La peste … comme arme de guerre

 

L’invention des armes bactériologiques est certes  moderne, mais l’idée de frapper l’ennemi avec des armes non conventionnelles remonte à une époque assez ancienne. Selon Cornelius Nepos (De excellentibus ducibus XXIII) Hannibal lança des serpents venimeux dans le navire adverse pendant la bataille navale contre la flotte de Pergame en 191 av. J.-C. Plus que le poison, ce fut l’effet surprise qui lui donna la victoire.

Prise de la ville de Lachish, Ninive
Prise de la ville de Lachish, Ninive

L’usage des flèches empoisonnées est un autre exemple d’arme non conventionnelle et si fréquent que selon Dioscoride, le terme τοξικòν (d’où vient « toxique ») serait dérivé de τοξòν, la « flèche ». Mais cet usage était plutôt réservé à la chasse et transgresser cette norme tacite signifiait adopter des coutumes ‘barbares’ et indignes de l’éthique militaire. C’était ce que faisaient les Scythes selon Pseudo Aristote (De mirabilibus auscullalionibus) qui trompaient dans une mixture de sang humain putride et de venin de vipère les pointes de flèches avant de les lancer…

Avec le poison on peut aussi polluer l’eau: au VIIe siècle avant J.-C. dans la guerre qui opposa les amphyctions et les habitants de Crissa en Photidée, les assiégeants  versèrent  de l’hellébore1 dans l’eau. Les assiégés en firent tellement malades, souffrant surtout de maux de ventre, qu’ils ne purent s’opposer à l’entrée de l’ennemi dans leur ville.
Des nombreux épisodes de guerre ont concerné l’empoisonnement de l’eau ou de la nourriture de l’ennemi. En général c’est une pratique qui s’applique facilement aux sièges des villes. Mais il y a eu des cas qui ont concerné l’assiégeant. Pendant la guerre d’Athènes contre Syracuse en 414 av. J.-C., le choix du campement athénien fut malicieusement suggéré par des faux alliés et établi dans un endroit qui semblait très stratégique mais qui se révéla insalubre, frappant le contingent athénien d’une forme de  malaria particulièrement virulente, probablement le paludisme à Plasmodium falciparum. L’effet  recherché était non seulement physique mais aussi psychologique: il est bien connu l’impact négatif des maladies sur le moral des soldats; le découragement psychologique, en effet, s’unit à l’affaiblissement physique et rend raison des défaites, comme celle des Athéniens devant Syracuse et d’autres encore. Pour gagner une guerre, il faut être motivés et en bonne santé: l’esprit étant lié au corps, il souffre quand celui-ci se bat contre la maladie2.

Déportés de Lachish, Palais de Sennacherib à Ninive
Déportés de Lachish, Palais de Sennacherib à Ninive

Une arme plus ‘bactériologique’ , du type des serpents d’Hannibal, est mentionnée dans le siège de Hatra dans le Nord de la Mésopotamie (197-198 ap. J-C). Ici, les assiégés envoyèrent aux armées de l’empereur romain Septime Sévère  des bestioles venimeuses qui s’attaquaient aux yeux et qui firent plus de morts que le combat. Plusieurs hypothèses d’identification de ces petites bêtes ont été avancées mais aucune n’a convaincu complètement.
Avant cet épisode de Septime Sévère, on n’a pas d’autres attestations sûres en Mésopotamie de l’utilisation de méthodes peu orthodoxes dans la conduite de la guerre. Mais le lien guerre et maladie est l’un de plus anciens: en appauvrissant les corps des soldats, par les efforts, la fatigue, le manque d’hygiène et aussi une nourriture moins soignée, les guerres généraient plusieurs maladies. Aux morts en bataille s’ajoutaient les blessés qui mouraient pour la majeure partie quelques jours après la bataille. Et les longues marches pour rentrer chez soi après la fin de la guerre réduisaient les survivants d’1/53. Et ceux qui arrivaient à survivre à la guerre et aux longues marches, restaient pourtant fragilisés: l’épuisement physique, souvent accompagné d’une déprime, les exposait plus facilement à n’importe quelle attaque bactérienne ou virale4. Sans compter que le retour des soldats pouvait signifier pour ceux qui étaient restés au pays l’arrivée de nouvelles maladies.

 

Malades de la grippe espagnole à "l'hôpital"
Malades de la grippe espagnole à « l’hôpital »

Toutes ces manières anciennes de gagner la guerre par des moyens non conventionnels et les maladies auxquelles les guerres exposent devraient alors nous faire réfléchir aux dangers futurs des guerres bactériologiques et plus largement au malheur des guerres, surtout au moment où un risque viral important menace tous les pays de la Terre. On pourrait ainsi se souvenir de ce qu’Aeneas Tacticus5 écrivait sur ce sujet, en parlant d’une victoire gagnée par ruse : « il a gagné la guerre mais il s’est déshonoré ». Nous luttons tous aujourd’hui pour préserver le maximum de vies et éviter les 20 à 50 millions de morts que la grippe espagnole provoqua: nous luttons aussi mais de manière honorable.  Portez-vous bien!

 

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La peste … comme arme de guerre”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 16/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8465. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La peste … comme arme de guerre,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 16/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8465.

 

Pour aller plus loin:
Drazen  Grmek, M. 1979. Les ruses de guerre biologiques dans l’antiquité.  Revue des Études Grecques Vol. 92: 141-163.
Liverani, M. 2017. Assiria: la preistoria dell’imperialismo. Roma-Bari, Laterza.

  1. herbe à vertu purgative, considérée dans l’antiquité aussi comme remède à la folie et à la mélancolie []
  2. d’où aussi les maladies psychosomatiques []
  3. Liverani 2017 []
  4. la grippe espagnole, qui arriva après quatre années de batailles sans fin, trouva un terrain fertile dans les corps épuisés des soldats []
  5. Énée le Tacticien, auteur grec du IVe siècle av. J-C. qui a écrit plusieurs ouvrages militaires dont  s’est conservé seulement un: Περὶ τοῦ πῶς χρὴ πολιορκουμένους ἀντέχεινComme survivre à un siège []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.