La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur

 

Une découverte qui fit grande sensation au début du XXe s. fut le cimetière royal d’Ur. Leonard Woolley popularisa ses découvertes avec des conférences, l’écriture de livres et articles et une exposition qui se tint au USA en 1931, lorsque les fouilles d’Ur continuaient encore. L’une des tombes les plus spectaculaires fut celle de la reine Puabi, qui depuis sa découverte en 1927 a enthousiasmé l’imagination du public.

 

La tombe de Puabi (fig.1), PG 800, est composée, comme les autres 15 tombes royales de ce cimetière,  d’une chambre et d’un couloir, construits avec des moellons de calcaire blanc non équarris et des briques. Déjà l’utilisation de la pierre, absente de la Mésopotamie méridionale, démontre l’importance de la tombe. Et la quantité et la richesse des objets qui remplissaient la chambre et le dromos sont une autre preuve de son importance.  Mais le couloir attribué à la tombe PG 800 par Leonard Woolley est celui d’une autre tombe, plus récente et dont la chambre royale n’a pas été reconnue. Le couloir de Puabi doit donc être sous la tombe voisine PG 789 mais n’a pas été fouillé. Ainsi, c’est seule la chambre mortuaire de Puabi qui peut véritablement nous renseigner sur elle. Cette chambre contenait à part le corps de la reine, les corps de trois autres personnes et une grande quantité d’objets très riches. On a calculé que le poids total des bijoux portés par la reine s’élevait à 5 kg!

 

Tombe PG 800 sans dromos
Tombe PG 800 sans dromos

Parmi les objets, un sceau cylindrique était inscrit au nom de   nin Puabi: le signe sumérien NIN correspond à l’akkadien bēltu (madame) ou à l’akkadien šarratu (reine). Ainsi, qui était cette femme si riche et pour laquelle au moins trois personnes ont été tuées pour l’accompagner et la servir dans l’au-delà? Était-elle une reine ou une dame de haut rang ?
Si trois personnes ont été tuées après sa mort et pour l’accompagner dans l’au-delà, Puabi était vraisemblablement une reine. Morte à une quarantaine d’années, elle avait été déposée dans un cercueil de bois sur le dos-au contraire de la position foetale qui est la plus commune dans les tombes mésopotamiennes- le corps couvert de bijoux d’or, argent, lapislazuli, cornaline, et autres pierres précieuses qui témoignaient de longues relations commerciales. Mais  au delà de la richesse, les couleurs des pierres et des métaux et les sujets représentés dans ces bijoux faisaient allusion à la symbolique de la vie, de l’abondance et du rapprochement de la royauté à la sphère divine.

 

Lyre Retrouvé dans la tombe de Puabi (Woolley UE II)
Lyre Retrouvé dans la tombe de Puabi (Woolley UE II)

On ignore encore de quel roi elle était l’épouse. Leonard Woolley avait suggéré que son époux pouvait être identifié avec le roi enterré dans la tombe PG 789, puisque la tombe de Puabi avait été construite presque dessus. Certains historiens ont même supposé qu’elle n’était même pas l’épouse principale d’un roi: et pourtant il faut bien reconnaître que les honneurs qui lui sont rendus sont royaux: sacrifice de ses serviteurs, richesse des objets et même un sceau qui la proclame « reine »: même si Puabi n’est pas dans la liste royale sumérienne1 et elle ne se dit pas « épouse du roi » comme la majeure partie des autres femmes royales, mais « reine ». Il est vraisemblable qu’elle ait pu régner probablement pour une courte période, à la vacance du pouvoir mâle, soit que le successeur de son défunt mari ait été trop jeune pour monter sur le trône, soit pendant une/plusieurs absence/s du roi parti à la guerre. C’est l’exception qui confirme la règle, car en Mésopotamie le pouvoir a été masculin.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/04/2021, https://ane.hypotheses.org/9591. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La tombe de la reine Puabi dans le cimetière royal d’Ur,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/04/2021, https://ane.hypotheses.org/9591.

Pour aller plus loin
D. P. Hansen, H. Pittman, L. Horne, R. L. Zettler, Treasures from the Royal Tombs of Ur. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 1998.
R. S. Moorey, What do we know about the People Buried in the Royal Cemetary of Ur ? Expedition 20/1: 24-40.
H. Nissen, Zur Datierung des Königsfriedhofes von Ur. Bonn: Rudolf Habelt, 1966.
S. Pollock , “Women in a men world: images of Sumerian women”, In Engendering Archaeology: Women and Prehistory, eds. J. Gero & M. Conkey, 1991a, Oxford: 366-387.
S. Pollock, The Royal Cemetery of Ur : Ritual, Tradition, and the Creation of Subjects. In M. Heinz et M. H. Feldman (eds), Representations of Political Power: Case Histories from Times of Change and Dissolving Order in the Ancient Near East, 1991b: 89-110.
S. Pollock, “The royal cemetery of Ur.” Cambridge Archaeological Journal 1, 1991b: 171-189.
L. Woolley, The Royal Cemetery, UE II. London, 1934.

  1. la liste qui énumère les rois mésopotamiens []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.