Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations

 

La génétique des populations1 est une discipline récente qui à travers la multidisciplinarité de disciplines comme la biologie, l’archéologie, la paléontologie, la paléoanthropologie, la linguistique tente de comprendre l’évolution humaine. Elle permet d’élargir le point de vue archéologique et historique sur l’évolution humaine, en montrant qu’au delà des évolutions culturelles et technologiques, il ne faut pas oublier les facteurs biologiques et plus particulièrement génétiques.

Les précurseurs de la discipline furent Ronald Fisher, Sewall Wright et John Haldane  qui dans la période entre les deux grandes guerres fondèrent la théorie synthétique de l’évolution. Bien qu’étant contemporains, Darwin et Mendel, moine autrichien qui a fondé la génétique, ne se connurent jamais. Après la première guerre mondiale, plusieurs chercheurs comprirent l’intérêt de réunir ces deux approches jusqu’à là séparés: la théorie darwinenne de l’évolution et la théorie mendelienne de la génétique. Ainsi, pour la première fois l’hérédité fut insérée comme un facteur majeur de l’évolution humaine. En outre, pour la première fois le sujet des recherches n’était plu -comme chez Darwin- un individu isolé, mais des populations.

La théorie synthétique de l’évolution, pourtant, oubliait un élément fondamental, qui fut repris par Luigi Luca Cavalli Sforza2. Ce généticien italien eut l’intuition que l’évolution humaine ne peut se baser que sur des éléments biologiques mais aussi culturels, comme la  linguistique, l’histoire, la démographie. Cavalli Sforza a analysé les allèles de plusieurs populations en les combinant avec les données archéologiques, historiques, démographiques et linguistiques. Il a pu ainsi reconstruire l’origine des migrations de l’époque néolithique. Et, en partant de la diffusion de l’agriculture à l’époque néolithique, il a démontré l’existence d’une corrélation entre développements technologiques et biologiques.

Reconstruction des migrations d'Homo sapiens (© Lluis Quintana-Murci, Collège de France)
Reconstruction des migrations d’Homo sapiens (© Lluis Quintana-Murci, Collège de France)

L’une des plus grandes révolutions de l’époque récente est la paléo-génomique. Cette discipline permet d’étudier l’ADN d’hommes, animaux, végétaux et microbes anciens. Pour ce qui concerne l’être humain, elle a ainsi pu étudier les relations entre Néandertal et Homo sapiens,  la momie d’Ötzi (découverte dans un glacier suisse), l’homme de Byrsa (une squelette découverte à Byrsa en 1994), le virus de la grippe espagnole, en déduisant qu’il est lié à la souche H1N1…

Ainsi, la génétique des populations profite véritablement aux préhistoriens, paléontologues, archéologues, archéozoologues, archéobotanistes, historiens… Elle permet aussi de comprendre que les phénomènes migratoires ont existé depuis que l’homme est apparu sur la Terre. Enfin, elle invite à la tolérance: il n’y a pas un seul homme qui n’a pas des lointaines origines africaines et comme disait un éminent chercheur, « on est tous métisses », « la diversité est le moteur de l’évolution » (Lluis Quintana-Murci).

Depuis 2020, une chaire de génétique des populations a été créée au Collège de France: le Prof. Quintana-Murci dispense ses cours les vendredis.  Intéressé aux adaptations humaines à l’environnement et aux pathogènes, il s’occupe aussi des différentes réponses immunitaires aux maladies.
Tenu compte de la situation sanitaire, l’accès au Collège de France étant interdit, vous pouvez retrouver l’enregistrement de ses cours à  cette adresse.

 

Pour en savoir plus:
Cavalli Sforza, Qui sommes-nous? – Une histoire de la diversité humaine, 1994, Paris: Albin Michel.
Cavalli Sforza, Gènes, Peuples et Langues, 1996, Paris: Odile Jacob.
Cavalli Sforza, La science du Bonheur, 1998, Paris: Odile Jacob.
https://www.college-de-france.fr/site/lluis-quintana-murci/course-2020-2021.htm

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 16/03/2021, https://ane.hypotheses.org/9509. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Une nouvelle compréhension de l’évolution humaine: la génétique des populations,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 16/03/2021, https://ane.hypotheses.org/9509.

  1. les images de cet article sont reprises du Prof. Quintana-Murci par gentille permission []
  2. Sa publication majeure est The History and Geography of Human Genes, 1996. Mais il a aussi publié des ouvrages de divulgation scientifique, comme Qui sommes-nous? – Une histoire de la diversité humaine; voir la bibliographie à la fin de l’article []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.