Les épidémies à Mari

Une nouvelle biographie vous attend: JANE DIEULAFOY.
Bonne lecture!

« La maison de Bahlu-Gawum, ton serviteur, a disparu toute entière , lors de l’épidémie. Tous ses fils sont morts et il n’y a plus personne pour se tenir à sa tête ». (ARM V: 87)

 

La documentation de Mari offre une occasion inespérée de connaître des cas d’épidémies. En effet, les documents épistolaires confirment ce que les documents administratifs semblaient déjà indiquer: le royaume, surtout sa périphérie, a connu maintes épidémies au début du IIe millénaire av. J.-C. Une fois c’est la région de Halébiyé qui est durement frappée, une autre la région de Terqa, une autre encore la région de Saggaratum… Dans la lettre suivante, un haut fonctionnaire de Yasmah-Addu, roi de Mari, reporte au roi la situation d’une épidémie qui a frappé plusieurs villes de la région de Halébiyé (Tuttul, Dunnum, Mubân …):

« Dis à mon Seigneur, ainsi parle La’ûm, ton serviteur.
Relativement à l’épidémie dont m’a entretenu mon Seigneur, à Tuttul, il y a plusieurs cas de maladie mais les morts y sont rares. A Dunnum, qui est en aval de Lasqum, il y a un tas de morts. Dans l’intervalle de deux jours, la troupe a connu environ 20 décès; les gens de Dunnum ont abandonné la cité et sont partis vers la montagne de Lasqum. Mubân et Manûhatân, les villes des alentours de Dunnum sont sauves. Dunnum, par contre, est très malade.
Mari va bien, le pays va bien » (Durand, ARM 26: n.259, p.561)

Les raisons des épidémies étaient attribuées aux dieux dont « la main » frappait les humains. Ainsi, quand on lit que « la « Main du Dieu » est placée sur le coeur du pays et le dieu est en train de frapper » (texte A 2392), on comprend qu’une épidémie est en train de sévir.
Des foyers très propices à l’éclosion des épidémies étaient les armées, en raison de l’appauvrissement physique engendré par la guerre (type de nourriture, conditions hygiéniques, longues marches à pieds). D’autres semblent concerner le palais, surtout le harem. Les femmes malades étaient alors séparées des autres ou renvoyées, pour endiguer la propagation de la maladie, comme dans cette lettre: « Pour l’heure, donne des ordres stricts, afin que dans la coupe où elle boit, personne ne boive, que sur le siège où elle s’assoit, personne ne s’asseye, et que sur le lit où elle couche, personne ne se couche, afin que par son seul contact, elle ne contamine pas de nombreuses femmes » (ARM 10: n.129).
A part des mesures d’éloignement, il n’y a pas d’autres remèdes, même religieux. Et les villes qui n’ont pas de cas de maladie se barricadent pour éviter l’arrivée de gens qui s’échappent des villes les plus touchées par le mal.

Plusieurs lettres guettent le moment final de la maladie: le Dieu est en train de se calmer et on prend des présages pour savoir si on peut ensevelir les morts, comme dans cette lettre de Lâ’ûm au roi Yasmah-Addu:
« Dis à mon Seigneur: ainsi parle Lâ’ûm, ton serviteur.
La « Main du Dieu » s’est calmée en ce qui concerne les bords de l’Euphrate et le pays tout entier. Elle n’a plus frappé. En un jour,dix hommes et cinq enfants mouraient. Maintenant, la « Main du Dieu » s’est apaisée. En un jour, pas un homme n’est mort. Le Dieu s’est calmé. J’ai fait prendre des présages pour faire enterrer le tas des morts » (Durand, ARM 26: n.260).

Et vu son origine divine, la fin de l’épidémie comporte des purifications, qui peut-être étaient accompagnés d’un nettoyage -sorte de désinfection?- des lieux contaminés par la présence d’un malade. Ainsi, lorsqu’une servante du palais est éloignée car malade, on procède à purifier le palais:
« La femme Attuzar, servante de dame Hushshutum, la colère du dieu l’a recouverte. J’ai fait sortir cette femme du palais. Les Grands-Lamentateurs doivent venir afin de purifier le palais » (Durand, ARM 26: n.279).
La purification pouvait aussi concerner la ville entière, comme dans cette lettre adressée à Yasmah-Addu, où à la fin de l’épidémie, les morts sont enterrés et ensuite « Les Exorcistes et les Lamentateurs ont purifié la ville. Le Dieu vient de se calmer envers le pays » (Durand, ARM 26: 263).

La maladie provoquait plusieurs morts , d’où la nécessité de comptabiliser les pertes humaines, non pour des statistiques, mais pour savoir combien de serviteurs et dépendants du palais manquaient pour réaliser les tâches, comme dans cette lettre:
« Dis à mon Seigneur: ainsi parle Mashiya, ton serviteur.
Vu que la Main du Dieu qui était sur le pays s’est apaisée, j’ai fait rédiger une tablette sur le personnel décédé, concernant les tisseuses, les travailleurs agricoles, les… et les ateliers et je l’ai fait envoyer à mon Seigneur. Il faut que mon Seigneur voie cette tablette. » (Durand, ARM 26: n.264).

La documentation disponible n’est pas assez nombreuse ni toute datable pour pouvoir calculer à quelle périodicité se produsaient les épidémies. Selon les études des historiens spécialistes des époques beaucoup plus récentes, au XVIIIe et XIXe siècle, donc juste avant la grippe espagnole, il y a eu une pandémie tous les 50 à 60 ans.1. Dans les mondes anciens, l’absence d’hygiène, de vaccins, de savon2, d’antibiotiques et même de médecins ont dû rendre les épidémies très mortelles: mais au contraire de la société contemporaine, dans le passé la mort était omniprésente, la moyenne de vie était très basse, vraisemblablement une trentaine d’années pour la majeure partie des humains, les hommes mourant surtout à cause de la guerre, les femmes pour les accouchements et surtout leurs suites, les enfants ayant une espérance de vie très limitée. Mais il y a encore un siècle et demi, en Italie les femmes commençaient à s’habiller de noir en signe de deuil vers 30 ans et ne le perdaient plus… Alors, nous avons de la chance, malgré le covid 19 et le confinement! Portez-vous bien!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les épidémies à Mari”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8497. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les épidémies à Mari,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8497.

 

Pour aller plus loin:
Durand, J.-M. 1988. Archives Royales de Mari 26 (surtout la partie 6: Maladies et médecins: p.543-584). Paris, ERC..

  1. Le COVID 19 a été en effet précédé par par la grippe de Hong Kong, en 1968, qui a fait plus d’1 millions de morts et avant encore par la grippe asiatique entre 1956 et 1958 qui a fait 1,5-2 millions de morts dans le monde : donc 50 à 60 ans… []
  2. dont l’importance a été découverte par Pasteur au XIXe siècle []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.