L’époque d’El-Amarna

 

Le site d’El-Amarna, en Moyenne Égypte, donc à 312 km au sud du Caire et à 402 km au nord de Luxor, sur la rive est du Nile, n’est pas seulement important pour les égyptologues mais aussi pour les spécialistes du Proche-Orient ancien. Comme souvent, la découverte est due au hasard: en 1887, travaillant dans les champs, des paysans égyptiens découvrirent des tablettes cunéiformes, ce qui poussa les archéologues anglais, français et allemands à mener des fouilles sur le site. D’autres tablettes furent trouvées ainsi que des palais, des temples, les résidences des fonctionnaires, les tombes des nobles et d’une partie de la famille royale, une ville et un quartier habité par les ouvriers qui construisirent cette capitale éphémère.

Le site d'el Amarna d'après The Amarna Project (https://www.amarnaproject.com/pages/model_of_the_city/interactive_map.shtml)
Le site d’el Amarna d’après The Amarna Project (https://www.amarnaproject.com/pages/model_of_the_city/interactive_map.shtml)

Voulue par Akhenaton, le pharaon considéré par la tradition égyptienne successive comme « hérétique », et le mari de Nefertiti, cette capitale portait le nom d’Akhet-Aton, c’est-à-dire « l’Horizon d’Aton ». Elle ne dura que une quinzaine d’années, entre 1347 et 1332. Monté sur le trône en 1355-1353, à l’âge de 15-16 ans, le jeune pharaon décida de construire une nouvelle capitale, loin de Thèbes et de son puissant clergé d’Amon. Il put ainsi imposer une réforme religieuse hénothéiste1 sinon monothéiste, basée sur le dieu suprême Aton, le disque solaire: ce qui était aussi une manière de se libérer du clergé d’Amon qui fit passer Akhenaton pour hérétique.

Mais, alors, que font là, dans cette capitale, et plus en général en Égypte, des tablettes écrites en cunéiforme ?

Le Bronze récent (env. 1550-1000 BC) est une époque assez stable politiquement puisque basée sur des rapports diplomatiques renforcés entre les grandes puissances de la Méditerranée: l’Égypte, l’empire hittite, la Babylonie cassite, le Mitanni d’abord et le règne médio-assyrien ensuite. Les mariages entre les familles royales de différents pays et l’échange de dons et de personnel spécialisé (médecins, artisans, même statues divines) permettent de renforcer les liens politiques par des liens de sang et de reconnaissance. C’est l’époque des échanges internationaux et de la création d’une koiné culturelle dans le bassin méditerranéen.

 

La Méditerranée à l'époque d'el Amarna (d'après Yon 2014: fig.1)
La Méditerranée à l’époque d’el Amarna (d’après Yon 2014: fig.1)

Cette époque est connue justement grâce aux archives retrouvées à El-Amarna. Il s’agit de 382 textes aujourd’hui conservées surtout à Berlin, Londres et au Caire2. D’autres sont arrivées dans les musées du monde entier par des fouilles clandestines. Elles datent d’Akhenaton (connu aussi comme Amenhotep IV) mais quelques unes remontent au règne de son père, Amenhotep III (1413-1379): une fois quitté Thèbes, Akhenaton a dû transporter une partie des archives de son père dans sa nouvelle capitale.

Les textes sont rédigés dans la langue internationale de l’époque, le médio -babylonien. Rarement on retrouve aussi des lettres en médio-assyrien (toujours écrites en cunéiforme), deux lettres de Cilicie, et une lettre en hurrite. Les scribes égyptiens, donc, devaient maîtriser autant le système cunéiforme d’écriture que le medio-babylonien, et au moins avoir des notions de médio-assyrien, de hurrite et de hittite. Ou bien utiliser des traducteurs pour les langues moins connues comme le hittite et le hurrite.

Sur 382 textes, 350 sont des lettres ou des énumérations de cadeaux. Les 32 autres sont de genre très varié: on y a retrouvé des syllabaires, des lexiques, des oeuvres mythologiques, des épopées et une liste de divinités. Il s’agit presque toujours de messages reçus par la chancellerie égyptienne, mais parfois par chance on dispose aussi des réponses, soit sous forme de lettre soit sous forme de brouillons. L’étude des lettres a permis de définir deux catégories de correspondance: celle entre le pharaon et les autres grands rois des puissances de l’époque (44 lettre) et celle entre le pharaon et ses vassaux, les petits royaumes de Palestine et de Syrie, alors sous domination égyptienne.

La première correspondance comprend 14 lettres de Babylonie, 14 de Mitanni, 8 de Chypre, 4 de Hatti, 2 d’Assyrie, 2 d’Arzawa. Elle se déroule sur un pieds d’égalité: les rois s’appellent « frères » du pharaon, donc du même rang que lui. Les motivations pour écrire ces lettres sont d’ordre pratique: alliances matrimoniales et commerce. Ce sont surtout les royaumes babylonien et mitannien qui envoient les princesses à la cour égyptienne. L’Égypte reste par contre hostile à envoyer ses princesses en Orient. Les princesses étrangères ne joueront jamais un rôle majeur, elles finissent dans le harem du pharaon qui était déjà bien garni. Ainsi, Tadukhepa, fille de Tushratta, roi de Mitanni, est connue par plusieurs lettres d’el Amarna. A la fin de son règne, Amenhotep III exprima le désir de se marier à la fille de Tushratta, pour renforcer les liens diplomatiques. Mais les négociations sur l’ampleur de la dot furent assez longues et lorsqu’elle arriva en Égypte il n’est pas sûr que son mari était encore en vie. Elle finira donc épouse secondaire du pharaon suivant, Akhenaton, sans fils connus et oubliée.

