Les tombes royales néo-assyriennes

En 1989, pendant les travaux de restauration de la ville et du palais de Nimrud, la première des nouvelles capitales assyriennes du Ier mil. BCE,  une mission irakienne trouva plusieurs tombes royales. Ce fut une découverte exceptionnelle puisqu’elles n’avaient pas été pillées. Mais les événements politiques internationaux des années 1990 ont fait passer presque inaperçue cette découverte.

 

Palais nord-ouest de Nimrud, avec localisation des tombes (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Palais nord-ouest de Nimrud, avec localisation des tombes (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

Dans la partie sud du palais, au-delà du bitanu1 et  autour des pièces considérées « privées », les fouilles irakiennes découvrirent quatre hypogées contenant les restes de quatre reines et un « complexe funéraire » sans ossements. Ce dernier fut pillé en antiquité et il est  considéré comme la sépulture collective de personnages  liés à la cour qui aurait été pillée en 612 BCE, au moment de la chute de l’empire néo-assyrien.  Les autres tombes sont inviolées et au-delà de la richesse des objets découverts, permettent de renouveler notre compréhension du pouvoir royal et de la position des reines au sein de la cour. Car jusqu’à cette découverte, on ne connaissait pratiquement rien des reines néo-assyriennes, à part Naqi’a.

Intérieur d'un hypogée royal, avec au premier plan le sarcophage (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Intérieur d’un hypogée royal, avec au premier plan le sarcophage (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

Les tombes sont tous des sépultures souterraines composées chacune d’une chambre (=hypogée) voûtée, en briques cuites, contenant un à trois sarcophages en terre cuite et d’une antichambre aussi voûtée et accessible depuis la surface de la ville par un puits vertical et quelques marches.
Les tombes I et IV restent d’identification difficile2, mais les tombes II et III ont rendu les corps de trois reines: Mullissu-mukannishat-Ninua, épouse d’Assurnasirpal II (qui régna entre 883 et 859 BCE), Yabâ, épouse de Teglath-phalasar III (745 -727 BCE) et Ataliya, épouse de Sargon II (722-705 BCE).
C’est grâce aux objets inscrits que les tombes ont pu être identifiées.

Collier en or avec symboles de fertilité (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Collier en or avec symboles de fertilité (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

La tombe plus ancienne est la III, celle de Mullissu-mukannishat-Ninua: l’antichambre contenait trois sarcophages d’un siècle au moins plus récents,  et une grande quantité d’objets en or: une couronne, des colliers en or et pierres précieuses, des colliers en pierres précieuses, des boucles d’oreille, des bracelets, de la vaisselle en or… La chambre avec le cadavre de la reine, en revanche, avait été déjà pillée au moment où les trois sarcophages furent ajoutés. Mais les voleurs n’eurent pas le temps de tout vider. Ainsi ils restent ici des beaux objets, bien que la richesse de la tombe II, inviolée, est incomparable. Parmi les objets restants dans la tombe III se trouve un sceau appartenant à Hama, épouse de Shalmaneser V, qui a vécu un siècle après Mullissu-mukannishat-Ninua: c’est à ce moment là que la tombe fut pillée? Et pourquoi ce sceau? Appartenait-il à l’un des corps enterrés dans l’antichambre de la tombe de Mullissu-mukannishat-Ninua?

 

ornement de vêtement (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
ornement de vêtement (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

La tombe II a été construite pour l’une des femmes de Teglath-phalasar III, Yabâ, qui portant un nom araméen (signifiant « la belle ») était probablement originaire de Syrie-Palestine. Des nombreux objets sont enterrés avec elle et aussi une tablette funéraire dans laquelle la reine menace quiconque ouvrira sa tombe pour mettre un autre corps ou voler ses objets des pires maux:

« Sous le commandement de Šamaš, Ereškigal et Anunnaki, les grands dieux des enfers, la destinée mortelle
frappa la reine Yabȃ dans la mort, et elle a parcouru le chemin de ses ancêtres. Quiconque, dans le temps à venir,
que ce soit une reine qui siège sur le trône ou une dame du palais qui est une favorite du roi, qui me retire de
ma tombe, ou place quelqu’un d’autre avec moi, ou met la main sur mon des bijoux avec une mauvaise intention ou brise le
sceau de ce tombeau sur terre, puisse son esprit errer dehors sous les rayons du soleil dans la soif.  Que dans l’Au-delà avec les Anunnakku il ne reçoive  aucune offrande de libation d’eau, de bière, de vin ou de repas, mais au lieu de cela, puissent Ningišzida et (…lecture impossible), les grands dieux des enfers, infliger à son cadavre une agitation éternelle ».

