La paléogénomique

 

En 1984, grâce aux développements de la biologie moléculaire, un cheval empaillé et une momie égyptienne ont été les premiers êtres vivants morts à donner les premières séquences d’ADN: la paléogénétique était née. Cette nouvelle discipline s’occupe donc d’analyser l’ADN d’hommes, animaux, végétaux et microrganismes ayant vécu dans le passé. On part de l’ADN contenu dans les ossements, les dents, les poils, ou les tissus de momies. Les résultats contribuent à l’avancée significative des connaissances en archéologie, paléontologie, paléopathologie et paléoécologie.

Représentation du déroulement des analyses paléogénétiques et paléogénomiques (Geigl 2018: fig.1)
Représentation du déroulement des analyses paléogénétiques et paléogénomiques (Geigl 2018: fig.1)

 

Très récemment, les progrès biologiques obtenus dans l’étude de l’ADN ont eu des conséquences importantes aussi pour l’archéologie et la paléontologie. Le séquençage de l’ADN ne concerne plus quelques gènes mais aussi des génomes entiers1, ce qui signifie une quantité énorme d’informations supplémentaires.

Mais l’ADN se dégrade vite à la mort des individus et il n’en reste que des traces. D’abord, les micro-organismes responsables de la décomposition des corps éliminent la majeure partie de l’ADN et laissent en outre leur trace génétique sur le squelette enterré. Puis, il y a des multiples attaques chimiques qui non seulement réduisent la taille des molécules d’ADN mais aussi en déforment  la composition.  Enfin, il faut une grande quantité d’ossements pour pouvoir en extraire un ADN de bonne qualité: un seul os de la main difficilement laissera parler son ADN.

Depuis une douzaine d’années, pourtant, des nouvelles techniques ont permis de résoudre ces difficultés. L’une des plus importantes fut l’invention d’une technique pour « recopier » les molécules d’ADN ancien, dite réaction de polymérisation en chaîne enzymatique (« PCR »). Cette technique a permis de cloner les molécules d’ADN en nombre suffisant pour pouvoir les utiliser dans les analyses génétiques.  Elle nécessite une attention particulière aux risques de contamination (combinaisons de protection, gants, masques, respect stricte de procédures de travail, méthodes de décontamination) pour éviter de fausser les résultats. Au début, il y a eu en effet quelques cas spectaculaires de restitution historique viciée par des erreurs de contamination2, mais vite rattrapés.

Les développements biologiques ont donné ainsi vie à des nouvelles disciplines comme la  paléogénomique,  ou la génétique des populations: et ils ont permis de reconstruire un tableau génétique des êtres vivants du passé. Depuis une douzaine d’années, on assiste à une révolution de nos connaissances autant en archéologie et paléoanthropologie, qu’en paléontologie, archéozoologie, archéobotanique et paléo-virologie. L’évolution humaine apparaît comme le résultat de multiples croisements, d’un métissage constant des hommes et d’une adaptation également constante aux différents écosystèmes colonisés.

Ces nouvelles données enrichissent la connaissance car jusqu’à maintenant les archéologues expliquaient le développement humain  en termes sociaux, économiques, culturels, voir écosystémiques, en oubliant la composante biologique. Désormais, à travers la paléogénétique comme à travers la neuroscience, les archéologues sont appelés à mieux comprendre l’humain en tant qu’être biologique et à élargir donc le spectre des raisons des ses évolutions.

 

Pour en savoir plus
E-M Geigl, 2018. La paléogénétique en tant qu’approche archéométrique au cours des 30 dernières annéesArcheoSciences 42/1: 135-144.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La paléogénomique”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/03/2021, https://ane.hypotheses.org/9527. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La paléogénomique,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/03/2021, https://ane.hypotheses.org/9527.

  1. un gène, situé sur le chromosome, est constitué d’une séquence d’ADN et conditionne la transmission des caractères héréditaires; un génome comprends l’ensemble des gènes, des protéines, de l’ADN et du ARN []
  2. c’est le cas de l’analyse de l’ADN des dinosaures en 1994 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.