REQUIEM POUR LA RECHERCHE

 

À l’heure où le gouvernement veut faire passer l’énième réforme de la recherche et de l’Université, voilà que sonne le glas de la recherche française. Pleurs, larmes, une grande tristesse, nous disons adieu à un métier que nous adorons, qui n’est pas « un boulot » mais une passion, un rêve…

De manière récurrente, le monde de l’Université et de la recherche se voit secoué et bousculé par plusieurs plans de « restructuration » qui malheureusement, ne tenant jamais compte de l’avis des chercheurs, se terminent toujours mal. Je veux dire non par un échec, les réformes passent malgré l’opposition de ceux auxquels elles sont appliquées: mais elles n’aboutissent jamais à une amélioration de la condition de vie et surtout de travail des chercheurs et des enseignants chercheurs.  Réforme de la recherche rime toujours avec détérioration….

Courbe des effectifs chercheurs CNRS entre 2008 et 2016 (depuis https://www.soundofscience.fr/1626)
Courbe des effectifs chercheurs CNRS entre 2008 et 2016 (depuis https://www.soundofscience.fr/1626)

Oui, je dois vous avouer, je me sens mal: à 52 ans, bac +8, 20 ans de loyaux services au CNRS et plusieurs années précédentes précaires, bientôt je devrais probablement accueillir dans mon labo un nouveau chercheur qui gagnera plus que moi, ce qui n’est pas difficile, vu que les salaires des fonctionnaires ont été gelés depuis une quinzaine d’années… Mais cela, la presse, ne le rappelle pas souvent….
Et ce nouveau arrivé aura tout l’argent à disposition pour mener ses recherches, tandis que moi , je devrais toujours regarder les appels à projet, choisir les possibles, faire les dossiers, et rechercher d’autres sources complémentaires, sans aucune certitude d’arriver à mettre ensemble une somme raisonnable pour avancer mes recherches …

Courbe des effectifs ingénieurs de recherche CNRS entre 2008 et 2016 (depuis https://www.soundofscience.fr/1626)
Courbe des effectifs ingénieurs de recherche CNRS entre 2008 et 2016 (depuis https://www.soundofscience.fr/1626)

Donc, le projet de reforme que le gouvernement voudrait faire passer dans ces jours prévoit l’arrivée de nouveaux chercheurs, tous temporaires, tous beaucoup mieux payés que les chercheurs fonctionnaires, et tous dotés d’un budget que  les fonctionnaires  ne verront probablement jamais dans leur vie. Voilà de quoi agiter la situation au bureau…. Mais au fond, ces chercheurs temporaires, pris pour un projet précis, seront dans une situation pire que celle des chercheurs fonctionnaires: ces nouveaux précaires susciteront des jalousies à l’intérieur des équipes de recherche dont les budgets ont été baissés depuis des années… Sans parler des salaires…. Et, étant précaires, ils seront plus facilement inclinés à la servitude envers les directeurs de labo, qui pourraient éventuellement leur donner un coup de pousse pour entrer définitivement au CNRS. Car passer d’un projet à l’autre, être payé juste pour le temps d’un projet n’est pas une vie: cette précarisation des jeunes chercheurs est un obstacle à la vie sociale, on peut difficilement faire des projets à long terme (mariage/pacs/concubinage, enfants, maison) sans savoir quand et où vous serez pris pour un nouveau projet…

 

Données des personnels CNRS 2019 (depuis le rapport d'activité CNRS 2019: https://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs)
Données des personnels CNRS 2019 (depuis le rapport d’activité CNRS 2019: https://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs)

En effet, une fois fini le projet, ces précaires seront jetés comme des vieilles chaussettes…. Est-on sûr que c’est cela la bonne manière de rendre attractif le métier de chercheur? Ne nous avait-on pas promis, juste pendant le confinement, une revalorisation de notre salaire puisque nous aussi nous avons travaillé (et beaucoup plus qu’avant!) pendant le confinement? Et puisque nous sommes essentiels à la résolution de la crise sanitaire? N’avons-nous pas rappelé que SANS RECHERCHE FONDAMENTALE, la recherche française agonisante finira par mourir? Je vous donne des chiffres: au CNRS on est env. 32 000 chercheurs dont déjà 1/4 contractuels. En SHS1, donc histoire, archéologie, anthropologie, histoire de l’art, ethnographie, archéo-zoologie, archéo-botanique, philosophie, épistémologie, esthétique, sociologie,  sciences politiques, sciences économiques et sociales… on est 210 env. pour toute la France. Pas beaucoup. Les postes en sciences ‘dures’ sont beaucoup plus importants, nous en SHS nous voyons diminuer les postes depuis des années, on est arrivés à une peau de chagrin: dans mon domaine c’est-à-dire en histoire proche-orientale, assyriologie et archéologie orientale préclassique, nous sommes 12…..   Quelle compétitivité voulez-vous avoir par rapport aux USA? Voulons-nous arriver au même point que l’Angleterre où la recherche se meurt même à l’Université, surtout depuis la crise du Covid? A Londres, la recherche sur le Proche-Orient préclassique, n’étant pas « rentable », est exsangue: les professeurs à la retraite font les cours gratis pour ne pas voir disparaître leur discipline, les contrats temporaires sont annulés, les programmes licence et master sont fermés. En 2022, l’akkadien ne survivra que  comme option mineure et d’un seul an  (ce qui est ridicule pour apprendre les langues…), le sumérien et le hittite disparaîtront, comme le syriaque, l’avestan et le pahlavi… Ce qui n’est pas rentable devient donc indigne de recherche…

En perdant les connaissances d’aujourd’hui, le monde se portera-t-il mieux? Si Mozart avait vécu dans ce siècle, il aurait souffert des compressions budgétaires et peut-être n’aurait pas pu composer ce qui nous élève et nous parle au plus intime…. Justement, remettons son Requiem, même en France la recherche se meurt.

Pour l’immage mise en avant: Mamma Roma, 2012 de Marlene Dumas (© Marlene Dumas )

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “REQUIEM POUR LA RECHERCHE”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8940. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “REQUIEM POUR LA RECHERCHE,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8940.

 

  1. sciences humaines et sociales []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


2 réflexions sur « REQUIEM POUR LA RECHERCHE »

  1. Merci Laura pour ce cri du cœur, on se sent très impuissant. Il est incroyable que les politiques ne comprennent pas que la recherche en sciences humaines et sociales, apparemment «  inutile », est la clé de l’avenir. Comment comprendre le présent en restant dans l’ignorance? On transmet ton billet aux amis et au quotidien suisse Le Courrier, en espérant qu’il le publie.

    1. Merci, c’est très gentil! Oui, c’est un cri du coeur, j’adore mon métier, et je voudrais qu’il n’évolue pas aussi mal. En plus, il faut penser aux jeunes générations, qui -les pauvres-paient partout le prix le plus fort. Une société qui sacrifie sa jeunesse est déjà à l’agonie. Portez-vous bien! Laura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.