L’ennui ou… la visite au musée !

 

Depuis que j’en ai le souvenir, j’aime me promener dans les musées. Il est possible que le fait d’être née et d’avoir grandi en Italie et d’avoir été habituée à fréquenter les musées de peinture m’a fait aimer ces lieux magiques qui abritent des traces du passé et du savoir faire humain. Et, pourtant, je dois l’avouer, il y a des fois où le musée m’ennuie…

Et je ne suis pas la seule. Regardez les visiteurs d’un musée: il y a les « omnivores » qui veulent tout voir et qui n’hésitent pas à vous pousser ou vous piétiner pour regarder »la grande oeuvre d’art » -comme si il n’y avait qu’un chef d’oeuvre-; il y a les « zappeurs », qui passent d’une aile à l’autre du musée en s’arrêtant là où le coeur ou la bizarrerie de l’oeuvre les appelle; il y a les « minimalistes », ceux qui passent de la Vénus de Milet à la Liberté guidant le peuple de Delacroix en passant par la Joconde de Léonard de Vinci… un aplatissement géo-chronologique qui me fait frissonner… Il y a les « éducateurs »: soit les parents (et encore aujourd’hui il s’agit le plus souvent des mamans, les papas sont bien absents!), soit les professeurs avec leur classe: leur but étant l’instruction, ils arrivent rarement à convaincre (lire ‘faire aimer’) leur jeune public…

Regardez aussi les gens qui sortent du musée:  ils ont l’air crevé, après avoir passé plusieurs heures à l’intérieur, d’autres c’est comme s’ils sortaient des courses… Il me vient souvent la pensée qu’ils ont fait du « shopping culturel » avec le même intérêt avec lequel ils font les courses…

Figure 1: Évolution de la fréquentation des musées selon les catégories socio-professionnelles (depuis http://www.observationsociete.fr/categories-sociales/conditions-de-vie/qui-visite-les-musees.html)
Figure 1: Évolution de la fréquentation des musées selon les catégories socio-professionnelles (depuis http://www.observationsociete.fr/categories-sociales/conditions-de-vie/qui-visite-les-musees.html)

Et puis il y a les données brutes: depuis des années que le musée tente de convaincre des nouveaux publics, depuis des années c’est l’échec. La fréquentation socio-économique reste dans les grandes lignes la même (figs.1 et 2). Une des raisons selon moi est la perte de contact avec ce qui est exposé, d’où un certain ennui. J’avance ici l’idée que la raison principale de la stagnation des publics concernés par le musée est ce certain ennui. C’est donc une fatalité qu’il faut accepter ou on pourrait essayer des nouvelles pistes ?

Figure 2: Régularité des visites aux musées selon le niveau d'instruction (d'après le CREDOC)
Figure 2: Régularité des visites aux musées selon le niveau d’instruction (d’après le CREDOC)

La réalité est complexe, les musées font tous les efforts pour séduire leur public. Ainsi, ils ont inventé des « itinéraires » d’oeuvres majeures soit d’une époque donnée soit d’un thème à travers plusieurs périodes. Il y a aussi les visites guidés par conférencier ou par audioguide. Pour les enfants les médiateurs culturels créent des ateliers, parfois ouverts aux adultes. La présence de concerts, de conférences ou l’ouverture des musées pour des soirées privées rentrent aussi dans l’espoir de séduire des nouveaux publics, outre à l’intérêt économique. Et des événement nationaux, comme les Journées du Patrimoine, la nuit des musées, les Journée de l’archéologie, séduisent un public plus large que d’habitude. Mais ce n’est pas suffisant.

Le prix et la taille du musée sont les deux premiers éléments à considérer:la gratuité des Journées Européennes du Patrimoine ou les « dimanches gratuites » des musées de Rennes montrent bien que si les musées nationaux  n’étaient pas payant, la fréquentation serait plus large et plus régulière.1. Mais les statistiques en France semblent indiquer que la gratuité n’augmenterait pas la diversité des public mais le nombre d’entrée des habitués des musées…
L’autre problème est la taille des musées: plus un musée est grand, moins il attire de nouveaux publics. Il y a la réalité brute: avec ses 65.000m2 d’exposition, le Louvre demanderait pour huit heures de visite non-stop, une moyenne de 8125m2 par heure… impossible!
Force est de constater que les grands musées comme le Louvre, le Prado, les Offices, le British Museum ou les Statistische Museen de Berlin ne peuvent pas être visités en entier en une seule fois, même si parfois on y est obligé par les circonstances. Ils sont trop vastes, l’attention se perd vite…

