Une histoire de femmes (2e partie)

Sceau de Zamena, nourrice à la cour d'Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.
Sceau de Zamena, nourrice à la cour d’Urkish, fin du IIIe mill. av. J-C.

Bien que les sources concernent plus souvent les femmes de l’élite, reines ou prêtresses, elles n’oublient pas pour autant les femmes des autres milieux sociaux. Ainsi, nous pouvons connaître la vie des femmes qui travaillaient pour d’autres ou des femmes qui participaient à une entreprise familiale. Depuis leur apparition, en effet, les listes de personnes qui travaillaient dans les palais ou les temples, citent souvent des femmes dans différents secteurs : nourrices, fileuses, musiciennes, cabaretières , qui côtoyaient des femmes travaillant dans des secteurs plus “masculins”, comme l’écriture et la construction. On connaît ainsi des femmes chargées de transporter les briques dont toute construction mésopotamienne nécessite une grande quantité et qui étaient faites à l’avance.

Aide féminin de cuisine, sceau de Tuli, cuisinier à la cour d'Urkish (actuellement Tell Mozan)
Aide féminin de cuisine, sceau de Tuli, cuisinier à la cour d’Urkish (actuellement Tell Mozan)

Les femmes travaillaient aussi à des postes variés : si la majeure partie était simplement de la main d’œuvre (cf.  le terme sumérien GEME2, qui indique des travailleuses de bas rang), on connaît quelques cas de femmes nommées à des postes de responsabilité, comme Ummi-tabat à Nippur, ou Ashtaqqar et Kun-Simat à Garšana, superviseuses des textiles, secteur traditionnellement lié aux femmes. Les nourrices, spécialement celles liées à la famille royale, étaient une catégorie un peu à part. Appelées ummum (mère, en akkadien), elles jouissent d’une certaine influence et d’une certaine reconnaissance sociale. En effet, dans les listes de femmes d’Ebla, elles apparaissent juste après les femmes du roi. Et elles disposaient de leur propre sceau, comme à Urkish (actuel Tell Mozan) à une époque où le sceau commence juste à se diffuser parmi les gens aisés des villes. Enfin, même si trop vieilles pour travailler, ni à la cour d’Ebla, ni dans celle de Mari elles ne sont mises à la porte. On connaît même une lettre de la princesse Ahâssunu de Mari qui implore son père, le roi Yasmah-Addu, de garder sa vielle nourrice.
A Ebla, la reine et les femmes de la famille royale avaient à leur service des DAM/DUMU-MUNUS PA4-ŠEŠ, qui prenaient soin de leur hygiène et bien être personnel en préparant des crèmes parfumées et des onguents et en s’occupant du garde-robe. Enfin, toujours dans les archives d’Ebla, donc vers 2400 av. J.C., sont attestées des sages-femmes travaillant pour les femmes de la famille royale et même un médecin femme (AZU-MUNUS) qui dans les toutes dernières années du royaume d’Ebla s’occupa de la petite princesse  (celle qui après se maria avec le fils du roi de Kish).

Les palais  employaient aussi des chanteuses et des musiciennes: ce sont elles qui accompagnent le plus fréquemment le mort royal dans les tombes dites “royales” d’Ur.

Sceau du cimetière royal d'Ur, 2500 av. J.-C. env. avec musicienne (registre inférieur) dan un contexte de banquet (registre supérieur)
Sceau du cimetière royal d’Ur, 2500 av. J.-C. env. avec musicienne (registre inférieur) dan un contexte de banquet (registre supérieur)

Elles vivent à la cour, reçoivent textiles, laine et nourriture pour leur travail et servent surtout dans les banquets officiels, quand par exemple un roi ami et allié arrive à la cour.

Dans certaines cours existaient aussi des acrobates (HUB2-KI), des pleureuses pour les funérailles royales (munabbītum, EME-BAL) et des chefs cuisinières (MUHALDIM-MUNUS), bien que comme aujourd’hui les grands chefs étaient surtout des hommes. Enfin, chaque cour exploitait le travail de nombreuses femmes anonymes : surveillantes du feu (DAM NE-RA), chargées de moudre la farine, de cuire le pain, de préparer les légumes, aides dans les cuisines…

Statuette en pierre d'un couple enlacé, retrouvé à Mari, env. 2400 av. J.-C.
Statuette en pierre d’un couple enlacé, retrouvé à Mari, env. 2400 av. J.-C.

Et pourtant, toutes ces femmes d’un milieu non élitiste ont été peu représentées, bien que des différences régionales et chronologiques existent. Par ex. peu attestées dans la Mésopotamie du IIe mil ., les femmes le sont plus à la même époque en Syrie, en Turquie et en Iran. Et en revanche les sceaux et les plaques votives mésopotamiennes du IIIe mill. montrent souvent des domestiques et même des musiciennes, spécialement dans les scènes du banquet.

Reste que déjà dans certains textes littéraires en sumérien du début du IIe mill. av. J.C., l’image de la femme idéale est … la femme au foyer… (à suivre)

☞ 1re partie

Bibliographie
Asher-Greve, J. et Sweeney, D. 2006. On NAkedness, Nudity and Genderin Egyptian and Mesopotamian Art. In S. Schroer (éd.), Images and Gender: 125-176. Freiburg et Göttingen.
Biga, M.-G. 1997. Enfants et nourrices à Ebla.
Buccellati, G. et Kelly-Buccellati, M. 1995-6. The Royal Storehouse of Urkesh. The Glyptic Evidence from the SW Wing. Archiv für Orientforschung  42-43: 1-32
Justel, J. J. et Garcia-Ventura, A. (eds), 2018. Las mujeres en el Oriente cuneiforme. Alcalà: Universitad de Alcalà, Servicio de publicaciones.
Lion, B. et Michel, C. (eds), 2016. The Role of Women in Work and Society in the Ancient Near East. Berlin: De Gruyter.
Schroer, S. (éd.), 2006. Images and Gender. Contributions to the Hermeneutics of Reading Ancient Art, OBO 220. Freiburg et Göttingen.
Stol, M. 2015. Women in the Ancient Near East. Berlin: De Gruyter.
Suter, C. 2008. Who are the Women in Mesopotamian Art from ca. 2334-1763 BCE? Kaskal 5: 1-55.
Svärd, S. et Garcia-Ventura, A. 2018. Studying Gender in Ancient Near East. Winona Lake/Philadelphia: Eisenbrauns/The Pennsylvania State University Press.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Une histoire de femmes (2e partie)”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/06/2018, https://ane.hypotheses.org/891. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Une histoire de femmes (2e partie),” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/06/2018, https://ane.hypotheses.org/891.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.