La malédiction d’Ištar

La malédiction d’Ištar – une malédiction en effet !

Poussé par la curiosité, je viens de regarder le récent téléfilm de Sam Yates La Malédiction d’Ishtar que me proposait la médiathèque de ma ville (en VO, Agatha and the curse of Ishtar). Le résumé indiquait : « Durant l’hiver de l’année 1928, Agatha Christie souffre de son récent divorce et de sa soudaine célébrité. Elle décide de faire un voyage en Irak, où des fouilles archéologiques ont lieu. Bien malgré elle, la romancière se retrouve mêlée à des histoires d’amour, et à une série de meurtres… »

 

De fait, le cadre de ce film est la fouille d’Ur par Leonard Woolley. Connaissant  les lieux puisque j’ai participé aux fouilles de ce site qui ont repris en 2015 et bien au fait de l’histoire antérieure des recherches archéologiques, j’espérais passer une bonne soirée. Hélas ! J’ai été horrifié par la façon dont scénaristes et réalisateur ont travesti la réalité – d’autant qu’ils cherchent à donner au spectateur non prévenu le sentiment d’une reconstitution historique romancée.
Du point de vue formel, d’abord, rien à voir avec la réalité, puisque les extérieurs ont été tournés… à Malte ! La maisons de fouille, une somptueuse villa en pierres, n’a rien à voir avec les conditions spartiates de la mission historique, qui vivait dans une maison de briques sans électricité. Quant au site, on ne le voit guère – une seule vue permet d’apercevoir la ziggourat, dans son état actuel suite à la restauration des années 1960, et pas telle que Woolley l’avait dégagée… Un seul Irakien est présent, à qui incombe un rôle un peu ridicule : par économie sans doute, aucune vue ne montre le chantier en activité et il n’est fait aucune allusion aux 200 à 300 ouvriers irakiens qui travaillèrent chaque année pendant plusieurs mois sur le site. Je passe sur la façon dont les tombes royales du IIIe millénaire sont devenues la tombe de Nabuchodonosor… L’histoire est celle d’un trafic d’antiquités qui n’a aucun sens, quand on oublie de dire qu’il existait à l’époque un partage des découvertes entre le musée de Bagdad et les musées qui finançaient les fouilles (en l’occurrence le British Museum et le Penn Museum de Philadelphie, et non pas des mécènes privés).
Mais le plus scandaleux est la façon dont sont représentés Leonard Woolley et son épouse Katharine : ils ne semblent intéressés que par le fun et le sex, alors qu’ils furent des travailleurs acharnés, contraints de se marier au nom de la bienséance, une femme célibataire ne pouvant faire partie d’une mission d’hommes… Je m’étonne enfin que le Agatha Christie Trust ait donné son accord pour un tel film, dans lequel Lady Agatha et son mari Sir Max Mallowan ont des rôles peu reluisants : mais j’imagine que l’on n’est pas trop regardant quand il y a des royalties à la clé… Bref, si vous voulez passer un bon moment, lisez ou relisez Meurtre en Mésopotamie ou Rendez-vous à Bagdad !

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Dominique Charpin, “La malédiction d’Ištar”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 02/05/2021, https://ane.hypotheses.org/9614. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Dominique Charpin, “La malédiction d’Ištar,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 02/05/2021, https://ane.hypotheses.org/9614.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.