Les recherches paléo-pathologiques au Proche-Orient ancien

L’enuma elish et des nouveaux textes vous attendent
dans le volet correspondant… Bonne lecture!

Les recherches paléo-pathologiques relatives au Proche-Orient ancien sont peu nombreuses, et elles sont en plus fragmentaires. Elles ne concernent que l’ostéo-archéologie (donc, les ossements) et en partie l’iconodiagnostic (l’étude des représentations qui peuvent faire allusion à des états pathologiques)1. Les spécimens disponibles ne sont formés que d’ossements: il n’y a pas les tissus qui sont nécessaires à la paléo-pathologie organique2 et les os n’ont pas été encore soumis à des analyses paléo-génétiques.

En plus, peu de cas ont été étudiés, la majeure partie en Israël, une partie moins considérable en Turquie et très peu en Irak, Iran et dans les pays du Golfe. La période préhistorique (surtout néolithique et chalcolithique) et la période du bronze ancien ont été bien plus étudiées que les époques du Bronze Moyen et récent (respectivement la première moitié du IIe mill av. J-C et la deuxième moitié du même millénaire) et du Fer (Ier millénaire av. J-C). Mais c’est surtout le paléolithique, les périodes hellénistique et médiévale qui ont très peu été étudiées. Et les différentes époques sont très inégalement représentées dans chaque région du Proche-Orient ancien. Ainsi, nos connaissances restent encore très variables d’une région à l’autre et d’une époque à l’autre et seulement à l’époque romano-byzantine les données sont en nombre assez important pour permettre d’esquisser un tableau raisonnablement sûr de la pathocénose3 .

 

côte à forme de "fourchette" liée à une maladie héréditaire (Qatna, dans Canci et Morandi 2006, fig. 2)
côte à forme de « fourchette » liée à une maladie héréditaire (Qatna, dans Canci et Morandi 2006, fig. 2)

Les affections traumatiques figurent systématiquement au premier plan. À  part les trépanations intentionnelles (voir thérapeutiques), les fractures et contusions  reflètent assez fidèlement la réalité humaine du passé: leur origine est souvent à retrouver dans les accidents mais une bonne partie aussi dans les violences inter humaines4. Déjà dans les grottes de Shanidar (Irak, 40 000-35 000 ans av. J.-C.), on retrouve cette violence: un corps porte les traces d’une « blessure » osseuse grave mais consolidée, ce qui suppose que il a survécu aux soins qu’il a reçus. En Turquie à l’époque néolithique, les ossements témoignent encore plus la source violente des traumatismes: les hommes sont frappés à la tête et les femmes, en un nombre plus important encore, ont la fracture typique dite « de défense5 qui arrive à l’occasion du geste réflexe destiné à se protéger d’un coup porté à la tête ou au thorax. En Oman6 à l’époque du bronze ancien les fractures des côtes et des membres supérieurs trouvent explication dans la violence inter personnelle. En revanche, le scalp7 retrouvé parmi les 300 individus de la nécropole du bronze ancien de Bab edh-Dhra (en Jordanie) semble être d’origine accidentelle du type d’un choc ou d’une agression animale comme montré par les irrégularité des bords de la lésion. La nécrose superficielle indique par ailleurs que cet homme d’une quarantaine d’années a survécu au moins quelques semaines à sa blessure. De même, dans l’île de Failaka, à l’époque hellénistique, les ossements ont révélé des fractures consolidées (dont quelques unes en mauvaise position) à l’avant-bras et au crâne (dans ce dernier cas par projectile).
L’unique exemple de crucifixion  a été découvert en Israël en 1968: un jeune homme d’une vingtaine d’années portait dans  le pied8 droit un trou causé par un clou long de 11,5 cm, signe d’une crucifixion exécutée durant le Ier siècle après J.-C.
Enfin, deux cas d’amputation de la main droite, l’un  à l’époque du bronze ancien9, l’autre à l’époque hellénistique10, sont probablement volontaires, frappant le voleur ou le médecin coupable d’avoir assassiné involontairement un patient…

Exemple d'une articulation saine et une avec arthrose (image de la fondation arthrose: http://fondationarthrose.org/)
Exemple d’une articulation saine et une avec arthrose (image de la fondation arthrose: http://fondationarthrose.org/)

