Billet d’humeur: le futur de la recherche?

 

Les paroles malheureuses de la Ministre de l’ Enseignement Supérieur, Mme Vidal, suscitent une grosse polémique non seulement à l’intérieur des Universités, mais aussi du CNRS! Car  la ministre a réussi en une seule phrase d’un côté à accuser les Universités d’êtres trop libres de pensée (selon ses termes plutôt pro-islamistes) et de l’autre à signifier que le CNRS est à sa botte… Ce que le CNRS s’est dépêché de nier…

Je ne veux pas ici revenir sur cette polémique qui enfle dans les médias comme dans les protestations de collègues et amis, je trouve cette polémique à la fois nécessaire et ambiguë…

Nécessaire car la liberté de la pensée dans une société démocratique me semble non seulement une base saine mais aussi indispensable à faire grandir des esprits dialectiques, qui ne prennent pas pour or coulé ce que média, hommes politiques et fanatiques voudraient leur faire boire…. Ce fut le roi François Ier qui créa le Collège de France comme organe enfin indépendant de l’Université de Paris qui sur l’influence de l’Église se refusait à enseigner certaines disciplines…. Voudrions-nous retourner en arrière, laissant tomber  cette liberté qu’un roi osa donner ? Est-ce cela le futur de la recherche en France?

 

E. Munch, Le cri, 1893.
E. Munch, Le cri, 1893.

La polémique est aussi ambiguë: nous, chercheurs et enseignants -chercheurs, nous nous insurgeons  quand notre liberté de penser est questionnée au niveau verbal, mais pas quand elle l’est au niveau réel. Je m’explique: depuis au moins la reforme commencée par le gouvernement de Sarkozy, la recherche a commencé à devenir de moins en moins libre. Cela s’est fait graduellement, et les gouvernements successifs, sous Hollande d’abord et sous Macron maintenant, n’ont fait que renforcer cette tendance. Pour mieux comprendre, figurez-vous les agissements de l’araignée avec sa proie (l’araignée c’est le gouvernement, la proie c’est la recherche libre). Quand l’araignée  capture une proie, elle commence a tisser autour une toile et tisse des fils de soie qui entourent la proie et finissent par l’immobiliser. La proie meurt, ce qui est en train de se passer pour la recherche fondamentale en France: avez-vous remarqué que nous nous n’avons pas été capables de fournir un seul vaccin? et que les chercheurs français à l’étranger sont bien présents? Depuis quand tous, chercheurs et enseignants-chercheurs, avons-nous alerté sans succès le gouvernement, la presse et les média radiophoniques? On paye maintenant les choix faits il y a une dizaine d’années, imaginez-vous ce que sera la recherche dans 30 ans, un pur désert…

Pour se développer, pour être vraiment novatrice, pour inciter les jeunes générations à prendre la relève, la recherche n’a besoin que d’une chose: la liberté totale. Cher Macron, chers ministres, chers députés, abandonnez les appels à projets qui finalisent la recherche selon les intérêts politiques ou économiques contingents sans penser sur une plus longue durée. Et augmentez les budgets des laboratoires1: c’est seulement en ayant de l’argent de manière stable et abondante qu’on évite de se disperser (et de disperser la recherche) en montant des dossiers de financement; c’est seulement en pouvant se tromper, qu’on trouve et on fait progresser durablement la recherche; c’est seulement en pouvant discuter avec doctorants, post-docs et collègues (AUGMENTEZ LES POSTES!), qu’on booste les potentialités du futur.  Ça, oui, ça c’est le futur que je souhaite à la France!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Billet d’humeur: le futur de la recherche?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 18/02/2021, https://ane.hypotheses.org/9472. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Billet d’humeur: le futur de la recherche?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 18/02/2021, https://ane.hypotheses.org/9472.

  1. d’ailleurs, ne nous avait-on pas promis en mars-mai 2020 une augmentation de salaire pour le travail accompli pendant le confinement? Et surtout puisque depuis 12 ans nos salaires sont gelés?…. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.