Bagues en or (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Bagues en or (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Vases en cristal de roche (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Vases en cristal de roche (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

On avait dû oublier cette menace car une vingtaine-quarantaine d’années après, la tombe fut ouverte pour y enterrer la reine de Sargon II, Ataliya, elle aussi probablement d’origine ouest-sémite, peut-être judéenne.
Parmi les objets retrouvés, presque tous en or et pierres précieuses, il y a une couronne, des colliers, des bagues, des anneaux, des ceintures en or, quelques vases en pierre, un miroir en bronze! Mais le plus surprenant fut la découverte d’un vase en or et d’un vase à cosmétiques inscrits au nom d’une troisième femme, Banitu. Il pourrait s’agir de la femme de Shalmaneser V, dont les objets auraient été hérités par Ataliya. Ou il pourrait s’agir de Yabâ qui aurait pris un nom assyrien après la mort de son époux pour mieux garder sa position à la cour assyrienne: Banitu est en effet la traduction assyrienne de Yabâ. La première hypothèse est plus vraisemblable, car dans les deux vases inscrits à son nom, la reine se dit « épouse de Shalmaneser » V, qui régna brièvement entre Teglath phalasar III et Sargon II (entre 727 et 722 BCE). Mais alors, le corps identifié avec Ataliya, pourrait-il être celui de Banitu? Il est plus facile de penser que Ataliya récupéra d’une manière ou d’une autre les objets d’une reine précédente que de penser que Banitu puisse être identifiée avec le deuxième cadavre trouvé dans la tombe, sans pouvoir expliquer comment les objets d’Ataliya se trouvent ici (et d’ailleurs en plus grand nombre que ceux de Banitu).
Autre question, qui entre Banitu (dont les deux vases étaient conservés dans la tombe II) et Hama (dont le sceau était conservé dans la tombe III)  était l’épouse principale de Shalmaneser V? Et où ces reines ont été enterrées? D’ailleurs, quel membre de la famille royale avait le droit d’être enterré sous le palais de Nimrud? Il y avait-t-il une distinction « genrée » des morts royaux?

 

Miroir en bronze (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)
Miroir en bronze (depuis Hussein, Altaweel et Gibson 2016)

Dernières surprises et non des moindres furent les résultats des analyses paléo-pathologiques de ces corps. Yabâ mourut à une trentaine d’années et Ataliya aussi3. Mais le corps de cette dernière fut bouilli à une très forte température (150-200 °C) pendant plusieurs heures. On soupçonne qu’elle avait été victime d’une maladie contagieuse, et que ce long « bouillon » était censé prévenir le risque de contagion des gens qui devaient la préparer pour l’enterrer. Car un corps sans sépulture, était destiné à errer sans paix, ce qui arriva d’ailleurs à son époux, Sargon II.

Les tombes furent fouillées vite, certaines en une seule journée, car leur richesse risquait d’attirer des mauvaises surprises. Et heureusement, pendant la première et la deuxième guerre du golfe, les objets de ces tombes furent gardés à la banque centrale irakienne, ce qui a permis de les préserver.  Le chaos de ces années là n’a point permis à ces tombes royales d’avoir la même écho médiatique que d’autres découvertes comparables, comme celle de Toutânkhamon, ou celle du Cimetière royal d’Ur. Mais elles permettent d’approfondir la connaissance du passé et de faire perdurer le souvenir de ces épouses royales  dont jusqu’à là on avait même perdu le nom.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les tombes royales néo-assyriennes”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/04/2021, https://ane.hypotheses.org/9556. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les tombes royales néo-assyriennes,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 05/04/2021, https://ane.hypotheses.org/9556.

 

Pour aller plus loin
Collon, D. 2010. Getting it wrong in Assyria: Some bracelets from Nimrud. Iraq 72:149-162.
Hussein, M. M., M. Altaweel et McGuire Gibson 2016. Nimrud: the Queens’ Tombs, (Oriental Institute Miscellaneous Publications). Bagdad/Chicago: The Oriental Institue.
Niederreiter, Z. 2008. Le rôle des symboles figurés attribués aux membres de la cour de Sargon II : des emblèmes créés par les lettrés du palais au service de l’idéologie royale. Iraq 70: 51-86.
Svärd, S.  2015. Women and Power in Neo-Assyrian Palaces, (SAA 23). Helsinki: the Neo-Assyrian Text Corpus Project.

 

  1. termes de traduction difficile, probablement « cour intérieure » []
  2. dans la IV le sarcophage était vide au moment des fouilles []
  3. le corps de la tombe I était d’une reine d’une cinquantaine d’années, mais sans inscriptions qui puissent permette son identification []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.