L’archéologie: une science humaine en devenir

 

On dit souvent que l’archéologie n’est pas une discipline scientifique, puisqu’elle détruit dans la fouille l’objet de ses recherches. Au contraire, en effet, des « sciences dures », l’expérimentation est impossible pour les fouilles: on ne peut pas répéter la fouille de ce qui a été déjà fouillé! Mais depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les archéologues ont tenté et tentent de rendre leur discipline moins subjective et correspondant davantage aux normes scientifiques. Les progrès dans d’autres disciplines (surtout chimie, physique, biologie) ont servi aussi aux archéologues.

Exemple de fouilles au début du XXe siècle
Exemple de fouilles au début du XXe siècle

Si on ne peux pas répéter la fouille, les nouvelles méthodes peuvent aider à la rendre beaucoup plus « parlante ». On a ainsi mis au point:
1) des techniques de fouille (stratigraphie horizontale ou verticale, fouille préhistorique, prospections aériennes/électriques/au sol/magnétiques, matrix),
2) des techniques de documentation de la fouilles (carnets de fouille, fiches d’US1, plans, sections,  coupes, photographies, numérique, 3D),
3) des analyses pendant et après la fouille (tamisage des sols, prélèvements de tout sorte, analyse des  céramiques, de leurs contenus, des squelettes humains, des animaux, de la flore, des enduits, des peintures, des murs…),

 

Exemple de fouille (à gauche) et de son matrix (à droite)
Exemple de fouille (à gauche) et de son matrix (à droite)

Le cheminement qui a conduit à tous ces bouleversements a été très rapide: en 70 ans on a mis au point la méthode stratigraphique2, qui permet d’éviter de grosses erreurs; on pense la fouille en la visualisant et en l’analysant à travers un diagramme (matrix de Harris) de manière à mieux saisir les complexes relations stratigraphiques des couches; on cherche non seulement des murs et des sols (US positives), mais aussi des traces d’effondrement, de fosses (US négatives) et tous les petits restes, même ceux qui sont cachés dans la terre; on scrute les objets pour y lire des traces d’outils ou d’utilisation (tracéologie); on fait analyser les squelettes par des anthropologues et paléo-pathologues pour connaître la date et si possible les causes de la mort, ce qui a une incidence sur la restitution de la société; on fait analyser les structures architecturales pour en comprendre la composition et les techniques, tout comme on analyse les objets, surtout la céramique et les statuettes, pour saisir les techniques, la provenance, la présence de couleurs disparues à l’oeil nu… Les remplissages des fosses (latrines, poubelles) sont très riches en renseignements sur  les habitudes alimentaires et culturelles comme sur les maladies. Vu que le temps entre l’ensevelissement du site et aujourd’hui nous a enlevé beaucoup de détails (matériels périssables, ou recyclables, hauteur des murs, composition familiale, vie quotidienne) et que les textes ne les décrivent pas sinon exceptionnellement ou en termes propagandistes, on essaye de faire parler toute trace du passé découverte en fouille.

 

Prospection aérienne, ici site protohistorique de Grézac (photo Creative Commons)
Prospection aérienne, ici site protohistorique de Grézac (photo Creative Commons)

Ainsi, la fouille devient un vrai travail interdisciplinaire, dans lequel la collaboration de spécialistes de diverses disciplines est indispensable. Cela a , bien entendu, aussi un coût important: les analyses coûtent très chères, une mission au début a un budget limité, et au contraire il faudrait lui donner tout de suite des moyens de rendre la fouille intéressante… Dès lors, le directeur de la mission doit jongler parmi mille difficultés la première étant l’attribution de l’argent: fouiller plus (donc payer plus d’ouvriers) ou fouiller moins avec plus d’analyses? En général on arrive à des compromis, on choisit un nombre de fouilleurs proportionnel aux moyens et on cible les analyses sur les exemplaires les plus prometteurs. Ce n’est pas l’idéal mais une stratégie qui donne tout de même de bons résultats. Et surtout on a la conscience de l’effet de nos actions: on sait que les techniques aujourd’hui réputées  comme étant très modernes seront considérées balbutiantes par les archéologues du XXIIe siècle. Et alors, pas question de tout fouiller aujourd’hui, il faut laisser aux nouvelles générations leur part de découvertes ! Car, avec des nouvelles technologies et des nouvelles interrogations, ils pourront porter leur pierre à la reconstruction des sociétés anciennes  à laquelle nous avons contribué comme l’ont fait les fouilleurs avant nous.

Portez-vous bien! On est certes fatigué de cette vie confinée, du manque de relations humaines, de la méfiance des institutions envers les citoyens, de ces attestations indignes et des contradictions du gouvernement, mais  pensons qu’on a dépassé la période la plus sombre, là on entrevoit une lumière, ce tunnel finira dans quelques mois. Résistez!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’archéologie: une science humaine en devenir”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/11/2020, https://ane.hypotheses.org/9119. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’archéologie: une science humaine en devenir,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/11/2020, https://ane.hypotheses.org/9119.

 

 

 

 

  1. unités stratigraphiques []
  2. Il a fallu attendre 1954 pour une théorie de la fouille stratigraphique grâce à Mortimer Wheeler et à des précurseurs avant lui []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.