Messages codés : entre ésotérisme et services secrets

 

Nous n’avons pas inventé les messages codés, ni Jules César qui pourtant les a abondamment utilisés. Depuis qu’il existe un système de communication écrit, il existe également des systèmes de codage des messages, qu’on les aient déjà compris comme en Mésopotamie, Égypte, Grèce et Rome, ou pas encore comme chez les Maya. Je dirais même que depuis qu’il existe, l’homme a senti la nécessité de pouvoir communiquer des informations de manière sécurisée sans les rendre accessibles à tous, surtout pendant les guerres. La cryptographie est la science qui étudie ces communications sécurisées.

Coder ou crypter un message signifie  le transformer afin qu’il ne puisse être compris que par celui ou ceux qui connaissent les codes. Ainsi le sens original  échappe  à la majeure partie des gens et reste secret. On peut coder de différentes manières: souvent on donne à chaque lettre une valeur différente de celle qu’elle a normalement. Par exemple on peut décaler l’alphabet de trois, quatre ou plus positions: pour écrire A, j’utiliserai donc un D (décalage de trois positions) ou un E (décalage de quatre positions) ou F (décalage de cinq positions) etc. Le mot « ami » peut être donc écrit « dpl » (décalage de trois positions), ou « eqm » (décalage de quatre positions) ou « frn » (décalage de cinq positions)…

A   B     D         H     J    K    L    M  N  O   P   Q     S   T    U    V  W  X  Y   Z
D   E   F    H   I        K   L  M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z   A   B   C

En cryptographie le chiffrement par décalage est connu sous le nom de « Code César », puisque Jules César l’utilisait bien! Voici ce qui dit Suétone à ce propos:

 » Il y employait, pour les choses tout à fait secrètes, une espèce de  chiffre qui en rendait le sens inintelligible (les lettres étant disposées de manière à ne pouvoir jamais former un mot), et qui consistait, je le dis pour ceux qui voudront les déchiffrer, à changer le rang des lettres dans l’alphabet, en écrivant la quatrième pour la première, c’est-à-dire le d pour le a, et ainsi de suite » (Suétone, Vie des douze César, livre I, paragraphe 56).

Avec les nouveaux systèmes informatiques, ce chiffrement par décalage est vite compris -on dit « cassé »-, puisque les analyses de fréquence montrent quelles lettres apparaissent plus souvent et comme dans chaque langue certaines lettres apparaissent beaucoup plus souvent que les autres, on arrive vite à trouver la clé de lecture.

 

Kudurru rempli de symboles religieux
Kudurru rempli de symboles religieux

Une autre méthode consiste à transformer les mots en chiffres. Je choisis la valeur que je veux pour la première lettre et je continue à donner aux lettres suivantes les chiffres en ordre continu et croissant. Par ex. pour écrire « A » j’utilise un 4, B un 5, C un 6, etc…Ainsi, pour reprendre l’exemple déjà utilisé,  « ami » sera  41.612 (4-16-12)….
Ou bien la valeur des chiffres peut être aléatoire: « A » est 4, B est 1, C est 9, etc… Enfin, je peux donner à chaque lettre une valeur trouvée avec un algorithme, le même algorithme pour toutes les lettres ou deux-trois algorithmes à un groupe continu de lettre ou -encore plus difficile- à un groupe aléatoire de lettres.

Dans tous les cas, casser un cryptage par numéros n’est pas très difficile: si les numéros sont continus (premier cas) la solution est plus vite trouvée. Mais même pour le deuxième (numéros choisis de manière aléatoire) et troisième cas (numéros obtenus avec un ou plusieurs algorithmes), les systèmes informatiques mettent peu de temps à trouver la solution et « casser » le code: les analyses de fréquence individualisent les lettres qui reviennent le plus souvent et arrivent ainsi a déchiffrer le code.

