Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien

Une nouvelle biographie vous attend:
Sir Max Mallowan

La deuxième partie de la Bible hébraïque, qui se situe entre la Tora, « la loi », et les Écrits (Ketûbim)1, est connue sous le nom de Nebi’im / Nevi’im, les Prophètes. Il s’agit d’un recueil de plusieurs livres attribués aux prophètes, comme Samuel, Esaïe, Jérémie, Ezéchiel, Amos, Osée, Zacharie… Un prophète est un homme (parfois une femme, comme par ex. Miryam, sœur d’Aaron, prophétesse dans Exode 15,20) par la bouche duquel un dieu choisit de parler, pour s’adresser à une tierce personne. Le dieu parle avec le langage humain (donc non par signes comme dans la divination), mais son message peut être obscur et nécessiter donc une interprétation. Le message peut concerner le présent, le passé ou le futur. En effet, l’un des caractères principaux de la prophétie biblique est qu’elle n’est pas toujours une prédiction. Dans ce sens, elle est un rappel à une tradition qui s’est endormie et qu’elle tente de ressusciter.

Dans la Bible hébraïque, les prophètes auxquels on attribue les livres auraient vécu entre le IXe et le VIe s. (par ex. Nahum aurait vécu à la fin du VIe s. BCE). Moïse  est aussi considéré comme un prophète2, donc le prophétisme a dû marquer très tôt la religion d’Israël. Les prophètes sont surtout connus à l’époque royale quand ils jouent un rôle souvent important dans l’histoire politique d’Israël et de Juda, soit isolés, soit en groupes. Ils interviennent auprès du peuple et du roi, comme opposants ou conseillers.

« Maintenant je m’adresse à toi, Ninive – oracle du Seigneur de l’univers – : Je ferai flamber tes chars et les réduirai en fumée ; tes lionceaux, l’épée les dévorera. Je supprimerai de la terre tes rapines, et l’on n’entendra plus la voix de tes messagers. » (NAHUM 2:14)

Cornelis de Vos, Onction de Salomon (1630 c.), Wien, Kunsthistorisches Museum
Cornelis de Vos, Onction de Salomon (1630 c.), Wien, Kunsthistorisches Museum

La Bible mentionne aussi les prophètes des autres peuples et d’autres dieux que YHWH, présentés évidemment comme des « faux prophètes ». Le prophétisme existe plus largement au  Proche Orient ancien, où il est attesté dès le IIIe mill. BCE., bien que les sources les plus importantes, les textes de Mari, remontent au XVIIIe s. BCE. Mais aussi les textes assyriens du Ier mill. BCE sont des sources importantes et probablement, car à peu près contemporaines, mieux connues en Israël. Si les spécialistes des textes de Mari ont souligné depuis le début les rapprochements avec la Bible, les spécialistes bibliques ont mis un certain temps à se rendre compte de l’importance de la tradition prophétique en dehors d’Israël et spécialement de Mari. Longtemps, en effet, le prophétisme biblique a été considéré comme une des caractéristiques de la tradition biblique.

Le prophète est appelé en hébreu rô’éh, «voyant », ou hôzeh, qui a à peu près le même sens, mais le plus souvent est dit nābi’, «prophète », ou ben-nābi’, « fils de prophète ». Le terme nābi’ est apparenté à la racine akkadienne nabûm, « nommer, appeler ». Donc, le prophète est «celui qui proclame » (actif) soit «celui qui est appelé» par la divinité (passif). La Bible connait plusieurs types de prophètes: les extatiques et ceux qui sont consultés pour obtenir des réponses précises à des questions. Les extatiques entrent en transe et se mettent à prophétiser d’eux-mêmes, donc ils subissent la prophétie. Cela arrive même à Saül3:

«Or, dès que Saül eut tourné le dos en quittant Samuel, Dieu changea son cœur, et tous ces signes se produisirent le jour même.
À l’entrée de Guibéa, voici qu’un groupe de prophètes vint à sa rencontre. L’Esprit de Dieu s’empara de lui, et il fut saisi de transe prophétique au milieu d’eux. Alors tous ceux qui le connaissaient de longue date virent qu’il prophétisait avec les prophètes. Et les gens se dirent l’un à l’autre : « Qu’est-il donc arrivé au fils de Kish ? Saül aussi est-il parmi les prophètes ? » Un homme de cet endroit intervint pour dire : « Et qui est leur père ? » . Voilà comment est né le proverbe: « Saül aussi est-il parmi les prophètes ? » Lorsqu’il fut sorti de sa transe prophétique, il se rendit au lieu sacré.» (1 Samuel 10: 9-13)

