l’amour à Babylone

À TOUS LES AMOUREUX

Dans la littérature mésopotamienne1, l’amour (akkadien=râmu) est très souvent présenté plus d’un point de vue sexuel que sentimental:
“(ELLE) –Viens ici, je veux être embrassée, comme mon cœur me l’a dicté, faisons l’amour, ne dormons jamais toute la nuit, restant tous les deux au lit soyons d’humeur joyeuse pour faire l’amour!
(LUI) –Mon amour est versé pour toi, prend-en autant que tu le souhaites dans une mesure généreuse“.
Ou encore:
vu que je suis jeune, fais-moi l’amour, fais-moi l’amour, sept fois avec l’amour d’un cerf, douze fois avec l’amour d’une chauve-souris“.

Les termes peuvent être crus, précis, sans nuance, les organes sexuels sont cités explicitement ou métaphoriquement, leurs mouvements bien décrits :
O, mon Ishullanu, laisse-moi (mon vagin) dévorer ton pénis, pousse ton érection dans ma vulve!
Ou encore:” Allonge ta main gauche et touche ma vulve! Joue avec mes seins! Entre, j’ai ouvert mes cuisses ! “.

Mêmes les amours divins sont décrits sans voile:
Je veux te pénétrer!’ lui disait le seigneur Enlil. Mais elle refusait. ‘Je veux te baiser !’ lui déclarait Enlil. Mais elle refusait. Enlil s’adressa donc à son page, Nuska : —‘Nuska ! Mon page !’ —‘Oui, à tes ordres !’ —‘Cette jouvencelle si avenante, si rayonnante, cette Ninlil si avenante, si rayonnante, nul ne l’a encore pénétrée, nul ne l’a baisée !’ Le page alors procura à son maître une barque et là Enlil pénétra et baisa Ninlil, sa main toucha ce dont on a tant envie, et il la pénétra et baisa et il déversa dans son sein sa semence. ».

Plaquette érotique, ca. 1800 BC (image reprise depuis: https://twitter.com/ancientartwien/status/726009739528798208)

Plaquette érotique, ca. 1800 BC (image reprise depuis: https://twitter.com/ancientartwien/status/726009739528798208)

 

Les images sont elles aussi assez crues: un thème souvent représenté sur  les plaquettes et les lits miniature en terre cuite, est un couple nu qui fait l’amour en différentes positions. Dans les plaquettes2, ce thèmes se décline le plus souvent par un coïtus a tergo où la participation féminine est plutôt limitée: l’homme prend la femme  par derrière tout en la maintenant par la taille serrée à lui, la femme semble occupée à toute autre chose, souvent aspirer le contenu -peut-être de la bière?- d’un vase. Dans les petits modèles de lit en

Lit avec couple enlacé, Suse (D. Charpin 2017, fig.5.2)

Lit avec couple enlacé, Suse (D. Charpin 2017, fig.5.2)

terre cuite le couple est plus paritaire: l’homme enlace la femme avec ses bras et ses jambes, la femme répond en entourant son aimé de ses bras ou des ses jambes. La position peut varier, le couple peut être allongé ou bien debout et dans ce cas l’homme tient par la taille sa compagne qui s’accroche à lui de manière à se trouver en face de lui par le buste et ouverte à lui par ses jambes écartées. Ce qui reste constant dans les lits miniature et qui manque dans la majeure partie des plaquettes est le regard: le couple se regarde, visage aimant et aimé en face du visage de l’aimé(e).

Ces lits miniature tout en représentant plutôt physiquement l’amour, le montrent pourtant aussi comme manifestation d’un sentiment. En effet,  en Mésopotamie les relations humaines étaient au moins aussi complexes qu’aujourd’hui. Et certainement, comme le prouvent certains textes et certaines représentations, les anciens hommes et femmes de Mésopotamie ont connu l’émotion de l’amour3.

Couple de Mari, ca. 2500 BC (Margueron, Mari métropole de l'Euphrate, 2004, fig.268)

Couple de Mari, ca. 2500 BC (Margueron, Mari métropole de l’Euphrate, 2004, fig.268)

Depuis le IIIe mill. nous sont arrivées des statuettes en pierre d’un couple qui assis s’enlace tendrement. Et c’est avec sa femme que Assurbanipal, roi assyriens de la fin du VIIe s BC, se  fait représenter dans un jardin, banquetant et se réjouissant de ses victoires. Et dans plusieurs passages littéraires c’est le sentiment d’amour qui est ainsi révélé:
«Époux, laisse-moi te caresser : Ma caresse amoureuse est plus suave que le miel.» disait Inanna à son aimé. Et dans des passages d’autres textes littéraires ou de présage, les souffrances données par l’amour sont très semblables à celles de beaucoup de littératures -anciennes comme contemporaines-: le coeur qui bat plus vite («Quand tu parles de moi, tu fais gonfler mon coeur jusqu’au point que je pourrais en mourir!»), l’insomnie (“je n’a pas fermé mes yeux hier soir; oui, j’étais éveillé toute la nuit, ma chérie, en pensant à toi“), jusqu’à la démence (“si le patient se parle tout le temps et rit sans raison, il a le mal d’amour -c’est la même chose pour un homme ou pour une femme-“).

