Les idées de « démocratie » ou pourquoi ne pas accepter la privation des libertés individuelles sans se révolter

 

Et voilà, on y est à nouveau dedans, un autre confinement… 2020 annus horribilis! Je n’aime pas le confinement (certes, c’est une banalité, mais c’est mieux d’être clair). Et je n’aime pas que mes libertés essentielles, comme celles de sortir, de converser, de voir les aînés, de pratiquer ma foi  me soient d’un coup et une deuxième fois refusées. C’est inconstitutionnel. Et ça transforme la démocratie, ou plutôt la forme actuelle de démocratie en oligarchie dans le meilleur des cas, ou tyrannie  dans le pire.
Mais c’est quoi au juste la démocratie?

En Mésopotamie et en Égypte, ce concept n’existe pas: il peut y avoir -mais pas partout-une ‘assemblée des anciens’ mais c’est le roi choisi par les dieux qui décide tout, garantissant la justice, la protection et l’aide, comme le bon pasteur avec son troupeau.

Le mot démocratie vient du grec, demos (peuple) et cratos (régime, gouvernement) et on peut dire que les Grecs ont inventé la démocratie, dont l’Athènes du Ve siècle BC est l’exemple le plus connu par tous. Mais s’agit-il de la même démocratie qu’aujourd’hui? Non: dans le système grec, ce ne sont que les hommes qui peuvent participer au gouvernement. Femmes, immigrés et esclaves en sont exclus: seuls les hommes nés de parents grecs sont citoyens. Une autre différence fondamentale avec aujourd’hui est que les citoyens grecs participent activement à la politique: ils ne délèguent pas le pouvoir à des représentants comme nous le faisons aujourd’hui, mais tous siègent à l’assemblée et votent. Et s’ils ‘oublient’ de venir à l’assemblée, c’est une sorte de police qui va les forcer à la rejoindre le plus vite possible. Et pour inciter les citoyens à venir à l’assemblée, on paye à tous une journée de travail.

Et pourtant… et pourtant, c’est ce système de « démocratie » qui a voté la mort de Socrate, accusé de pervertir les jeunes hommes avec des dialogues philosophiques sur l’existence des dieux, sur le bien et le mal…  Et c’est encore ce système ‘démocratique’ qui est accusé par Aristophane -auteur de comédies dans l’Athènes de la fin du Ve s.-début du IVe BC- d’être corrompu1. Et comme aujourd’hui, certains comme par exemple Aristote, avouent qu’aucune forme de gouvernement est parfaite et que chacune est rapidement supplantée par une autre forme de gouvernance (démocratie, oligarchie, tyrannie ou royauté)…

David, Le Serment du Jeu de Paume (ca 1790)
David, Le Serment du Jeu de Paume (ca 1790)

Alors, c’est un destin que la démocratie ne soit jamais l’idéale? Peut-être, mais pour continuer à la faire exister, il faut respecter  la constitution que les citoyens se sont donnée. Accuser les concitoyens d’être responsables de la diffusion du virus par manquement fautif et malicieux au port du masque et au respect de gestes « barrière »2, abuser de la peur que les media alimentent chaque jour, ne pas expliquer le rapport entre tests pratiqués et cas attestés de covid3, ne pas donner les cas en réanimation par rapport aux cas des gens infectés, c’est un jeu dangereux dont  le gouvernement devra s’expliquer une fois la ‘crise sanitaire’ passée. Et là ce ne sera pas que la justice mais aussi les votations qui sanctionneront les abus.

Portez-vous bien, mais surtout RÉSISTEZ! Gardez le moral et protestez!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les idées de « démocratie » ou pourquoi ne pas accepter la privation des libertés individuelles sans se révolter”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/11/2020, https://ane.hypotheses.org/8899. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les idées de « démocratie » ou pourquoi ne pas accepter la privation des libertés individuelles sans se révolter,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/11/2020, https://ane.hypotheses.org/8899.

 

Pour aller plus loin:
Arundhati Roy, La démocratie : notes de campagne. En écoutant les sauterelles, Paris: Gallimard, 2011.

  1. depuis le début, pouvoir semble rimer avec mauvaise gestion []
  2. mais c’est une expression horrible, et encore pire celle-ci: « distanciation sociale »: l’être dans la société et se sentir intégré est contradictoire avec les distances… mais quel type de société est-on  en train de former? []
  3. et le test ne dit pas à quel moment on a été infecté! Il atteste qu’à un moment ou un autre on a été en contact avec le virus []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.