La musique en Mésopotamie

À ce 21 Juin 2020
privé de musique…

Dans la société mésopotamienne la musique avait une importance certaine: des berceuses que les mamans fredonnaient à leurs bébés, aux chants des fêtes religieuses, à la musique qui accompagnait le banquet, aux épopées qui étaient chantées1, à la célébration des victoires militaires… La musique est présente à toute époque, dans

Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 11 6869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.
Hochet retrouvé à Ur, époque paléo-babylonienne (BM 116869). Depuis Dumbrill 2015: fig. 60.

tous les niveaux sociaux et dans toutes les phases de la vie humaine: du hochet du nourrisson (ci-contre) à la harpe du cimetière royal d’Ur (ci-dessous).
Textes, représentations iconographiques et découvertes archéologiques d’instruments anciens convergent à montrer l’importance de la musique qui a été occultée par la perte de la majeure partie des instruments et par le nombre réduit de partitions musicales.
Comme disait Platon, la musique est l’une des composantes de l’expérience du beau. Selon les récentes études des neuroscientifiques, la musique arrive à communiquer directement des émotions à notre cerveau, sans explication et sans demander des auditeurs une quelconque formation musicale.

Harpe d’Ur in situ

Il n’y a pas un terme abstrait général pour la musique, mais le verbe zamâru sert à indiquer autant la musique que le chant. Celui qui joue ou chante s’appelle nâru (nârtu au féminin). Il est en général lié au palais royal ou au sanctuaire le plus important de la ville, qui seuls avaient les moyens financiers pour maintenir un grand nombre de musiciens et les former. Au début du IIe mill. av. J.-C. dans la ville de Mari la documentation écrite du palais montre l’existence d’un nombre important de musiciennes qui étaient probablement aussi chanteuses et danseuses. Et à la cour néo-assyrienne (Ier mill. av. J.-C.) étaient présents des musiciens et musiciennes des pays limitrophes, comme indique cette lettre:

« 36 femmes Araméennes, 15 femmes Kushites […], 7 femmes assyriennes, leurs servantes, 4 remplaçantes […], [x +] 3 femmes de Tyre […], [x] femmes Kassites
coupure de 4 lignes ou plus
x femmes Corybantes, 3 femmes d’Arpad, 1 remplacement […], 1 femme d’Ashdod, 2 femmes hittites,  […]. En tout, 94 femmes et 46 femmes de chambre: au total, pour le  père du prince héritier; en tout, 140 …
La femme Šiti-tabni, 2 femmes de chambre, idem; la femme Amat-Emuni, 3 idem. 8 femmes chefs de musiciens, 3 femmes araméennes, 11 femmes hittites, 13 depuis Tyre,  13 depuis Corybantes, 4 femmes de Sah […], 9 femmes Kassites: en tout, 61 femmes musiciennes. 6 servantes du temple […], 6 femmes scribes, 1 femme -…, 4 femmes de Dor, 15 forgerons et foreuses de pierres, 1 coiffeuse: en tout, 33. Grand total: 194 femmes et 52 femmes de chambre; aussi 1 femme boulangère et ses 2 servantes; en tout, 156 femmes. » (SAA 7: n.24).

Plaque perforée avec scène de banquet dans le registre supérieur et de musique dans le registre inférieur. Vers 2500 av. J.-C., retrouvée à Khafadjé
Plaque perforée avec scène de banquet dans le registre supérieur et de musique dans le registre inférieur. Vers 2500 av. J.-C., retrouvée à Khafadjé.

Certains textes nous ont conservé des chants et hymnes, parfois avec des indications sur la manière de les chanter ou de les rythmer. Mais la difficulté principale que rencontre l’historien d’aujourd’hui est la compréhension du système musical ancien. Tous les spécialistes ne sont pas d’accord et dans les rares cas où une notation musicale s’est conservée, les essais de la restituer sont si différents (monodie ou polyphonie, gamme diatonique…) qu’ils ne sont pas concluants. Mais au moins à voir la liste de 360 chants connus à la fin du IIe mill. av. J.-C., qu’une tablette médio-assyrienne nous a conservé, on comprend que la musique servait quotidiennement comme dans les occasions festives de la vie citoyenne.

Stèle dite de la musique, vers 2100, Musée du Louvre.
Stèle dite de la musique, vers 2100, Musée du Louvre.

Les listes lexicales sumériennes et akkadiennes ont conservé une longue liste d’instruments musicaux dont une toute petite partie a été identifiée et parfois pas de manière unanime… Ce qui est sûr est que les trois grandes familles modernes d’instruments, à vent, à cordes et à percussion, existaient sans aucun doute: quand les découvertes archéologiques font défaut puisque les instruments ont disparu2, ce sont les représentations figurées qui montrent la variété instrumentale ancienne.

