Détruire les monuments, effacer la mémoire?

 

Après les destructions des Buddas de Bâmyân, des temples de Palmyre (Syrie), d’une partie des capitales assyriennes (Nimrud, Khorsabad) et de la ville parthe d’Hatra, on pourrait penser que la destruction de monuments soit un phénomène moderne. Mais depuis qu’il existe des formations étatiques d’envergure, il y a eu des destructions de monuments officiels, c’est-à-dire d’oeuvres faites sur commande du pouvoir politique et religieux. Quel est la signification de ces actes? Et le phénomène récent a-t-il des bases communes avec les destructions anciennes?

Il y a eu plusieurs types de destructions dans l’antiquité: destruction d’oeuvres iconographiques (statues, stèles et reliefs), d’inscriptions, de monuments combinant une image et une inscription, et de villes ou parties de ville.

 

Stèle de Sargon d'Akkad (Musée du Louvre, Paris)
Stèle de Sargon d’Akkad (Musée du Louvre, Paris)

Les monuments figurés sont les plus frappés: les statues royales nous sont arrivées presque toutes cassées: soit un corps sans tête ni mains, soit des têtes sans corps, soit plus rarement des pieds ou des mains…. Il est singulier de remarquer que la violence a frappé surtout les mains et les visages, considérées comme centre de la personnalité. Car défigurer un visage et lui enlever les mains signifiait ne pouvoir plus savoir qui avait été représenté, le priver pour toujours de sa personnalité. La violence a privilégié essentiellement les statues des rois, mais parfois aussi des statues féminines, liées très vraisemblablement à la cour1.

Les reliefs et les stèles ont subit une extrême violence, qui  les a réduits en tous petits morceaux…. De la fameuse stèle des Vautours (vers 2500 BCE) seul 1/4 s’est conservé… Les fragments de stèles de rois d’Akkad (2350-2200 BCE) sont si nombreux et différents qu’il est même difficile de savoir à combien de stèles appartenaient. De même, les stèles assyriennes retrouvées dans les territoires palestiniens annexés à l’empire assyrien sont en de tel minuscules morceaux qu’il a été difficile même de les reconnaitre…
La violence frappait donc non seulement le roi mais surtout le roi victorieux, les stèles étant essentiellement de victoire.

 

Disque d'Enheduanna (Penn Museum, Philadelphie)
Disque d’Enheduanna (Penn Museum, Philadelphie)

Les inscriptions seules, c’est-à-dire n’accompagnant pas des statues ou des stèles, ont été frappées plus rarement. Mais, on a des indices pour croire que parfois c’est plus l’écrit que l’image qui était visé: le disque de la grande prêtresse Enheduanna, fille de Sargon et soeur des deux rois successifs Rimush et Manishtusu, est brisé en plusieurs morceaux, 14 pour le verso (là où il y avait l’inscription) et 8 pour l’image… De même, les kudurru, pierres commémorant des donations royales de terre, sans représentation royale mais portant des symboles divins, ont été cassés en plusieurs morceaux. Ceux qui les ont détruit pouvaient donc les lire…

Il y aurait eu aussi un cas de destruction totale d’une ville, Babylone en 689 BCE par Sennacherib, mais il y a de forts doutes sur la réalité de cette destruction: c’est plutôt une vantardise qui du moment qu’elle est dite devient aussi une punition. A côté de la typologie, donc, on peut aussi distinguer les destructions par la manière de leur connaissance: certaines destructions sont connues par les découvertes archéologiques et d’autres sont connues seulement par les textes. Une troisième distinction alors pourrait concerner la véridicité: certaines destructions ont sûrement eu lieu et d’autres n’ont pas aboutit à la destruction totale qui pourtant est celle vantée par les inscriptions. Cette nécessité de proclamer la destruction -qu’elle soit effective ou vantée- est déjà singulier et constitue un indice important pour comprendre la signification des destructions.

 

Tête de roi akkadien en bronze (Iraq Museum, Bagdad)
Tête de roi akkadien en bronze (Iraq Museum, Bagdad)

Un autre indice important est la date de la destruction: dans la majeure partie des cas, on frappait une image royale au moment où ce roi avait finit par perdre son pouvoir politique… Mais il y a eu des destructions beaucoup plus tardives: pendant la prise finale de la ville de Ninive en 612 BCE, la tête en bronze d’un roi akkadien (qui avait vécu 1700 ans auparavant) conservée dans un temple de la ville a été arraché de son corps. De même, quand au XII s. BCE le roi élamite Shutruk Nakkhunte razzia la Babylonie méridionale, il emporta avec lui aussi les statues de rois ayant vécu 1000 ans avant lui… Dans les cas de destructions tardives, les destructeurs savaient-ils que ces rois avaient vécu 1000 ou bien 2000 ans avant eux?

Force est de constater que la destruction ancienne de monuments royaux a une signification complexe qui va au delà de la simple damnatio memoriae. Dans la pratique romaine, on casse toutes les images et les inscriptions du roi ‘maudit’. En Mésopotamie, c’est une partie du monument qui est frappée: laisser une image royale défigurée est un acte symboliquement plus fort que la détruire complétement. Car l’image défigurée reste à la vue de tous, la punition du roi est exposée aux yeux de ses sujets, devient un enseignement qui suscite la honte et qui veut être une ré-écriture de l’histoire. Dans une société où la loi du talion avait cours, défigurer le roi signifiait proclamer sa culpabilité. Mais cet acte avait aussi une valeur magique: dans les textes exorcistes, pour expulser le mal on détruit des figurines par l’eau, le feu ou la cassure…  Détruire une image royale avait probablement un rôle cathartique, on enlèvait le mal représenté par le roi ‘fautif’.

 

Destruction du Musée de Bagdad (2003)
Destruction du Musée de Bagdad (2003)

Les destructions modernes de monuments anciens, par contre, sont plus proches de la damnatio memoriae: en détruisant tout le monument c’est la mémoire collective qui est visée. Reste la question si à l’heure du numérique, de la photographie, des plans et relevés, ces destructions puissent vraiment effacer le souvenir du passé. D’ailleurs, même à l’époque romaine, ce ne fut pas le cas. L’histoire est un exercice constant de ré-écriture plus ou moins selon un parti pris idéologique. En étant conscient, on arrive à s’en défaire, à mettre en perspective différente les actions humaines, à récupérer des parties effacées et à relativiser.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Détruire les monuments, effacer la mémoire?”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/02/2021, https://ane.hypotheses.org/9431. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Détruire les monuments, effacer la mémoire?,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 10/02/2021, https://ane.hypotheses.org/9431.

Pour aller plus loin:
L. Battini, sous presse, Détruire les monuments pour annihiler l’être:
le cas de l’ancienne Mésopotamie, Volumen 22-24.
N. May (ed.) 2012. Iconoclasm and Text Destruction in the Ancient Near East and Beyond, OIS 8, Chicago: University Press.
C. Nylander 1980. Earless in Nineveh: Who Mutilated ‘Sargon’s Head’? American Journal of Archaeology 84: 329-333.

  1. l’absence d’inscriptions ne permet pas de les identifier de manière sûre, mais les spécificités des coups portés aux statues fait supposer qu’il s’agit de femmes de la famille royale []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Détruire les monuments, effacer la mémoire? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.