Comme aujourd’hui, même dans le passé les affections dégénératives sont la cause la plus grande des maladies. Par ex.  l’arthrose, qui dans les cas les plus simples peut même passer inaperçue, dans les formes graves bloque la motricité. Cette maladie dégénérative, qui a été trouvée aussi chez les dinosaures, est largement présente au Proche-Orient ancien depuis l’époque paléolithique (cave de Shanidar, Irak) jusqu’à l’époque byzantine. Elle peut prendre la forme vertébrale -parfois simplement  en connexion avec une paire de côtes de trop- et empêcher la marche; ou très souvent la forme temporo-mandibulaire, qui cause des problèmes pour manger, pour parler et parfois une gêne à dormir.
Cette maladie a affecté toutes les classes sociales, des plus humbles au plus élitistes: dans la nécropole royale de Nimrud elle était largement présente dans tous les squelettes!
Dans les périodes plus récentes (romano-byzantines), quand le nombre d’ossements analysés est plus important, on retrouve l’arthrose partout (Yasileh en Jordanie, Tell el-Hesi en Palestine, charnier de Mamilla en Israël), même dans les monastères (par ex. le cimetière du monastère byzantin de Khan-el-Ahmar).

Les affections infectieuses sont diffuses mais notre connaissance est limitée par le fait que les lésions provoquées par la maladie se voient rarement à l’œil nu, que seulement les maladies chroniques laissent des traces sur les os et que dans la majeure partie des cas les individus meurent avant que l’infection devienne chronique et laisse donc des traces sur le squelette. Les quelques études dont on dispose montrent la présence des quatre types de maladies infectieuses que l’on connaît aujourd’hui: les infections à germe banal (otites,mastoïdites, sinusites, stomatites, méningites),  les infections à germe spécifique (surtout lèpre et tuberculose qui était due plus à à l’absorption de lait non pasteurisé que de viande bovine), les infections parasitaires (paludisme) et enfin les infections bucco-dentaire (caries, abcès, gingivites). L’importance du paludisme a peut-être été surévaluée, les traces osseuses qui feraient penser au paludisme (anémies), peuvent aussi être dues à d’autres parasites, comme les amibes qui se trouvent dans l’eau et d’autres encore qui peuvent pénétrer dans le corps humain par morsures d’autres animaux (les tiques ou les insectes par ex), par voie pulmonaire et buccale. Les maladies dentaires qui sont très intéressantes pour connaître les conditions hygiéniques et alimentaires du passé, semblent très diffuses, la dentition était bien mauvaise dans la plupart des squelettes. Cela était dû aussi au mauvais broyage des farines: l’alimentation en résultait très abrasive, provoquant l’usure des dents et des micro-lésions de l’émail qui ouvrent grande la porte aux caries et abcès… D’ailleurs, l’alimentation des sédentaires était plus riche en sucres et en protéines animales, ce qui favorise les caries.

Les affections carentielles concernent essentiellement le manque de vitamines C et D11:on retrouve ainsi sur une très longue période (depuis le néolithique jusqu’à l’époque médiévale)  le scorbut et le rachitisme, qui les deux sont typiques de malnutrition et des règles de vie pas très hygiéniques. Par exemple, le rachitisme, qui affecte surtout les enfants et les femmes, est probablement plus dérivé des certaines règles de vie, comme celle de s’abriter du soleil12, qu’à la malnutrition. Chez les femmes, une circonstance aggravante était la pratique d’un allaitement très prolongé .

 

Bébé avec spina bifida (image libre de droits)
Bébé avec spina bifida (image libre de droits)

Les affections congénitales ne nous renseignent pas sur la situation sanitaire d’une population ou d’une époque et d’une région: elles indiquent l’existence de changements anatomiques qui peuvent faire supposer des liens familiaux à l’intérieur d’un groupe de sépultures. Les anomalie plus fréquentes sont: à spina bifida13, le tubercule de Carabelli14 l’anomalie des côtes cervicales15
Enfin les affections néoplasiques (tumeurs) sont assez rares  dans les squelettes découverts au Proche-Orient ancien. Mais les tumeurs bénignes, les cancers et les métastases n’affectent que rarement le tissu osseux. Et en général les cancers se déclarent le plus souvent vers 40-50 ans, un âge auquel très peu de personnes arrivait dans les temps anciens.

