La symbolique des émotions

 

Pendant longtemps, les historiens, les archéologues et les spécialistes des images ont négligé un aspect important de la vie humaine: les émotions. Ceci est peut-être du à une « déformation professionnelle »: à force d’essayer de rendre plus « scientifique » donc moins subjective leur respective discipline (histoire, archéologie, art), on a cru bon négliger un aspect essentiel de tout être humain.

Ils existent bien entendu des difficultés évidentes, dont la première concerne la définition même d’émotion; puis le caractère personnelle des émotions; et enfin, la difficultés à saisir des émotions par des vestiges écrites, matérielle ou figurés du passé.
L’émotion souvent décrite comme une réaction psychologique à une stimulation biochimique et environnementale n’est pas universellement acceptée car imprécise et lacunaire: comment définir une « réaction psychologique »? Comment définir la stimulation biochimique? Ou celle environnementale?
En deuxième lieu, les émotions sont un vécu personnel, ils changent d’une personne à l’autre, et pour une même personne ils changent d’un moment à un autre. On ne peut absolument pas généraliser, en attribuant à tous les habitants d’une région, d’un pays ou d’une époque les mêmes émotions,  comme démontre le fait qu’une même situation produit des effets fort différents selon les personnes.
Et enfin, vu le caractère très personnel et non généralisable des émotions, le problème principale pour les historiens, les archéologues et les iconologues est comment déduire les émotions des textes, des vestiges matérielles et des images.

 

Ainsi, pendant 200 ans environs, les savants ont laissé de côté les études des émotions. Ce sont les études neuroscientifiques qui ont soulevé à nouveau le problème: elles ont en effet démontré que les émotions sont non seulement contextuellement et historiquement conditionnées, mais aussi biologiquement. Le cerveau dispose d’une partie (amygdala) qui coordonne les émotions et d’une autre (neocortex) qui coordonne la rationalité. Les amygdala sont responsable aussi de la mémoire, surtout de la mémoire « négative », celle liée à la peur, générée par une situation ou une image. Or, les images, dont la perception semble être coordonnée par le lobe occipital, sont des puissantes génératrices d’émotions et leur perception varie selon des facteurs ‘intérieurs’ (biologiques ou pas: sexe, psychologie, expériences précédentes…) et les facteurs ‘extérieurs’ (status social, environnement, période historique et culturelle…).

Alors, les archéologues commencent aujourd’hui à comprendre que pour pénétrer l’histoire ancienne on ne peut pas faire semblant d’ignorer et de ne pas analyser les émotions. Selon les mots d’un « géant » de l’archéologie, « no aspect of human society, past or present, can be studied in a satisfactory way, without taking account of the cognitive dimension- of what people thought, as well as what they did » (Colin Renfrew 2001:20-21).
Oui mais comment les émotions se manifestent-elles? Puis-je attribuer à des images anciennes les émotions que j’ai aujourd’hui en le regardant? Et cela ne re-introduit pas un élément trop subjectif pour une discipline qui se veut humaine mais scientifique?

Porte de Balawat, Salmanassar III (Schachner 2007 pl.8)
Porte de Balawat, Salmanassar III (Schachner 2007 pl.8)

Les méthodes des très peu nombreux spécialistes de l’antiquité qui se sont essayé à analyser les émotions diffèrent très sensiblement. Il est certes difficile de faire abstraction de ses propres émotions, mais l’analyse des images anciennes devrait se faire sur la base d’éléments plus objectifs. En un mot, il serait très dangereux d’attribuer à des images anciennes les émotions que je ressens aujourd’hui en évoquant une ‘constante anthropologique’. Cette constante existe selon moi, mais la manière d’exprimer les émotions change ou peut changer dans le temps. Ainsi, la méthode la moins dangereuse pour retrouver les émotions me semble celle d’analyser les gestes, la mimique faciale et les expressions de ‘désordre’ du corps. Des ces éléments je peux déduire des émotions non sur la base de la signification de ces gestes dans la société contemporaine mais sur la base de la contextualisation: je regarde la signification des gestes dans des scènes anciennes qui sont facilement compréhensibles (scène de lamentation funéraire) pour en déduire la probable signification de mêmes gestes dans d’autres scènes plus complexes. Ainsi par ex. dans les reliefs des déportations d’époque néo-assyrienne (Ier mill. av. J-C), les femmes qui se frappent la tête avec les mains rappellent les scènes mésopotamiennes de lamentations funéraires. L’artiste ancien a cueilli tout le désespoir des déportés et nous l’a suggéré: à nous de récupérer ce message et de le faire revivre.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La symbolique des émotions”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9410. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La symbolique des émotions,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9410.

Pour aller plus loin:
L. Battini, in press, During the Deplacement: Life, Death, Health and Psychological Conditions of Migrants. In I. Koch (eds), Mass Deportations: To and From the Levant during the Age of the Empires.
S. Kipfer (ed) 2017. Visualizing Emotions in the Ancient Near East, OBO 285. Leuven: Peeters.
D. Nadali and F. Pinnock (eds) 2020. Sensing the Past: detecting the use of the five senses in ancient Near Eastern contexts proceedings of the conference held in Rome, Sapienza University, June 4th, 2018. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag.

 

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.