Le système d’alimentation en eau de la maison mamelouke al-Saqqā ’Amīnī à Damas (XIVe-XVe siècle)

 Aujourd’hui je vous propose de faire un tour dans les vielles demeures
de Damas, sujet passionnant dont Imane Fayyad est le spécialiste.
Voici son article:

Située à l’intérieur de la muraille de Damas, la demeure al-Saqqā ’Amīnī qui se trouve dans la circonscription al-ʻAmārah al-Ǧawwāniyya sur la parcelle actuelle inventoriée comme n° 293/3, présente un élément qui la démarque des autres demeures qui lui sont contemporaines.

L’époque mamelouke (1250-1517) offre des maisons qui malgré quelques légères variantes- suivent un même plan: elles s’organisent autour de deux grands espaces, un espace à ciel ouvert, la cour, et, tout autour de la cour, un espace bâti regroupant la majeure partie des pièces d’habitation et de services (cuisine, cave et cellier). Cette conception se retrouve dans les maisons riches comme dans les maisons plus modestes (Fayyad 2016 : 266).
Si l’on excepte la courte mention de la maison dans une étude générale sur l’architecture domestique de Damas (Kabrīt 2000: 83-85), la demeure al-Saqqā ’Amīnī a fait l’objet d’une étude assez récente: dans son mémoire d’architecture, prévoyant un projet de restauration, Mme Fatīḥ a fournit le plan de la demeure (Fatīḥ 2009: 20-22). Mais ce qu’aucune de ces études ne s’est attardé sur la cour et son système hydraulique.

Figure 1: La demeure al-Saqqā ’Amīnī : plan du rez-de-chaussée et du dallage de la cour (© I Fayyad)
Figure 1: La demeure al-Saqqā ’Amīnī : plan du rez-de-chaussée et du dallage de la cour (© I Fayyad)

La cour est un espace en plein ciel, rectangulaire, au milieu duquel se trouve un bassin octogonal construit en pierres mazzī1. Le fait que le bassin n’est pas tout à fait central est une preuve que la maison a subi une modification à la suite d’un héritage ou d’une vente. Le sol de cette cour, dallé en pierre noire et blanche, évoque un damier irrégulier (Figure 1). À son extrémité nord se trouve une banquette en pierre (maṣṭaba) peu élevée et en forme de U devant laquelle se trouve un petit bassin (Kabrīt 2000: 84) (Figure 2).

Figure 2: La maison al-Saqqā ’Amīnī : vue d’un maṣṭaba en forme de U dans la partie nord (© I. Fayyad)
Figure 2: La maison al-Saqqā ’Amīnī : vue d’un maṣṭaba en forme de U dans la partie nord (© I. Fayyad)

Dans cette cour se trouvent les éléments du système de distribution d’eau. En effet la demeure al-Saqqā ’Amīnī2 est l’une des rares maisons à posséder à l’intérieur même de son enceinte son propre système de distribution d’eau potable. Ce système date-t-il de l’époque mamelouke ? Il lui est peut être antérieur puisque Damas a été une des villes où les premiers réseaux d’eau potable ont été installés. En effet, on a découvert à Damas l’existence de canaux ou ṭawāliʻ issus d’un canal d’irrigation, prenant sa source dans l’un des affluents du Baradā, le cours d’eau qui traverse Damas. Des conduits secondaires, dépendant de administration publique, passaient dans les quartiers et les ruelles pour aller jusqu’aux répartiteurs (ṭāliʻ)3 apporter l’eau aux habitants. Or, le plan cadastral de la ville de Damas avait noté l’existence, à l’intérieur même de la maison al-Saqqā ’Amīnī, d’un ṭāliʻ privé qui distribuait l’eau. Il était assorti d’un regard en pierre servant de repère par où passait le conduit de terre cuite permettant l’alimentation du grand bassin central octogonal à partir duquel se faisait la distribution d’eau aux pièces de la maison et au petit bassin en face du maṣṭaba, actuellement condamné (Figure 3). Ce privilège était exceptionnel à l’époque mamelouke, il permettait ainsi d’assurer une forme d’eau courante à la maison qui par ailleurs possédait également un puits d’eau potable (Fayyad 2016 : 135-136).

Figure 3: La maison al-Saqqā ’Amīnī : plan indiquant le mouvement de l’eau à l’intérieur de la maison (© I. Fayyad)
Figure 3: La maison al-Saqqā ’Amīnī : plan indiquant le mouvement de l’eau à l’intérieur de la maison (© I. Fayyad)

Par le confort que procurait l’apport d’eau courante permis par son système d’alimentation en eau mais aussi par la richesse des décorations de sa cour et des pièces à vivre, cette demeure témoigne du haut niveau de raffinement atteint par l’architecture domestique mamelouke dans l’environnement de la mosquée des Omeyyades.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Imane Fayyad, “Le système d’alimentation en eau de la maison mamelouke al-Saqqā ’Amīnī à Damas (XIVe-XVe siècle)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9398. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Imane Fayyad, “Le système d’alimentation en eau de la maison mamelouke al-Saqqā ’Amīnī à Damas (XIVe-XVe siècle),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9398.

 

Bibliographie
Fayyad, I. 2016. L’habitat domestique à Damas, Homs et Hama aux époques mamelouke et ottomane (XIIIe- XVIIIe siècle), Thèse de doctorat, Université de Picardie (Jules Verne), École Pratique des Hautes études, Paris, France.
Fatīḥ, R. 2009. Tarmīm bayt al-Saqqā ’Amīnī, Mémoire de master 1, PUD, Département d’architecture, Damas.
Kabrīt, M. Z. 2000. al-Bayt al-Dimašqī, vol. 1-2, Damas, Syrie.
     Marino, B. 2012. « L’eau à Damas et dans son environnement rural au XVIIIe  siècle », BEO, t. LXI, Damas, p. 363-428.
     al-Ṣabbāġ, Y. 1989. al-Ḫadamlik (al-ḥaraka al-taḫdimiyya fī al-bayt al-Dimašqī), Mémoire de master 1, PUD, Département d’architecture, Damas.
Maury, B. 1988. « La maison damascène au XVIIIe et au XIXe siècle» in L’habitat traditionnel dans les pays arabes autour de la Méditerranée, l’héritage architectural : formes et fonctions, publications de l’IFAO, vol. I, p. 1- 42.

  1. C’est une pierre blanche connue sous le nom de « pierre de Mazzah », parce qu’elle provient des carrières de Mazzah, au nord-ouest de Damas. Ce calcaire blanc est également extrait d’autres régions voisines de Damas dont les plus importantes sont Ğadīdah, Ṣaydnāya et le Mont Qāsyūn. Il existe aussi une pierre calcaire rosée ou jaune rougeâtre, la première provenant de la région de Zabadānī, la seconde de Nabik au nord de Damas (Maury 1988: 34). []
  2. Pour l’étude détaillée de cette maison voir mon étude (Fayyad 2016: 130-142). []
  3. Il s’agit d’une petite construction en pierre taillée contenant le distributeur qui mesure l’eau et la répartit en portions minutieusement mesurées, qui sont estimées en parts de 24 qīrāṭ (al-Ṣabbāġ 1989: 4). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.