Les périodes « oubliées »

L’histoire du Proche-Orient ancien est encore riche de périodes mal connues. La première moitié du IIIe mill. BCE et la deuxième moitié du IIe mill. BCE font partie de ces zones d’ombre, faute de fouilles ou en raison de la raréfaction des sites habités. Mais il y a aussi des pans entiers de l’histoire proche-orientale qui mériteraient d’être mieux connus. Les époques qui vont de la fin de l’empire achéménide à l’arrivée de la religion musulmane sont encore à redécouvrir.

Parthes et Sassanides font partie de ces moments de l’histoire qui intéressent peu même les chercheurs. Un étudiant qui se spécialise en histoire ou en archéologie du Proche-Orient ancien étudie jusqu’à l’empire achéménide, et celui-ci encore très mal. En effet, comme toutes les périodes qui se situent à la fin d’une grande civilisation, les Perses, qui formèrent le dernier grand empire oriental, n’intéressent qu’exceptionnellement les spécialistes du Proche-Orient ancien, qu’ils soient archéologues ou historiens, et encore plus rarement les hellénistes1.

Persépolis
Persépolis
Cet empire formé d’une élite perse arrivée en Iran vers le Ier mill. BCE. , en provenance de l’est, produisit une civilisation et un art qui  accusés « d’eclettisme » sont difficiles à comprendre pour des occidentaux habitués à juger l’art selon les catégories grecques de l’originalité et  de la « beauté ». Et la concentration des fouilles dans les capitales obscurcit la restitution du cadre historique de l’empire.
Statue en bronze d'un dignitaire parthe. Téhéran, Musée National
Statue en bronze d’un dignitaire parthe. Téhéran, Musée National

De même, l’empire parthe est coincé entre les Perses et les époques hellénistique et romaine et ne concerne qu’une partie de l’Orient d’avant Alexandre le Grand. N’étant pas du tout attesté en Israël, Palestine, Jordanie, Turquie et Arabie, l’empire parthe ne concerne essentiellement que la partie de l’Orient correspondante aux actuels Iran, Irak et partiellement Syrie. Ainsi, parmi les archéologues proche-orientaux ce sont seulement certains travaillant dans ces pays qui s’intéressent à la civilisation parthe2. Les sources écrites retrouvées sont peu nombreuses, encore moins que celles sassanides, et ce sont souvent des sources d’autres peuples qui nous font connaître les Parthes, non sans une certaine déformation3

Triomphe de Châpour Ier sur l’empereur romain Valérien. Bas relief de Bichâpour, Iran
Triomphe de Châpour Ier sur l’empereur romain Valérien. Bas relief de Bichâpour, Iran
Une autre période « oubliée » est l’empire Sassanide. Cet empire héritier de l’empire parthe et s’étendant à peu près dans les mêmes régions, n’intéresse pas beaucoup les chercheurs malgré des sources plus nombreuses4. Coincé entre les Musulmans et les Romains, cet empire a des éléments de continuité manifeste avec la tradition mésopotamienne, non seulement par choix de motifs iconographiques, mais aussi par type de monument.
Ce n’est pas seulement une question de redécouvrir une civilisation peu connue: l’enjeu est aussi déontologique. Tout archéologue qui fouille sur des sites millénaires est amené à fouiller des niveaux d’époques qu’il connaît plus ou moins bien. Mais son rôle est de tout fouiller et tout publier, il ne devrait pas préférer une époque plutôt qu’une autre, il ne devrait pas éviter de fouiller des niveaux qu’il ne considère pas suffisamment « intéressants ». Et pourtant, c’est une pratique assez diffuse.
Mais si on ne fouille pas tout, très vraisemblablement personne ne le fera dans un futur proche. C’est le même type de problème qui se pose à l’archéologue qui veut publier du matériel « oublié » dans les réserves des musées ou dans des collections publiques ou privés qui ne sont pas suffisamment grandes pour avoir des spécialistes de chaque époque. Si on étudie une collection de terres cuites mésopotamiennes, par exemple, s’arrêtera-t-on à l’époque avant Alexandre
Un type de figurines séleuco-parthes (d'après Ziegler 1962: pl.30).
Un type de figurines séleuco-parthes (d’après Ziegler 1962: pl.30).
 le Grand en excluant les figurines d’époque plus récente, dites « séleuco-parthes » tellement elles sont peu étudiées et comprises? Ou ressentira-t-on le devoir de tout publier afin de donner à la communauté scientifique les éléments de base d’une connaissance qui peut les aider ? Car, parfois si on ne publie pas une catégorie d’objets conservés dans un musée personne ne le fera dans un future proche.
Un autre aspect déontologique concerne ces objets ou ces époques oubliés: il vaudrait mieux ne pas juger le passé selon les catégories mentales auxquelles on est habitué depuis l’enfance. Pour comprendre les Parthes,  les Sassanides et toutes les périodes à la charnière entre deux époques considérées plus « importantes », l’archéologue et l’historien doivent opérer une violence indispensable sur eux-mêmes, pour se libérer de leur manière de penser et pour essayer de regarder selon le point de vue des peuples dont on a perdu une grande partie de mémoire. C’est en restant toujours attentif à comprendre pourquoi certains éléments auxquels on s’attendrait de manière « normale » et même inconsciente n’apparaissent pas du tout comme attendus, que l’historien (et l’archéologue) peut arriver à comprendre le passé. Cela signifie donc dépasser le jugement pour arriver à la compréhension. Cela n’est-t-il pas aussi valable pour le présent? Cette manière de penser, ne ferait-elle mieux apprécier les immigrés, les SDF, les handicapés et les malades tout simplement comme des hommes et des frères plutôt que comme des ennemis?
Portez-vous bien!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les périodes « oubliées »”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8818. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les périodes « oubliées »,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 12/09/2020, https://ane.hypotheses.org/8818.

