La naissance

 

Dans ces temps de Noël, voici un petit texte sur la naissance en Mésopotamie. Comme dans toute société ancienne, la naissance est un moment fondamental et particulier: elle transforme le couple en parents et élargit la famille. C’est un moment festif qui réunit toutes les générations, un espoir renouvelé, la vie va continuer….  Mais dans les sociétés anciennes, qui n’ont pas des grandes connaissances en médecine, la naissance est aussi un moment très dangereux, pour la mère comme pour l’enfant.

Les risques de mort étaient très forts: un bébé en mauvaise position ne pouvait pas sortir, la césarienne n’étant pas pratiquée. Et une fois né, l’enfant attrapait facilement tout type de maladies, les antibiotiques n’existaient pas… Et la mère mourait souvent des suites de l’accouchement: les infections et les hémorragies ne pouvaient pas être arrêtées…

épingle en bronze du Luristan avec image d'accouchement (Battini 2006, fig.4)
épingle en bronze du Luristan avec image d’accouchement (Battini 2006, fig.4)

C’est peut-être pour ça que les représentations de la naissance sont rares. Déjà le moment de la grossesse est très rarement représenté: en l’état actuel des connaissances, on ne dispose pas d’images sûres de femmes enceintes en Mésopotamie. Selon un proverbe sumérien « la conception est douce, c’est la grossesse qui est amère ». En effet, il y a une bonne cinquantaine d’images de couples qui font l’amour, mais pas de la grossesse.
Le moment de l’accouchement a été représenté mais aussi rarement: si en Grèce et à Rome il semblerait que la position assise soit préférée, en Mésopotamie était pratiquée aussi la position allongée. Mais la position accroupie, les jambes écartées est beaucoup plus fréquente dans les images.

Sceau avec scène de délivrance ( (Battini 2006, fig.6)
Sceau avec scène de délivrance ( (Battini 2006, fig.6)

Tous ces représentations concernent presque toujours les moments précédant immédiatement la naissance, même si l’on ne peut pas dire exactement s’il s’agit du travail ou déjà du début de la phase d’expulsion, moments qui étaient bien distingués dans les textes. Un seul sceau représente la phase d’expulsion: on y voit le bébé tenu dans les mains par l’homme qui a aidé la mère accroupie à accoucher.

Ces représentations de la naissance n’ont pas été faites pour illustrer la connaissance des différents moments de la naissance. Ce qui était important était le bon déroulement de l’accouchement et la bonne santé de l’enfant et de la mère. Ces images sont présentes essentiellement dans les terres cuites et dans les sceaux: dans les deux cas, il s’agit d’objets à caractère personnel, et qui dans les cas des sceaux peuvent être portés comme des talismans. Je suis convaincue que dans une société où la maladie était la norme, la mortalité infantile très élevée, l’avenir des mères incertain, la reproduction essentielle à la survie de l’espèce, ces petites représentations de la naissance servaient à protéger la maman et son bébé. Comme eux il y a 5000 ans, après une année qui a ébranlé toutes nos assurances de progrès et de santé, nous aussi nous avons besoin de croire que le futur sera sans danger. Portez -vous bien, et tous mes voeux!

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La naissance”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/12/2020, https://ane.hypotheses.org/9325. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La naissance,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/12/2020, https://ane.hypotheses.org/9325.

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.