La tracéologie ou comment faire parler les objets

 

Dans l’article précédente1, j’ai déjà fait allusion à la tracéologie, la science qui étudie les impacts d’outils sur les objets. Née surtout pour l’époque préhistorique, quand il n’y a pas de textes pour élucider les techniques utilisées et quand les données sont aussi en nombre limité, cette discipline est peu utilisée dans les autres périodes historiques, bien qu’on trouve des exceptions. À quoi ça sert? Menons l’enquête…

La tracéologie étudie les traces laissées sur les objets par les outils qui les ont fabriqués, par l’utilisation, ou par les changements d’usage. En effet, tout comme un être vivant, les objets ont une vie: ils sont produits pour un certain but, puis au cours de leur vie ils peuvent changer de fonction, ou bien se casser, et encore être réutilisés…  Par ex. un vase, fabriqué avec le tour du potier, porte déjà au moment de son utilisation (pour stocker, cuire ou présenter les aliments) les marques du tour. Un jour, par accident, mauvaise utilisation thermique, ou par faiblesse intérieure, ce vase se casse: les tessons sont jetés dans une fosse, mais ils peuvent aussi être utilisés pour construire un aménagement en terre cuite, ou un four, ou même les briques de terre crue ou cuite. Ces différents nouveaux emplois laissent des traces. Une fois découvert, ce tesson peut nous révéler son histoire, si on sait l’interpréter.

Lame avec pointe cassée, et traces de découpage de viande ou de peau (d'après Werra D et Malecka-Kukawka, J. 2017, Anthropologie Vol. 55: 193-205, fig. 3).
Lame avec pointe cassée, et traces de découpage de viande ou de peau (d’après Werra D et Malecka-Kukawka, J. 2017, Anthropologie Vol. 55: 193-205, fig. 3).

Mais comment fait-on pour savoir en partant des traces à quels types d’utilisation ce vase a servi? Par voie expérimentale: déjà pour comprendre la manufacture il n’y a rien de mieux qu’essayer de reproduire les techniques de l’antiquité qui sont si éloignées de notre expérience sensible, vu les énormes progrès techniques des XXe et XXIe s.! Et puis aussi pour comprendre les autres traces, il est indispensable de se baser sur les outils utilisés dans l’antiquité et sur les mécanismes de leur action. On reproduit les techniques anciennes puis on compare les traces obtenues avec celles présentes sur les objets découverts. On peut ainsi déterminer quelle main humaine a été utilisée pour produire ou utiliser un objet, quel mouvement on faisait pendant son utilisation, quelle était la matière travaillée… Par ex. un outil tranchant en pierre, en métal ou en argile porte de traces de l’action pour laquelle l’outil avait été pensé et utilisé (couper, racler, frapper, etc), la matière qu’il coupait (herbe, étoffe, pierre, bois), et parfois on arrive même à dire si l’être humain qui l’utilisait était gaucher ou droitier…

 

Microscope métallographique numérique Keyence VHX-7000, relié à l'ordinateur
Microscope métallographique numérique Keyence VHX-7000, relié à l’ordinateur

Certes, souvent ces traces ne sont pas visibles à l’oeil nu ou pas de manière très claire à cause de leur possible superposition: ainsi, après une analyse à l’oeil nu, l’objet passe une analyse à la loupe binoculaire2 et une au microscope métallographique, désormais numérique, comme celui de l’image.

Le tracéologue complète ainsi les connaissances du préhistorien en lui fournissant des données 1) sur la façon dont les êtres humains ont créé, utilisé et abandonné leurs outils; 2)  sur la fonction principale du site préhistorique (camp de chasse, de tannerie, ou d’habitat, etc.); 3) sur l’artisanat et la vie quotidienne. Désormais, aussi les archéologues des époques historiques s’en intéressent pour faire parler les objets et comprendre mieux les techniques et la société au sein de laquelle l’objet a été fabriqué et utilisé. Loin d’une « archéologie du bel objet » qui a longtemps marqué la discipline jusqu’aux années ’60, aujourd’hui l’archéologie apporte une masse importante de données à l’histoire: c’est en partant de la « petite histoire » (la vie quotidienne des hommes communs) qu’on peut mieux comprendre la « grande histoire » (politique et militaire).

Portez-vous bien!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La tracéologie ou comment faire parler les objets”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/11/2020, https://ane.hypotheses.org/9122. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La tracéologie ou comment faire parler les objets,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/11/2020, https://ane.hypotheses.org/9122.

 

  1. L’archéologie: une science humaine en devenir []
  2. une sorte de microscope []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.