Des cosmétiques et des tatouages : ou comment devenir un autre

 

Les analyses et les recherches sur les textes littéraires, l’iconographie et les restes archéologiques suggèrent que, loin d’être un élément mineur ou frivole, les cosmétiques sont en Mésopotamie autant liés à la personnalité qu’à la séduction1.

Terre cuite kassite de tête masculine retrouvée à Dur Kurigalzu. IIe moitié du IIe mill. BC
Terre cuite kassite de tête masculine retrouvée à Dur Kurigalzu. IIe moitié du IIe mill. BC

 

Tous, hommes, femmes et enfants se maquillaient au moins les yeux: dans les bas reliefs néo-assyriens et les terres cuites kassites , en effet, restent des traces de noir sur les yeux des hommes comme des divinités. Et aussi bien dans les tombes d’enfants et d’hommes que des femmes on a trouvé des boîtes cosmétiques. D’ailleurs, le kohl a une fonction médicale, étant une protection de l’oeil contre les insectes et le soleil.

Paradoxalement, ce ne sont pas les textes privés (lettres, textes commerciaux) qui nous renseignent sur les cosmétiques utilisés dans la vie quotidiennes mais la littérature mythologique et religieuse et en partie les listes lexicales. Malheureusement, ces dernières se limitent à des listes de mots qui sont de traduction difficile et parfois des hapax2. La mythologie, en revanche, permet à travers le récit des actes de la déesse de l’amour Inanna/Ishtar de comprendre comment on se maquillait et aussi pourquoi.

Mēqû est le terme akkadien qui concerne les cosmétiques. Il est souvent utilisé en union avec les termes de l’éclat, de la brillance, de la lumière, qui sont toujours liés à la vitalité et à la divinité. Se maquiller, donc, permet non d’améliorer son apparence, mais de devenir « quelqu’un d’autre » et de participer de cette vitalité qui est divine et qui est par ailleurs liée à l’acte sexuel. En effet, le maquillage s’accompagne dans les textes des termes liés à la séduction. Ce lien est par ailleurs évident dans le nom du fard à paupières utilisé par Inanna dans la Déscente d’Inanna aux Enfers: le fard « qu’il vienne qu’il vienne l’homme! ».

 

Fragment de peinture retrouvée à Til Barsip, Ier mill. BC
Fragment de peinture retrouvée à Til Barsip, Ier mill. BC

Pour séduire, c’est tout son corps qu’on doit changer. La lecture des textes permet de retracer les étapes pour y arriver3: d’abord on savonne tout le corps, puis l’eau purificatrice enlève toute saleté, mais c’est la fragrance des parfums et des onguents qui rend le corps désirable. Complètent  la préparation les vêtements et le maquillage. D’abord le fard à joues qui devait être des différentes tonalités de rouge/ocre, car cette couleur est associée à l’éclat, puis pour finir le plus important, le fard noir à paupières4. L’importance de l’oeil suggère de chercher une explication qui va au-delà du maquillage. L’oeil est essentiel dans la dynamique de la séduction: il permet de voir l’autre et d’être vu par l’autre.  En sumérien le logogramme pour oeil (IGI) est le même que celui utilisé pour le visage, comme s’il ne pouvait pas y avoir de visage sans yeux.
L’oeil est aussi essentiel dans la magie: être « trop vu » apporte du mal, la jalousie des autres, à laquelle il faut échapper en portant des amulettes à forme d’oeil. Car cette amulette permet de contrebalancer les regards en excès, l’oeil talisman restant toujours ouvert…

Le noir qu’on met sur l’oeil sert à l’agrandir, à le rendre aussi démesuré qu’il apparaît dans certaines statues. Statues petites et grandes, en pierre ou en argile confirment et parfois complètent les données textuelles.