De même, Samuel expérimente la transe mais il peut aussi interroger YHWH. Dans ce deuxième cas, il y a une question précise que les hommes veuillent soumettre à la divinité: en  Esaïe 37: 1-9, par exemple, Esaïe est consulté par le roi Ezechias pour savoir si les Assyriens vont s’emparer du royaume de Juda ou rentrer chez eux:

« Les serviteurs du roi Ézékias se rendirent auprès d’Isaïe, qui leur dit : « Vous parlerez ainsi à votre maître : Ainsi parle le Seigneur : Ne crains pas les paroles que tu as entendues, les insultes proférées contre moi par les valets du roi d’Assur. Voici que, sur une nouvelle qu’il apprendra, je vais lui inspirer de retourner dans son pays et, dans son pays, je le ferai tomber par l’épée ». » (Esaïe 37: 5-7)

En Mésopotamie, le terme générique pour la prophète est mahhu, «extatique », donc le terme désigne les gens qui entrent en transe. La région connaît d’autre côté des prophètes professionnels que l’on consulte pour obtenir des réponses précises: à Mari âpilum, «répondant», en Assyrie râgimu, « celui qui proclame ». Et à Mari comme en Assyrie, un nombre important de prophètes sont des femmes.

Pazuzu, démon protecteur et terrifiant, Musée du Louvre
Pazuzu, démon protecteur et terrifiant, Musée du Louvre

Les prophéties de Mari et de Ninive concernent très souvent le roi, ce qui est en partie dû au fait que les documents retrouvés sont surtout des archives royales. Si des prophéties concernent un particulier, il n’est pas évident que le roi ait besoin de les connaître. En revanche toutes les prophéties concernant le domaine politique doivent lui parvenir. Et pourtant, il semble que les prophètes autant à Mari qu’en Assyrie ne vivaient pas à la cour royale et n’étaient pas attachés au roi. Mais s’ils ont connaissance d’une communication d’un dieu pour le roi, ils sont tenus à la lui rapporter. Ils sont le plus souvent liés au culte d’une divinité et comparaissent presque toujours en rapport au temple, ce qui les distingue des devins (bârû).

Au contraire, en Israël et en Juda, prophétisme et royauté semblent tisser un lien constant. D’ailleurs, le grand développement du prophétisme semble coïncider avec l’apparition de la monarchie. Ainsi, il existe des prophètes de cour, comme par exemple Nathan auprès de David. Et dans ce cas, le prophète joue un rôle essentiel au moment de choisir un successeur au roi mourant, comme Nathan pendant l’agonie de David, pour désigner Salomon comme roi:

« Le roi David reprit : « Appelez-moi le prêtre Sadoc, le prophète Nathan, et Benaya, fils de Joad ». Ils entrèrent chez le roi. Et le roi leur dit : « Prenez avec vous les serviteurs de votre maître. Vous placerez mon fils Salomon sur ma propre mule, et vous le ferez descendre à Guihone. Là, le prêtre Sadoc et le prophète Nathan lui donneront l’onction comme roi sur Israël. Vous sonnerez du cor et vous direz : ‘Vive le roi Salomon !’ Vous remonterez à sa suite, il viendra s’asseoir sur mon trône et c’est lui qui régnera à ma place. Car je l’ai établi comme chef sur Israël et sur Juda ». » (1 Rois 1: 32-35).

Mais les prophéties servaient, au moins en Mésopotamie, à rassurer le roi contre toute attaque du mal, dont fait partie la maladie. Alors, en ces temps troubles, où la maladie et la propagation du virus deviennent un souci quotidien, on pourrait croire à cette prophétie adressée au roi assyrien Asarhaddon par La-Dagil-Ili:

« Je te tiendrai en sécurité dans ton palais, je te ferai surmonter l’anxiété et la peur »….

Portez-vous bien!

 

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/03/2020, https://ane.hypotheses.org/8306. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les prophètes dans la Bible et au Proche-Orient ancien,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 28/03/2020, https://ane.hypotheses.org/8306.

 

 

 

 

 

  1. l’ensemble est ainsi appelé parfois TaNaK, d’après les initiales des trois parties []
  2. Osée 12: 14: «Mais par un prophète YHWH fit monter Israël d’Égypte, et, par un prophète, Israël a été gardé» []
  3. 1 Sa 10, 9-16; cf. aussi 2 R 2 et 4,38-41 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.