Les données à notre disposition aujourd’hui sont insuffisantes pour pouvoir tracer un cadre de la pathocénose du Proche-Orient ancien et aussi pour connaître le pourcentage de la population touchée par les différentes maladies. Pourtant, on peut constater qu’un bon nombre de maladies dont nous souffrons aujourd’hui trouvent des exemples dans l’antiquité: mais si nous avons trouvé ou pouvons essayer de trouver des traitements pour la majeure partie des maladies (infectieuses, traumatiques et carentielles, pas encore ou très peu génétiques, congénitales et néoplasiques), nos ancêtres ont dû les supporter sans antalgiques, avec des souffrances graves même causées par un simple abcès. Et quand la maladie n’achevait pas l’individu, une douleur que le corps ressent trop longuement, le débilite et ent^che aussi le moral. Même dans le passé les hommes ont essayé de soulager la douleur, d’abord avec des « opérations »: on connaît en Israël à l’époque hellénistique la  première intervention humaine pour maintenir une incisive grâce à une tige de bronze qui fut implantée dans le canal de sa racine!D’ailleurs, dans ce texte censé guérir un mal de dents, une opération est envisagée:

« Après Anum avait fait les cieux, que les cieux avaient fait la terre,
que la terre avait fait les fleuves, que les fleuves avaient creusé les fossés d’irrigation, que les fossés avaient fait la boue, et que la boue avait fait le ver, le ver a fondu en larmes devant Shamash,
avant Ea ses larmes coulaient:
« Qu’est-ce que tu m’as donné à manger? Qu’est-ce que tu m’as donné à sucer?  »
« Je t’ai donné la figue mûre et l’abricot. »
« Qu’est-ce que c’est pour moi, la figue mûre et l’abricot? Soulevez-moi et laissez-moi demeurer entre les dents et les mâchoires! Laisse-moi aspirer le sang même de la dent, et laissez-moi ronger l’os même de la mâchoire!  »
Conduisez-le dans une cheville et saisissez le pied!
« Parce que tu as dit ça, o ver, laisse Ea te frapper avec son puissant poing!  »
Formule d’incantation pour les maux de dents.
Rituel: tu mélange de la petite bière, un morceau de malt et d’huile. Tu récite l’incantation trois fois dessus. Tu l’as mis sur sa dent.
Copie d’une tablette à une colonne d’après le texte d’une ancienne tablette cuite appartenant à Marduk-nadin-ahi. Nabû-nadin-ipri, fils de Kudurranu, l’a écrit.» (http://www.etana.org/node/567).

Et en partant de soudures mal positionnées des membres supérieurs ou inférieurs on peut déterminer que depuis le paléolithique les individus blessés au combat ou accidentellement ont été « opérés ». Certains ont survécu aux soins mais il leur était impossible de se déplacer ou d’utiliser un bras, donc ils ont été aidés par leurs proches, ce qui s’appelle une société solidaire dont nous avons perdu en partie la signification16. Une autre arme pour lutter contre les maladies a été la magie. Mais cela est une autre histoire qu’on va bientôt raconter…

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les recherches paléo-pathologiques au Proche-Orient ancien”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8520. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les recherches paléo-pathologiques au Proche-Orient ancien,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 26/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8520.

 

Pour aller plus loin:
Canci, A. et Morandi, D. 2006. Skeletal Markers of Task Activities in Iron Age Human Remains from Tell Mishrife (Central Syira). In L. Battini et P. Villard (eds), Médecine et médecins au Proche-Orient ancien, Actes du colloque de Lyon. Oxford, Archaeopress.
Thillaud, J-P. 2006. Première approche d’une paléo-pathologie du Proche-Orient ancien. In L. Battini et P. Villard (eds), Médecine et médecins au Proche-Orient ancien, Actes du colloque de Lyon. Oxford, Archaeopress.

  1. voir à ce sujet le billet de juillet 2018 “La paléo-pathologie” : https://ane.hypotheses.org/1420 []
  2. car il n’y a pas des momies, à la différence de l’Égypte ancienne []
  3. ensemble de tous les états pathologiques d’une population déterminée, d’une époque et d’une région précises []
  4. Aujourd’hui, prévalent les accidents, la traumatologie est beaucoup moins le résultat de violences []
  5. fractures de l’avant-bras []
  6. Ra’s al’Hamra []
  7. marques de découpe sur la voûte []
  8. calcanéum []
  9. dans la vallée de Refaïm, Israël []
  10. toujours en Israël, à Ashdod []
  11. on parle ainsi d’avitaminoses []
  12. et c’est  l’exposition au soleil qui seule permet de fixer la vitamine D []
  13. la colonne vertébrale ne se ferme pas là où se trouve la moelle épinière: dans les cas les plus graves, il y a une paralysie ou une perte de sensibilisation des membres inférieurs, l’l’hydrocéphalie ((augmentation du volume du liquide cérébro-spinal, le liquide qui protège l’encéphale des chocs et qui élimine les déchets. Lorsque ce liquide est trop important, la pression intracrânienne augmente fortement et des troubles graves se manifestent []
  14. excroissance de l’émail sur les molaires. Sans gravité []
  15. comme la cyphose []
  16. je me réfère à la « ghettoïsation » des gens considérés improductifs, qu’ils soient handicapés ou simplement vieux []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.