Des joueurs d’instrument sont représentés dans l’art officiel (stèle de Gudea par ex., ci-dessus, dite « stèle de la musique »), le plus souvent dans un contexte religieux (à côté du roi qui fait des rites, ou de la construction d’un temple). En revanche, dans les reliefs des palais

L'étendard d'Ur, scène dite "de la paix". Vers 2600 av. J.-C., retrouvé dans le Cimetière royal d'Ur. British Museum
L’étendard d’Ur, scène dite « de la paix ». Vers 2600 av. J.-C., retrouvé dans le Cimetière royal d’Ur. British Museum.

néo-assyriens, danse et musique apparaissent dans des contextes de victoire militaire, parfois encore lorsque l’armée est dans le campement militaire (Assurnasirpal), parfois à la fin de la campagne (Assurbanipal). Mais il ne faut pas oublier que déjà au IIIe mill. av. J.-C. guerre victorieuse et musique allaient ensemble, comme dans l’étendard d’Ur (ci-dessus).

 

Empreinte moderne du sceau -cylindre akkadien, BM 28806, conservé au British Museum. Depuis Dumbrill 2015: fig.83.
Empreinte moderne du sceau -cylindre akkadien, BM 28806, conservé au British Museum. Depuis Dumbrill 2015: fig.83.

Musiciens et musiciennes sont représentés souvent sur les sceaux cylindres entre le IIIe et le Ier mill. av. J.-C. dans des scènes de banquet ou d’introduction devant une divinité. Ils apparaissent également sur des produits artisanaux non officiels, comme les terres
cuites, où les musiciennes sont moins souvent représentées que les hommes. Et dans cette production artisanale, les musiciennes dansent au même moment qu’elles jouent et leur nudité fait naître le doute que leur fonction pouvait au moins dans certains cas aller au delà de la danse et de la musique, et rejoindre celle des ἑταίραι (hetairai) grecques…

Dans certaines représentations, ce sont les animaux qui jouent et qui se préparent à un banquet et à la danse: il s’agit en général d’animaux sauvages, comme le lion, la gazelle, le singe, mais aussi des

animaux domestiqués sinon domestiques, comme les ânes ou les chevaux. Ces représentations rappellent les historiettes, fables populaires où les animaux agissent comme s’ils étaient des êtres humains.Il y a sans doute un côté humoristique dans ces représentations, mais sans exclure un message de sagesse et peut-être aussi une allusion aux dieux, dont les animaux sont les attributs, voir les symboles.

D’origine divine, la musique est considérée comme l’un des arts essentiels et des caractères principaux de civilisation. Son dieu tutélaire était Enki (sumérien)/ Ea (akkadien), dieu de tous les savoirs. Elle permettait aussi d’entrer en communication avec les dieux, soit pour calmer leur colère, surtout grâce aux balag, un chant répétitif qui utilisait des tonalités graves, et aux lamentations, qui, comme montre le signe cunéiforme les définissant (sumérien ÉR), l’eau et l’oeil, allusion évidente aux larmes, étaient des musiques douces; soit pour les rendre joyeux. Encore pour Platon la musique est le reflet de l’harmonie cosmique… Mettez une musique, vous verrez!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La musique en Mésopotamie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/06/2020, https://ane.hypotheses.org/8758. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La musique en Mésopotamie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/06/2020, https://ane.hypotheses.org/8758.

 

Pour aller plus loin
Breniquet, C. 2011. Une plaquette « au harpiste » d’Eshnunna. In F. Wateau (éd.), Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues: 283-296. Paris, De Boccard.
Dumbrill, R. 2015. Musical Scenes and Instruments on Seals, Sealings and Impressions from the Ancient Near East in the Collections of the British Museum. London, ICONEA Publications.
Goodnick-Westenholz J., Maurey Y. et Seroussi E. (eds.), 2014. Music in Antiquity. The Near East and the Mediterranean. Berlin/Boston, Walter de Gruyter.
Shehata, D. 2009. Musiker und ihr vokales Repertoire: Untersuchungen zu Inhalt und Organisation von Musikerberufen und Liedgattungen in altbabylonischer Zeit, Göttinger Schriften zum Alten Orient 3. Göttingen, Universitätsverlag Göttingen.
Spycket, A. 1972. La Musique instrumentale Mésopotamienne. Journal des Savants 3: 153–209.
Ziegler, N. 2007. Les musiciens et la musique d’après les archives de Mari, Mémoires de NABU 10, Florilegium Marianum IX. Paris, Société pour l’Étude du Proche-Orient Ancien.
Ziegler, N. 2011. In K. Radner et E. Robson (éds), The Oxford Handbook of Cuneiform Culture: 288-312. Oxford/New York, Oxford University Press.
Ziegler, N.  (éd) 2006. La musique au Proche Orient ancien, Dossiers d’Archéologie n°310, février 2006.  Dijon, ed. Faton.

  1. un bon nombre des textes littéraires était destiné à être chanté []
  2. soit car périssables (comme le bois et le cuir) soit car recyclables (comme les métaux) []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.