Le texte mésopotamien du IIe mill. av. J.-C. connu comme l’élégie d’une femme morte, relatant la joie d’une grossesse qui s’est pourtant mal terminée, mentionne le profond attachement autant de l’époux que de l’épouse :
« Le jour où mon fruit était mûr, ah, combien j’étais contente ! Ah, combien j’étais contente ! Et mon mari aussi !
Le jour où le travail a commencé, mon visage est devenu sombre, le jour où j’ai commencé à donner la vie mes yeux se sont brouillés. J’ai prié à mains ouvertes la Dame des dieux, “tu es la mère de celles qui ont porté un enfant, sauve ma vie !”
En entendant cela, la Dame des dieux voila son regard: “Pourquoi continues-tu à me prier ?”
Mon mari, qui m’aimait, poussa un cri: “Pourquoi veux-tu me prendre la femme qui m’est si chère ?”
…(cassure du texte)… Tous ces nombreux jours j’étais avec mon mari, j’ai vécu avec lui qui était mon amour. La mort est venue rampant dans ma chambre, elle m’a conduite loin de ma maison, elle m’a arrachée à mon mari »

Les hommes de Mésopotamie ont compté, donc, l’amour parmi les valeurs qui rendent la vie digne d’être vécue: ils vivaient peu et mal, ils mouraient assez jeunes, en couches ou en bataille, ils avaient de nombreuses maladies et pas une médecine capable de les guérir4, ils savaient que l’avenir est incertain, et ils prônaient à bien vivre chaque instant:
Gilgamesh, où donc cours-tu ?
       La vie sans fin que tu recherches, tu ne la trouveras jamais !
Quand les dieux ont créé les hommes, ils leur ont assigné la mort,
Se réservant l’immortalité à eux seuls !
       Toi, remplis-toi la panse, demeure en gaîté jour et nuit.
Fais quotidiennement la fête, danse et amuse-toi jour et nuit. Regarde tendrement ton petit qui te tient par la main.
Et fais le bonheur de la femme serrée contre toi !
       Car telle est l’unique perspective des hommes.

Carpe diem disait Horace, et ainsi Laurent le Magnifique:
Leur bonheur est d’être ensemble,
Car le temps s’enfuit, trompeur.
Qu’à son gré chacun soit en liesse,
Rien n’est moins sûr que demain.“…

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “l’amour à Babylone”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/02/2020, https://ane.hypotheses.org/7980. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “l’amour à Babylone,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 15/02/2020, https://ane.hypotheses.org/7980.

 

Pour aller plus loin
J. Bottéro et S. N. Kramer 2011. L’érotisme sacré à Sumer et à Babylone. Paris : Berg international.
D. Charpin 2017. La vie méconnue des temples mésopotamiens. Paris: Les Belles Lettres, Collège de France. (accessible aussi online, par ex. ch 5= https://books.openedition.org/lesbelleslettres/110
)
B. R. Foster 1996. Before the Muses: An Anthology of Akkadian Literature. Bethesda: CDL Press.
V. Grandpierre 2012. Sexe et amour de Sumer à Babylone. Paris: Folio.
K. R. Nemet-Nejat 1998. Daily Life in Ancient Mesopotamia. Greenwood Press.
E. Reiner 1985. Your Thwarts in Pieces, Your Mooring Roop Cut: Poetry from Babylonia and Assyria. Ann Arbor: University of Michigan Press.

N. Wasserman 2016. Akkadian Love Literature of the Third and Second Millennium BCE. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag.

 

  1. tous les textes cités dans ce billet sont repris de Reiner 1985, Foster 1996, Nemet-Nejat 1998, Wasserman 2016 []
  2. sorte de petites images, comme des photos des temps anciens []
  3. «comme tout le monde et aussi long temps que le monde existe, les anciens Mésopotamiens sont tombés profondément amoureux » (Karen Nemet-Nejat 1998). []
  4. tout au plus de les soulager un peu []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.