Le Coronavirus et la recherche

Cette année est assurément une année très étrange et je ne doute pas qu’au futur on s’en souviendra : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité presque tout s’arrête, les gens sont priés de rester chez eux, écoles, universités, commerces, parcs et la majeure partie des spécialistes ferment… Dans ce marasme, comment les chercheurs ont-ils été affectés et le sont encore ?

A l’université, les enseignants chercheurs ont eu un travail de fou : sans aucune préparation préalable, on a dû inventer une manière de faire cours “en ligne”, de faire passer aussi des examens en ligne, de répondre aux questions des étudiants en ligne, chacun plus ou moins soutenu par son Université mais devant utiliser des moyens personnels (pas toujours à la pointe) et devant aussi considérer les moyens de ses étudiants. Beaucoup, en effet, sont rentrés dans leur famille, car un hébergement étudiant est rarement souhaitable pour une période de confinement, surtout longue comme celle que nous avons tous vécue. Et à la campagne la connexion internet est parfois plus difficile et plus lente qu’en ville ! Je pense que peu de gens se sont rendus compte du travail phénoménal fait par les enseignants, que se soit dans le supérieur, dans le secondaire ou dans le primaire: le travail a été quintuplé, et sans arrêt, 7 jours sur 7, les étudiants confinés et sans pouvoir voir leurs amis avaient beaucoup de temps et ont en général bien travaillé. En plus, tous les professeurs se sont ingéniés à trouver de multiples manières de rester en contact avec leurs élèves et de ne pas les faire décrocher:  l’envie d’enseigner et de faire réussir le plus grand nombre était trop forte. Même au plus haut niveau, au Collège de France, obligé comme tous les instituts d’enseignement supérieur d’arrêter ses cours, les Professeurs ont tenu à enregistrer leurs cours et à créer un espace de dialogue entre étudiants et chercheurs1.

Le Coronavirus au microscope électronique (d'après https://www.flickr.com/photos/niaid/49534865371/)
Le Coronavirus au microscope électronique (d’après https://www.flickr.com/photos/niaid/49534865371/)

Au CNRS, toutes les missions ont été suspendues et encore aujourd’hui elles ne sont permises qu’à l’intérieur de la communauté européenne. Congrès, colloques, tables rondes ont tous été reportés en 2021, parfois en 2022: rarement les organisateurs ont prévu ou ont proposé un colloque « online » et heureusement! A part les décalage horaire – tout de même difficile si vous avez invité un collègue américain et un japonais2 -, c’est l’essence même du colloque qui en pâtit… Le colloque n’est pas seulement la conférence qu’on donne, c’est surtout le débat et les échanges avec d’autres collègues, la circulation des idées et le renouvellement des méthodologies. Les pause-café sont parfois plus importantes que la conférence puisque c’est surtout à ce moment là que l’échange est plus profitable et naturel… Alors, certes, l’utilisation d’internet peut  pallier la solitude imposée au chercheur par la situation sanitaire, mais elle ne remplacera pas la fécondité des discussions en « présentiel ».

Une autre limitation imposée par le Covid 19 aux chercheurs et enseignants chercheurs est l’accessibilité aux livres. Peut-être pas tout le monde sait que les livres sont soupçonnés transmettre le Coronavirus. Ainsi, avant la mi-Juillet on était interdit de bibliothèque. C’est un peu un absurde: on nous a enlevé notre principal instrument de travail! Heureusement que les bibliothèques numériques fonctionnent bien! Et que les pdf des livres circulent facilement sur le net…. Et que la majeure partie des chercheurs ont aussi une belle bibliothèque chez eux achetée avec leur propre argent… Tout de même la fréquentation de la bibliothèque me manque, et je trouve désolant que le livre consulté par un chercheur doive subir une quarantaine de trois jours avant d’être touché à nouveau par un autre chercheur… et cela on ne sait pas jusqu’à quand!

Enfin, chercheurs et enseignants chercheurs ont plutôt bien passé la période de confinement: pendant ce temps, on a pu avancer dans des dossiers en retard, et sans tâches administratives quelle aubaine! Mais personne ne souhaite un autre confinement! Alors, utilisons le masque et respectons au mieux les distances! Bonne été tout de même! Reprenez des forces, profitez de la nature, sortez, après le confinement il faut recharger les batteries.

 

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le Coronavirus et la recherche”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/08/2020, https://ane.hypotheses.org/8828. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le Coronavirus et la recherche,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/08/2020, https://ane.hypotheses.org/8828.

 

  1. voir les « propos des chercheurs«  []
  2. quand à Tokyo c’est 13h00, à New York c’est minuit et à Paris c’est 6h00…. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.