Les Grecs en Orient

Au Bronze récent, la Méditerranée connait un remarquable essor du trafic maritime, comme l’attestent les produits circulant entre les différentes régions. Dans l’épave d’Uluburun (XIVe-XIIIe s. av. J.-C.), par ex.,1, étaient transportés des produits de Chypre, du Levant, de l’Égypte, de la Crète et de la Grèce continentale.

La présence de céramique mycénienne2 sur les côtes orientales de la Méditerranée atteste la présence grecque en Orient avant le Ier mill. av. J.-C. Ras el-Bassit (Syrie côtière septentrionale), Sabouni (Liban), Tarse et Mersin (côte méridionale de la Turquie) ont restitué des exemplaires de cette céramique. Il ne s’agit pas de véritables installations, mais de comptoirs commerciaux établis près des côtes.

 

Fragments de vases grecs orientaux du style "des chèvres sauvages", Al-Mina, Liban, fin VIIe siècle av. J-C (Oxford, 1954.290, 294). Depuis Boardman 1980:fig.18, p.46.
Fragments de vases grecs orientaux du style « des chèvres sauvages », Al-Mina, Liban, fin VIIe siècle av. J-C (Oxford, 1954.290, 294). Depuis Boardman 1980: fig.18, p.46.

Avec l’arrivée des Peuples de la Mer3, spécialement en Ionie où ils donnent naissance à une civilisation brillante. C’est d’ailleurs au VIIIe siècle av. J-C., que l’art grec s’inspire de modèles orientaux: c’est l’art orientalisant qui fleurit jusqu’au VIe siècle av. J-C. À Chypre, qui a toujours eu une position particulière entre l’Occident et l’Orient et qui avait déjà connu une fréquentation mycénienne, des gens de langue grecque s’y installèrent vers les XIIe-XIe s. av. J.-C4.

L’identification des Grecs qui fondèrent ces établissements proche-orientaux a été faite sur la base du style de la céramique: le VIIIe siècle av. J.-C. est caractérisé par les céramiques eubéenne et des Cyclades, qui dépendaient alors d’Érétrie. Le VIIe siècle, en revanche, connait la prévalence de la céramique grecque de l’est de l’Égée (Milet, Rhodes, Chios, Samos et peut-être Lesbos). Mais on a aussi trouvé quelques exemplaires dont les particularités stylistiques suggèrent une provenance d’Egine.

Les Grecs ont donc choisi des régions limitrophes du Proche-Orient, riches en métaux (comme Chypre et la Cilicie) et/ou marchandes (comme la Phénicie). Leur pénétration vers l’intérieur des terres fut cependant très limitée, sans doute pour des raisons politiques. L’Assyrie pouvait accepter les activités commerciales de Grecs installés sur la côte, mais s’opposait à toute tentative d’expansion territoriale vers l’intérieur du pays. Des Grecs sont par ailleurs actifs en Méditerranée au moins à partir de la moitié du VIIIe siècle av. J.-C. comme pirates, ce dont se plaignent les lettres des gouverneurs assyriens établis en Syrie et au Liban.

 

Persépolis
Persépolis

Quand en 612 av. J-C., l’empire néo-babylonien remplace l’empire néo-assyrien en Syrie et au Liban, un certain nombre de mercenaires grecs sont employés par les rois néo-babyloniens. Alcée de Lesbos, poète grec du VIe siècle,  célèbre ainsi le retour de son frère Antimenidas, parti combattre pour le roi de Babylone! Et les sources néo-babyloniennes attestent la présence d’artisans grecs à Babylone, la capitale de l’empire qui connaît une reconstruction importante à cette époque. De même, après la conquête de la Lydie et de l’Asie Mineure par Cyrus en 546 av. J.-C.  nombreux artisans grecs (ou plutôt ioniens), surtout les tailleurs de pierre qui étaient très réputés, sont employés dans la construction des capitales perses, comme Persépolis et Pasagardes.

