse, R. 1929. « L’irrigation dans la Ghouta de Damas », 3 REI, p. 461-574.

  1. La  Ġūṭa (l’Oasis de Damas) -ce nom signifie « la terre basse » – est une vaste oasis au pied de l’Anti-Liban. Elle s’étend aussi loin que les eaux courantes et les eaux d’infiltration du Baradā permettent d’entretenir une végétation arbustive. C’est une zone verdoyante entre la montagne décharnée et la steppe chauve qui s’étend vers l’est jusqu’à l’Euphrate (Tresse1929 : 463). []
  2. Aucune maison construite entièrement en libn et datant des XIVe, XVe, et XVIe siècles n’a subsisté dans la vieille ville de Damas ; mais on peut trouver encore quelques spécimens dans le quartier du Midān ou de Qanawāt, quartiers situés à l’extérieur de la muraille. Ces maisons datent probablement du XVIIIe ou du XIXe siècle. []
  3. Matériau de construction fait de terre crue (terre argileuse) et de paille hachée. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.