 

Pour aller plus loin ((Je me propose de revenir dans ce blog sur les Parthes et les Sassanides.))
Bongard-Levine, G. 2004. L’art parthe après M. I. Rostovtzeff : le problème de ses origines. In Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 148e année, N. 2: 945- 984.
Briant, P.   1996. Histoire de l’Empire perse, de Cyrus à Alexandre. Paris, Fayard.
Demange, F. (éd.) 2006. Les Perses sassanides : Fastes d’un empire oublié (224-642). Paris, Association Paris-Musées.
Dossiers d’Archéologie n.271: Les Parthes. Mars 2002. Dijon, ed. Faton.
Dossiers d’Archéologie n.243: Empires Perses. Mai 1999.
Ghirshman, R. 1951. L’ Iran, des origines à l’Islam. Paris, Payot.
Ghirshman, R. 1962. Parthes et Sassanides, Paris, Gallimard.
Ziegler, Ch. 1962.  Die Terrakotten von Warka. Berlin, Gebr Mann Verlag.
  1. Une exception notable est Pierre Briant: voir son livre  Histoire de l’Empire perse, de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, ainsi que son site web: http://www.achemenet.com/ []
  2. Le seul manuel disponible est encore celui de Ghirshman, d’il y a 60 ans: Parthes et Sassanides, Paris, Gallimard, 1962. Ghirshman avait déjà esquissé les époques parthe et sassanide dans son manuel dédié à tout l’Iran ancien avant l’Islam: Roman Ghirshman, L’ Iran, des origines à l’Islam, Paris, Payot, 1951. Ce sont souvent les facultés de langues qui enseignent cette période, comme la Faculté des langues de Strasbourg, par ex: https://langues.unistra.fr/formation/licences/licence-langues-litteratures-et-civilisations-etrangeres-et-regionales/parcours-monolingues/etudes-arabes/rof/ME87/FRUAI0673021VCOEN12459/ []
  3. Les premiers chercheurs s’intéressant aux Parthes étaient tellement influencés par les récits des auteurs classiques qu’ils considéraient les Parthes comme des barbares incultes: cf. Bongard-Levine 2004 []
  4. voir la synthèse récente de F. Démange (éd), 2006, Les Perses sassanides : Fastes d’un empire oublié (224-642). Paris, Association Paris-Musées. Mais le manuel sur les Sassanides cité partout et considéré avoir été publié en 1971 ou 1944 (A. Christensen, L’Iran sous les Sassanides), a été en réalité écrit en 1906!!! []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.