Il est en effet possible de penser que visage et corps pouvaient aussi être « tatoués », le tatouage fonctionnant dans le même sens que le maquillage, rendre la personne « autre » et séduisante. Déjà depuis l’époque chalcholitique, les figurines mésopotamiennes en argile offrent ces marques sur le corps nu, spécialement les jambes, les épaules et le visage. En Mésopotamie il n’existe pas de momies, qui pourraient confirmer ou contredire ce que les archéologues déduisent des représentations iconographiques. Mais en Égypte il y en a et elles montrent la prédilection pour les jambes, le torse et le visage comme dans les statuettes mésopotamiennes. Et elles utilisent souvent des lignes droites et parallèles, comme dans les représentations mésopotamiennes. Cela ne signifie pas que si la coutume est avérée en Égypte elle l’était aussi en Mésopotamie. Mais les coïncidences sont plutôt en la faveur de la possibilité d’interpréter les lignes retrouvées sur les corps représentés  en Mésopotamie comme des tatouages.
Plusieurs sociologues contemporains étudient le phénomène contemporain du tatouage comme un acte d’identité autant individuelle que sociale. En est-il de même dans l’antiquité? Marquer son corps, d’une manière temporaire ou définitive n’est pas un acte anodin: par ces marques on s’affirme autre que comment on est.

Mais en Mésopotamie la société n’a pas les mêmes enjeux que la notre. Se tatouer est plutôt un signe d’identité personnelle plus que sociale. Et il a des connexions  avec la sphère religieuse. Inanna/ Ishtar, c’est la divinité qui excelle dans les déguisements et dans les transformations corporelles, allant jusqu’à pouvoir changer de sexe. Une statue protodynastique5 la montre nue et couverte de tatouages sous la forme de lignes.

 

Pixis retrouvée à Tell Afis (Mazzoni 2005: fig.2)
Pixis retrouvée à Tell Afis (Mazzoni 2005: fig.2)

Enfin, les restes archéologiques confirment l’importance du maquillage : boîtes à fard de toutes formes (ronde, rectangulaire, en forme de coquillage) et de tout matériel (or, argent, pierre, coquille, argile), les plus riches décorées d’incrustations de nacre et lapislazuli… Appelées peut-être bīt mēqīti, elles sont présentes partout en Mésopotamie, du Nord (Gasur) à la Diyala (Tell Asmar, Khafadjé) au Sud (Fara, Kish, Tello, Ur). Retrouvées essentiellement dans les tombes de tout sexe, elles ont souvent conservé le fard avec lequel le mort avait été enterré. Mais malheureusement, ces découvertes remontent à un moment de l’archéologie proche-orientale où les analyses ne se faisaient pas ou commençaient tout juste. Ainsi on a peu de données fiables, la couleur s’altérant avec le temps et l’enterrement et donc sans analyse, il est difficile de savoir quel minéral était utilisé. Les rapports de fouilles de plusieurs sites mésopotamiens citent par exemple un fard blanc qui a été retrouvé dans les boîtes : s’agît-il d’une couleur réellement utilisée par les femmes pour éclairer leur teint ou d’un fard qui au contact avec l’humidité de la terre aurait changé de couleur?

Il reste encore à découvrir certains aspects du maquillage (par exemple on ignore tout du rouge à lèvres) et des tatouages. Et à comprendre la perception du corps et les problèmes de personnalité, autant des sujets passionnants mais difficiles, l’image que textes et iconographie nous ont laissée est celle idéale, la réalité et le ressenti de cette dernière pouvant être fort différents!

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Des cosmétiques et des tatouages : ou comment devenir un autre”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 20/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8891. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Des cosmétiques et des tatouages : ou comment devenir un autre,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 20/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8891.

 

Pour aller plus loin
Cassin, E. 1982. Kosmetik. In Reallexicon der Assyriologie 5: 214-218. Berlin: de Gruyter.
Mazzoni, S. 2005. Pyxides and Hand-Lion Bowls: A Case of Minor Arts, in C.E. Suter et C. Uehlinger, Crafts and Images in Contact: Studies on Eastern Mediterranean art of the first millennium BCE, OBO 210: 43-66.
Moorey, P.R.S. 1994. Ancient Mesopotamian Materials and Industries: The Archaeological Evidence. Winona Lake: Eisenbrauns.
Stol 2016. Women in the Ancient Near East. Berlin: de Gruyter.

  1. pour cosmétiques j’entends toute coloration temporaire, poudre, huile, lotion appliquée sur la peau []
  2. attestés seulement une fois []
  3. ce sont les mêmes que l’on retrouve dans le récit d’Ezéchiel XXIII: 40 concernent Ohola et Oholiba, femmes « impudiques » []
  4. Rouge ou ocre pour les joues, noir pour les yeux, c’est exactement comme dans la tête masculine de terre cuite montrée au début de cet article []
  5. env 2600-2500 BC []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Des cosmétiques et des tatouages : ou comment devenir un autre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.