Un autre moment de contact entre Grecs et Proche-Orient est l’époque des guerres médiques. En 499 av. J.-C., les cités grecques d’Ionie se révoltent et pour les reconquérir les Perses de Darius arrivent jusqu’en Attique. Ils sont pourtant arrêtés par les Athéniens, aidés d’un contingent venu de Platées, à Marathon en 490 av. J.-C. (première guerre médique). Après la mort de Darius, son fils Xerxès poursuit la guerre avec la Grèce continentale: c’est la deuxième guerre médique (480-479 av. J.-C.). Xerxès reprend la stratégie de son père: d’abord gagner les villes d’Ionie, ensuite frapper le couer de l’opposition (Athènes et Sparte). Cette stratégie en effet coupait la Grèce continentale de la possibilité de recevoir des contingents supplémentaires des villes ioniennes. Ainsi, Xerxès arrive à s’emparer de l’Acropole d’Athènes et en détruire les sanctuaires. Mais il subit lui aussi une cuisante défaite sur mer, à Salamine en 480 av. J.-C., puis sur terre, à Platées, en 479 av. J.-C. Si les Perses sont donc obligés de renoncer à soumettre la Grèce continentale, ils peuvent aussi présenter les batailles à leur avantage, vu qu’ils ont atteint une partie des objectifs qu’ils s’étaient fixés  (l’Asie Mineure et les îles) et que de l’autre la conquête de la Grèce continentale n’était pas vitale. De l’autre côté, les Grecs ont exploité leurs victoires à Marathon, Salamine et Platée pour exalter les valeurs grecques (démocratie, citoyenneté,  polis) contre la richesse et l’efféminité des Perses sujets à l’empire. Ainsi, la littérature grecque du IVe siècle av. J.-C. revient souvent sur ces guerres médiques comme point de départ glorieux de l’histoire grecque. Et pourtant, à part la stigmatisation du Grec opposé au Barbare, le IVe siècle voit un regain de contacts entre Grecs et Perses : des mercenaires grecs, mais aussi des intellectuels comme Ctésias ou Xénophon se rendent en Asie Mineure.

 

Les conquêtes d'Alexandre le Grand (Encyclopaedia Britannica)
Les conquêtes d’Alexandre le Grand (Encyclopaedia Britannica)

Avec les conquêtes d’Alexandre le Grand la Grèce prend possession de l’Orient, inversant ainsi le rêve de Darius. L’éphémère empire d’Alexandre est remplacé par 4 royaumes dirigés par une élite grecque: c’est ainsi que la Grèce prend définitivement pied en Orient. Mais si l’Orient se hellénise, l’hellénisme aussi s’orientalise : l’art, les modes de pensée, les religions orientales se répandent dans le monde méditerranéen, dominé par les rois hellénistiques. Comme quoi, les conquêtes ne sont pas à sens unique!

 

 

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les Grecs en Orient”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8397. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les Grecs en Orient,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 11/04/2020, https://ane.hypotheses.org/8397.

 

Pour aller plus loin:
Battini, L. et Villard, 1999. Grecs et Assyriens. Méditerranée 20, L’image grecque et l’empire ottoman: 27-41.
Boardmann, J. 1980. Les Grecs outre-mer: Colonisation et commerces archaïques. Paris: Jean Bérard.

 

 

  1. voir l’article « Le naufrage d’Uluburun »:  https://ane.hypotheses.org/7055 []
  2. l’époque mycénienne est entre 1600 et 1200 av. J-C, ce qui correspond au Proche-Orient à l’âge du bronze récent []
  3. les Achéens sont cités parmi les Peuples de la Mer qui dévastent le bassin oriental de la Méditerranée)) qui entraîne un effondrement généralisé en Anatolie et au Levant et peut-être en Grèce, les contacts entre les Grecs et les Orientaux se raréfient. Mais à l’époque de la colonisation, pendant le cours du VIIIe siècle av. J.-C.,  les Grecs retournent en Orient. Les tessons grecs ont été retrouvés à Chypre, en Cilicie, en Syrie, au Liban, et en Palestine, mais dans la majeure partie des cas on pense que ces vases proviennent du commerce phénicien. Pourtant, certains sites de la côte cilicienne et syrienne attestent des quantités tellement considérables de céramique grecque  qu’on ne peut pas supposer des simples importations.  Il faut en déduire, donc, la présence de marchands grecs sur place, même si l’on ignore quelles marchandises ils apportaient. Qu’ils soient Grecs est démontré par l’utilisation de la céramique grecque, de la langue grecque (cfr. les graffiti retrouvés dans plusieurs sites). Des installations sûrement grecques sont prouvées dans les 3 sites qui attestaient déjà une occupation grecque à l’époque mycénienne (Tarse, Mersin, Ras el-Bassit), dans au moins deux sites syriens sans présence mycenienne (Al-Mina, Tell Soukas), à Chypre et en Ionie.

    La colonisation grecque rejoint aussi les côtes d’Asie Mineure ((actuelle Turquie []

  4. ce qui explique la forte hellénisation des étéochypriotes. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.