D’un autre côté, la présentation des oeuvres est importante: dans les vitrines sont amassés souvent beaucoup d’objets, sans légende, ou avec légende invisible ou carrément fausse: l’oeil glisse sur les petits objets, se fixe sur le plus grands ou les plus bizarres, cherche une légende, repasse du particulier à la vitrine, naufrage dans le vide… C’est déjà le début de l’ennui. Une vitrine mal aménagée, ou surchargée ou peu documentée fait perdre l’attention. Il y a fort des chances que la suivante ne retiendra presque plus l’intérêt!

 

Figure 3: Pourcentage de types de musée les plus visités (d'après CREDOC)
Figure 3: Pourcentage de types de musée les plus visités (d’après CREDOC)

On se sent soulagé, n’est pas? On aimerait bien s’amuser au musée, mais chaque fois qu’on y va, on se sent coupable, les objets sont beaux, on en aménagerait volontiers quelques uns dans l’une ou l’autre des chambres de la maison. Et pourtant, on a l’impression que tous les objets exposés nous ont en quelque sorte échappé, car on les a pas compris. C’est peut-être ça qui nous frustre à la sortie du musée: on en sait moins que quand on y est entré… Et c’est pour cela aussi que les musées les plus visités sont ceux de Beaux Arts (Fig.3): là l’émotion des peintures est immédiate et nous parle tout de suite…

Une autre exception est constituée par les exposition temporaires, qui ont le mérite de présenter les oeuvres  dans le contexte historique et culturel qui les a vues naître. Mais dans les collections permanentes des musées il manque souvent cette contextualisation: on voit des objets mais on ne connait que peu ou pas du tout l’histoire de ceux qui les ont créés. Et sans cette explication, on ne peut pas arriver à les comprendre.

Mais même une fois que les musées auront tous mis des panneaux explicatifs sur l’histoire et les croyances des peuples dont ils exposent les objets, je ne pense pas que cela leur attirera plus  de public ou enlèvera complètement l’ennui du visiteur. Lire un panneau général à l’entrée d’une salle, puis se plonger dans l’observation des objets exposés et dans la lecture de leurs légendes, admettons-le, ça ne rend pas très vivant le musée! C’est ça qui manque aujourd’hui aux musées, un souffle de vie.

Prenons un exemple: quand vous voyez un miroir en bronze de l’antiquité, qui ne reflète pas l’image comme un miroir en verre d’aujourd’hui, et qui a cette couleur vert foncé assez terne, l’objet nous dit rien. Si un guide vous explique comment les femmes et les hommes de l’antiquité se fardaient, se coiffaient, se regardaient, quels étaient les couleurs de maquillage préférées, quelles étaient les coiffures à la mode, comment on peignait les cheveux, alors, là, ce miroir perd son opacité et nous devient familier: l’objet ainsi expliqué n’est plus seulement un objet, mais une trace de femmes et d’hommes qui ont vécu bien avant nous et qui avaient des envies, des émotions, des problèmes similaires aux nôtres. La prochaine fois que vous allez dans un musée, essayez, prenez un guide en chair et os (non une autoguide) et laissez-vous transporter dans le passé. Vous ne regarderez probablement pas tout dans le musée, mais vous en sortirez enrichis: la parole du passé vous aura touché, l’émotion sera là…2.

Portez-vous bien, ce petit virus fait bien des dégâts…

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’ennui ou… la visite au musée !”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/10/2020, https://ane.hypotheses.org/9036. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’ennui ou… la visite au musée !,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/10/2020, https://ane.hypotheses.org/9036.
  1. En Europe, le British Museum est complétement gratuit et depuis sa fondation. En Espagne le Musée du Prado ouvre gratuitement tous les soirs []
  2. Je ne veux certes pas dire qu’il n’y a pas d’autres manières de revitaliser les musées, mais dans l’immédiat je crois que c’est la solution la plus facile. Et j’espère qu’on en trouvera d’autres! []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.