 

Il existe d’autres systèmes de cryptage, mais les deux principaux dont on a parlé ci-dessus ont été utilisés aussi en Mésopotamie. Plutôt que parler d’un dieu, certains types de textes, que l’on supposait réservés à un petit nombre de ‘connaisseurs’, et qui donc sont appelés ‘ésotériques’, utilisent un chiffre: 30 pour Sin, le dieu Lune, est facilement explicable en comptant le jours du mois, 60 pour le dieu suprême Anu c’est le chiffre le plus important dans le système sexagésimal. 15 pour Ishtar, la fille du dieu Lune, est la moitié du nombre attribué à Sin. Adad et Marduk ont le chiffre 10, dont le signe cunéiforme peut être aussi lu de manière phonétique (u) et idéogrammatique (UMUN) qui équivaut à l’akkadien bel, « Seigneur ». Pour d’autres chiffres, les raisons nous échappent encore: Enlil a le chiffre 50, Ea le 40…

Une véritable cryptographie concerne les noms des scribes de l’époque séleucide: 21-11-20-42 devrait être Anu-bêlšunu, mais il reste à expliquer comment on y est arrivé. Déjà Sargon II d’Assyrie avait utilisé ce procédé quelques siècles plus tôt, mais une fois encore la manière d’arriver à un chiffre pour un nom personnel reste énigmatique.

7 symboles sur le socle des temples du palais de Khorsabad (d'après Finkel et Reade 1996:fig.1)
7 symboles sur le socle des temples du palais de Khorsabad (d’après Finkel et Reade 1996:fig.1)

Enfin, toujours Sargon II d’Assyrie (721-705 BCE) a utilisé une forme cryptographique pour écrire son nom et son titre: sur le socle de la façade des six temples qui sont intégrés dans le palais royal de Dur-Sharrukin (actuelle Khorsabad), sont représentés en succession sept symboles: un roi, un lion, un oiseau, un taureau, un arbre, un araire, une figure humaine.
Jusqu’aux années 1990, ces symboles étaient interprétés comme une forme de décoration, qui comprenait une signification astrale et divine. En 1996 Reade et Finkel, au-delà d’une lecture purement décorative, symbolique et astrale, ont proposé d’interpréter ces sept dessins comme une forme d’écriture cryptique. Car en lisant en akkadien et en succession les 7 images, on obtient: Sargon, šarru rabû, šarru mātu šūrû ersetu, qui signifie: « Sargon, grand roi, roi de la terre d’Assyrie ».

De même le roi Asarhaddon (680-669 BCE), un des petits-fils de Sargon II, nous a laissé des écritures cryptiques qui comme son grand-père utilisent des pictogrammes pour les lire de manière phonétique ou idéogrammatique.

D’autres exemples seront sûrement retrouvés dans le futur, peut-être aussi dans les correspondances concernant des questions militaires ou géo-politiques. Mais déjà, je voudrais souligner cette incroyable richesse de lectures possibles en Mésopotamie: certaines personnes devaient regarder ces dessins comme une décoration, d’autres y voyaient une allusion à la sphère divine et un tout petit nombre, le roi, les lettrés et quelques membres de la famille royale, pouvait lire toutes les allusions qu’une succession de dessins pouvait suggérer.

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Messages codés : entre ésotérisme et services secrets”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 04/10/2020, https://ane.hypotheses.org/8858. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Messages codés : entre ésotérisme et services secrets,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 04/10/2020, https://ane.hypotheses.org/8858.

 

Pour aller plus loin
Finkel, I. et Reade, J.E. 1996. Assyrian Hieroglyphs. Zeitschrift für Assyriologie 86: 244-268.
Zgoll, A et Roaf, M. 2001. Assyrian Astroglyphs : Lord Aberdeen’s Black Stone and the Prisms of Esarhaddon. Zeitschrift für Assyriologie 91 : 264-295.

 

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Une réflexion sur « Messages codés : entre ésotérisme et services secrets »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.