L’autre sujet de la correspondance est le commerce, déguisé sous forme d’échanges de cadeaux. Vu que tous les rois sont « égaux », un don doit forcement être compensé par un contre-don de la même valeur. Or, souvent, les lettres montrent que le don reçu n’a pas été apprécié à sa juste valeur, d’où les plaintes, les protestations et les suggestions de nouveaux envois.  L’or dont regorge l’Égypte est souvent demandé par les royaumes mésopotamiens et hittite. En échange, la Babylonie envoie le lapis-lazuli (d’origine afghane mais les routes commerciales passaient par la Mésopotamie), l’Assyrie et le Hatti les chars et les chevaux, Chypre le cuivre.

 

Lettre d'Aziru, roi d'Amurru, au pharaon (d'après Yon 2014: fig.2a)
Lettre d’Aziru, roi d’Amurru, au pharaon (d’après Yon 2014: fig.2a)

Mais la plus grande partie de la correspondance, 306 lettres, concerne les échanges entre le pharaon et ses vassaux. Cette correspondance est ainsi régie par les différences de hiérarchie: les ‘petits’ rois se disent « serviteurs » du pharaon. Les questions sont souvent économiques et politiques: le pharaon veut que les tribus soient versés et tente de freiner les possibles défections de ses vassaux, surtout ceux qui se trouvaient à la frontière entre Égypte et le royaume hittite, comme Amurru, gouverné par le roi Aziru dont pusieurs lettres se sont conservées.

Les lettres des vassaux sont pleines de récriminations: les ‘petits rois’ se plaignent souvent de ne pas être écoutés par le pharaon. Un des cas le plus connus est celui de Rib-Adda, roi de Byblos, dont 64 lettres écrites par ou à lui sont conservées, donc 1/5 de la correspondance entre le pharaon et ses vassaux. Rib-Adda a une façon très particulière et très colorée de s’exprimer. Pour obtenir des bien matériels, ou de l’aide militaire ou tout simplement pour éviter l’accusation de traîtrise, il insiste fortement sur sa loyauté au pharaon. Ainsi, il n’arrête pas de se dire négligé et insiste pour recevoir le soutien égyptien. Malgré le fait que cette répétition puisse avoir fatigué le pharaon, comme d’ailleurs fatigue encore aujourd’hui les historiens travaillant sur le sujet, il semble que sa méthode ait fonctionné: les plaintes, qui sous Amenhotep III étaient très fréquentes, semblent diminuer sous son successeur…

Les textes cunéiformes d’el Amarna ont permis de reconstituer la carte politique du XIVème s. : en Mésopotamie dominent au sud la Babylonie cassite et au nord Mitanni d’abord, puis l’Assyrie qui arrive progressivement à remplacer Mitanni. Au Nord de l’Assyrie, sont puissants l’Arzawa, le Hatti et Chypre (Alashiya). En Palestine et en Syrie dominent des petits royaumes: ceux de Palestine fermement tenus, ceux de Syrie, plus proches de l’empire hittite, oscillent entre domination égyptienne et domination hittite. Ces petits royaumes sont tenus par 3 gouverneurs égyptiens qui vivent sur place, un à Gaza, un à Sumur (pas encore identifié de manière sûre) et un à Kumidu (actuel Kamid-el-Loz).

Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire)
Akhenaton et Nefertiti (Musée du Caire)

L’étude de ces textes a aussi permis de corriger de mauvaises interprétation d’Akhenaton, qui avait auparavant été retenu responsable de la perte de territoires syro-palestiniens conquis par ses prédécesseurs. Loin d’un mystique fou de son dieu Aton, Akhenaton apparaît aujourd’hui comme un politicien avisé, plus fin que son père. Mais, comme souvent, c’était l’image négative qui nous était arrivée du clergé d’Amon qui avait porté à cette interprétation erronée: comme quoi, la propagande même ancienne marche encore et hier comme aujourd’hui il faut s’en méfier!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’époque d’El-Amarna”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/10/2020, https://ane.hypotheses.org/8986. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’époque d’El-Amarna,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/10/2020, https://ane.hypotheses.org/8986.

 

 

 

 

 

  1. sans rejeter tous les autres dieux, l’hénothéisme se reconnaît dans le culte préférentiel pour une seule divinité []
  2. Les tablettes sont conservées dans cinq musées. La nationalité des archéologues qui se sont succédé sur le site explique cette dispersion des tablettes: plus de 200 sont conservées au Musée de Berlin, plus de 80 au British Museum, une cinquantaine au Caire, 22 à Oxford et quelques unes au Musée du Louvre. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.