Les enfants en Mésopotamie

DES NOUVEAUX TEXTES SONT DISPONIBLES:
BONNE LECTURE!

 

Dans la société mésopotamienne les enfants étaient tellement importants que la stérilité, considérée essentiellement un problème féminin, était cause de rupture de mariage…. Il n’était pas seulement important avoir des enfants, mais il était préférable en avoir un grand nombre. Un célèbre passage de l’épopée de Gilgamesh, quand le héros demande à Enkidu de lui décrire la vie dans l’Au-delà, énumère les bienfaits d’un grand nombre d’enfants :

« -As-tu vu l’homme qui a engendré un seul fil, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu, un clou est fixé dans le mur de sa maison et sur lui il pleure.
-As-tu vu l’homme qui a engendré deux fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu: il est assis sur deux briques et mange du pain
-As-tu vu l’homme qui a engendré trois fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu: il boit l’eau d’une outre liée à une selle.
-As-tu vu l’homme qui a engendré quatre fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu: son coeur se réjouit comme celui qui possède quatre ânes.
-As-tu vu l’homme qui a engendré cinq fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu: sa main est habile comme celle d’un bon scribe, il entre au palais sans peine.
-As-tu vu l’homme qui a engendré six fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu, son coeur se réjouit comme celui d’un laboureur.
-As-tu vu l’homme qui a engendré sept fils, l’as-tu vu?
-Oui, je l’ai vu: comme un compagnon des dieux, il est assis sur un trône et écoute les réunions.

Sceau d'époque akkadienne montrant une mère et son enfant
Sceau d’époque akkadienne montrant une mère et son enfant

Dans ce passage c’est à partir de 4 enfants qu’un homme peut se considérer chanceux! Un enfant unique n’est pas une situation enviable (l’homme pleure), deux et trois enfants c’est encore limite (l’homme ne mange que du pain ou ne boit que de l’eau). A partir de 4 enfants, le coeur de l’homme se réjouit. Ce nombre est compréhensible dans une société qui souffrait d’une mortalité très élevée des mères au moment de la naissance et des enfants…
Mais si les enfants sont si importants, pourquoi ils ont été si peu représentés?

Comme j’avais déjà dit dans un précédent article (Les âges de la vie), les représentations des enfants sont très rares. L’enfant est vu et considéré comme un ‘adulte à devenir’ plus que comme un stade du développement humain digne d’intérêt en soi. Ainsi, il n’y a pas de terme général pour désigner l’enfance: les enfants sont cités selon leur capacité à manger seuls (« enfants au sein », « enfants sevrés ») et leur hauteur (enfants hauts de 3, 4, 5 paumes)1.

Figurine en terre cuite néo-babylonienne d'une mère nourrissant son bébé (© Photo L. Battini)
Figurine en terre cuite néo-babylonienne d’une mère nourrissant son bébé (© Photo L. Battini)

Dans les images, les enfants sont des femmes miniature ou des hommes miniature: à partir du moment où ils ne sont plus nourris au sein, ils sont bien différenciés selon leur sexe et ils sont représentés comme une copie miniature du parent du même sexe: les petites filles portant le même vêtement et la même coiffure que leur mère; les garçons copient leur père. C’est juste la taille qui les différencie et qui permet de distinguer les adultes des enfants. À une exception près: les enfants nourris au sein, souvent représentés dans les terres cuites, surtout au Ier mill. BCE. Dans ces images ils sont nus, petits, blottis contre le sein de leur mère: l’artisan ne s’est pas attardé à décrire leur visage, ni d’ailleurs leur sexe, le petits corps étant tourné vers la mère… C’est le rôle nourricier de cette dernière qui est ainsi ici souligné plus que la relation amoureuse mère/enfant.

Mais si les images ne s’épanchent pas trop sur les sentiments, les textes au contraire nous prouvent l’attachement des parents à leurs enfants. Même le roi peut souffrir d’une dépression à la suite de la mort d’un de ses enfants, comme démontre cette lettre néo-assyrienne:

« Pour répondre à ce que le roi, mon seigneur, m’a écrit: « Je me sens très triste; comment se fait-il que je sois aussi déprimé à cause de mon petit enfant-là? », si l’enfant avait pu être guéri, tu aurais donné la moitié de ton royaume et tu l’aurais sauvé! Mais que pouvons-nous faire? O, roi, mon seigneur, le guérir c’est une tache qui ne pouvait être réalisée! » (SAA 10: 187). Sans arriver à ces cas extrêmes, plusieurs lettres du IIe et Ier mill. BCE montrent la sollicitude des parents envers leurs enfants.

Détail d'un bas relief néo-assyrien montrant une mère donnant l'eau à son enfant pendant une halte du long chemin de la déportation (©Photo L. Battini)
Détail d’un bas relief néo-assyrien montrant une mère donnant l’eau à son enfant pendant une halte du long chemin de la déportation (©Photo L. Battini)

Et à leur manière, les représentations du Ier mill. BCE2 prouvent la même attention et les mêmes soins envers sa progéniture: dans les scènes de familles déportées, les mères et les pères portent sur les épaules les plus petits, fatigués du long parcours, ou leur donnent à boire dans les haltes. Et comme aujourd’hui, les préoccupations parentales ne terminent pas avec la maturité des enfants, comme cette lettre paléo-assyrienne3 écrite par un mère très anxieuse après l’arrestation de son fils:

« Ici, nous avons appris que tu as été détenu depuis le mois de Mahhur – ilī, ainsi moi et mes gens nous portions nos cheveux comme en deuil! Plus tard, tu as envoyé de tes nouvelles à tes sœurs, mais moi et mes gens n’en  savions rien! (…) (Si nécessaire), puissent 5 talents d’argent te gagner la vie! Parte et reviens ici (…) » (traduction d’après C. Michel 2013)

PORTEZ-VOUS BIEN!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les enfants en Mésopotamie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9346. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les enfants en Mésopotamie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/01/2021, https://ane.hypotheses.org/9346.

Pour aller plus loin:
Michel, C. 2013. Women in the Family of Ali-ahum son of Iddin-Suen (1993 Kültepe archive). 1st Kültepe International Meeting, Kültepe, Turkey (halshs-01673980).
Minen, F. 2018. Discendenza, gravidanza e nascita nella Mesopotamia antica: i testi ostetrico-ginecologici. In F. M. Fales (ed), La medicina assiro-babilonese: 167-203. Roma: ISMEO.
Parayre, D. 1998. Les âges de la vie dans le répertoire figuratif oriental. Ktema 22: 59-89.
Volk, K. 2001. Vom Dunkel in die Helligkeit: Schwangerschaft, Geburt und fühe Kindheit in Babylonien und Assyrien. In V. Dasen (ed), Naissance et petite enfance dans l’antiquité, OBO 203: 71-91. Fribourg/ Göttingen: Academic Press Fribourg/Vandenhoeck & Ruprecht.

 

  1. cette indication reste bien imprécise car la croissance est variable d’un individu à l’autre []
  2. bas reliefs néo-assyriens []
  3. début du IIe mill. BCE []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.