Le Musée de Bagdad: histoire d’une passion

À tous les Irakiens

 

Le Musée de Bagdad voit le jour en 1922  grâce à l’action de Gertrude Bell, voyageuse ‘hors norme’, femme politique et militaire qui joua un rôle important dans la politique britannique au Proche-Orient entre 1915 et 1925.  À une époque qui ne se soucie pas des peuples locaux et qui continue à penser que les oeuvres du passé restituées dans ces contrées éloignées d’Europe doivent être envoyées en Europe pour y être conservées1, Gertrude se bat pour créer un musée sur place. Jugée souvent trop proche des ‘Arabes’, ce n’est pas sans difficulté qu’elle arrive à faire ouvrir les portes de son musée pour la 1ère fois en 1926.

Le premier musée de Bagdad (courtesy of Hussein Hamza)

Le premier musée de Bagdad (courtesy of Hussein Hamza)

C’est un bâtiment ravissant, ouvert sur une grande cour intérieure , disposant d’un portique le long de ses murs, qui rend la construction légère, et  construit selon un axe symétrique qui rend encore plus séduisant le bâtiment2. Le point central de cette symétrie est la porte d’entrée cintrée et ‘protégée’ par deux statues, allusion à la tradition architecturale mésopotamienne ancienne.

Plusieurs directeurs étrangers sont nommés dans les premiers années. On ne peut passer sous silence l’autrichien Wilhelm König qui dans les années 30, directeur du musée et archéologue de terrain, malgré sa formation principale en peinture, interprète un curieux objet parthe comme la première pile avant Edison!

 

Affiche de rue, représentant Saddam et Nabuchodonosor, sur le fond de la reconstruction de Babylone

Affiche de rue, représentant Saddam et Nabuchodonosor, sur le fond de la reconstruction de Babylone

L’histoire du Musée suit les évènements politiques: en 1966 il déménage dans un bâtiment plus grand et change de nom, devenant le Musée National Irakien. C’est le début d’une période où le passé sert les intérêts politiques nationalistes. Les enfants affluent en masse dans ce musée, et tout un chacun y est invité à découvrir l’histoire et la gloire nationales. Saddam Husseini poussera à l’extrême cette manipulation culturelle, allant jusqu’à forger des ‘tromperies’ archéologiques, les briques inscrites à son nom et au nom de Nabuchodonosor! Immaginez la stupeur des archéologues du futur!

 

Vase d’Uruk

Le nouveau musée est très grand, mais de structure compacte et renfermée: en obéissant à des normes plus strictes de sécurité des oeuvres, il perd en harmonie et légèreté. Les salles sont vastes, le nombre d’objets qui y sont conservés est impressionnant, autant que leur valeur patrimoniale: des oeuvres exceptionnelles y sont conservées, les fameux ‘Vase d’Uruk’, la statue Basekti, le portrait de Sargon d’Akkad, les reliefs lithiques des palais assyriens, la plus riche collection de sceaux-cylindres….

Mais de nouveau le Musée subit les complexes et douloureuses vicissitudes de l’histoire contemporaine d’Irak: fermé pour une dizaine d’années en 1990 suite à la Première Guerre du Golfe, le Musée souffrira tout particulièrement du sac et du pillage d’avril 2003, deux ans après sa réouverture! On ne sait pas exactement combien d’oeuvres ont été pillées (15 000 selon la Direction des Antiquités), combien ont subi des dommages volontaires… Mais c’est à ce moment là que le patrimoine d’une époque historique -celle de l’époque pré-islamique- est visé et volontairement détruit ou pillé: les objets islamiques ne sont pas concernés par cette violence. Des photos circulent, frappent l’opinion, en Europe beaucoup protestent… Il n’y a pas de doute que les photos ont été choisies pour frapper l’émotion le plus fort possible, reste à voir combien ont été manipulées avant publication… Mais peu s’inquiètent des milliers de vies humaines qui depuis plus de 20 ans ont tâché et continuent de tâcher le pays.

Laborieusement, après des années d’efforts et de récupération d’une partie des oeuvres perdues (presque 1/3 selon les sources gouvernementales), le Musée a pu ouvrir partiellement certaines de ses salles en 2015, douze ans après le pillage. Et encore une fois,  il est passionnément lié à son peuple. Il est aujourd’hui à l’image de ce pays: abîmé, meurtri, mais encore debout. Au courage de tous les Irakiens.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le Musée de Bagdad: histoire d’une passion”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/02/2020, https://ane.hypotheses.org/8218. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le Musée de Bagdad: histoire d’une passion,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 22/02/2020, https://ane.hypotheses.org/8218.


Pour aller plus loin
F. M. Fales, 2004. Saccheggio in Mesopotamia : il museo di Baghdad dalla nascita dell’Iraq a oggi. Udine, Forum Edizioni.

 

  1. car patrimoine mondiale de l’humanité et à cause de la supposée “indifférence” des locaux vis-à-vis de leur patrimoine []
  2. selon les études des neuroscientifiques la symétrie est particulièrement agréable au regard humain []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.