L’invention de la céramique

par Laura Battini

Samedi 23, une histoire des femmes (2e partie)

Le Proche-Orient a été le théâtre de nombreux inventions et progrès techniques : l’invention de la céramique, de l’irrigation et donc de l’agriculture, la domestication, l’établissement de lieux pour vivre de manière sédentaires (villages d’abord, villes ensuite), l’invention du verre… Il y a eu aussi de nombreux progrès techniques à l’intérieur de chaque discipline : l’araire pour l’agriculture, le tour de potier pour la céramique, la brique et le bitume pour l’architecture, la roue et la voile pour les transports, l’artisanat en bois, en vannerie, en métal et en pierre, juste pour en citer quelques uns. La céramique fait partie de ces innovations, car avant il y a eu ce qu’on appelle la « vaisselle blanche » en chaux, c’est-à-dire des vases de calcaire calciné, chauffé à très forte température pour le réduire en sels auxquels est ajoutée l’eau (la même technique peut être utilisée pour le plâtre, en utilisant le gypse à la place du calcaire). Cette technique permet de modeler le vase à la main, et donc de façonner des formes faciles et variées, comme à Bouqras, Beidha et Munata (Palestine), et el-Kown (désert syrien). Mais une vaisselle en pierre est lourde, pas facile à manier ni à utiliser pour cuire. C’est pour ça que les hommes ont pensé à utiliser un matériel simple, facile à trouver n’importe où : l’argile, ṭiṭṭum en akkadien et IM en sumérien. On connaît aussi d’autres termes pour l’argile, selon ses fonctions spécifiques (celle utilisée contre un gros mur, celle pour bloquer une porte, etc), ou selon sa qualité ou sa couleur, mais ṭiṭṭum et IM sont les termes le plus généraux et le plus souvent employés. Ces termes font référence à la terre non encore cuite et à façonner. Pour la terre cuite, vase ou autre objet déjà fini, on employait le terme ḫaṣbu.

Types de four

Pour une vaisselle en céramique, pourtant, il faut bien maîtriser le feu, ce qui n’a pas été aussi évident. Car au début il n’y avait pas de four et donc on a d’abord utilisé des fosses grossières dans lesquelles on cuisait à basses températures. A l’époque d’Hassuna
(6000 av. J-C env) on a inventé un vrai four, avec chambres de cuisson et de chauffe séparés, ce qui a permis une cuisson homogène de la pâte et des fortes températures. Cette invention est pratiquement sans évolution après : de forme circulaire ou rectangulaire, le four est composé de deux parties, une chambre basse (à ouverture plus ou moins large pour mettre les combustibles) et une chambre haute avec le fond percé de trous pour cuire les vases et une couverture à calotte (cf. Yarim Tepe I).

Mais pour la céramique il faut aussi une technique bien particulière: pour lui donner l’homogénéité nécessaire et chasser les bulles d’air et la rendre apte à reproduire une forme, il faut trois opérations essentielles: il faut l’épurer pour la rendre plus grasse et donc plastique en y ajoutant de l’eau et il faut y ajouter des éléments non plastiques végétaux ou minéraux (paille, herbe, sable, gravillons) pour éviter des fendillements pendant la cuisson ce qu’on appelle aujourd’hui les dégraissants-. Il faut malaxer la pâte pour la rendre homogène et la façonner d’abord à la main (aux époques néolithique et chalcolithique et même en époque historique quand certaines figurines sont réalisées à la main). Puis, pour la vaisselle il y a eu un façonnage au tour lent  à partir de l’époque obeid (5000 av J-C) et enfin au tour rapide à partir de l’époque uruk (vers 3500 av. J-C). Une autre technique de façonnage qui commence à la fin du IIIe mill. av. J-C, rarement utilisé pour la céramique et très souvent pour les figurines et plaques du IIe mill. est le moulage de type univalve. Enfin, vers le VIIe s. av. J.-C. est inventé en Grèce le moulage bivalves, dit aussi en creux (deux moules pour produire une figurine, un pour l’avant, un pour l’arrière), qui permet de fabriquer
des pièces en trois dimensions. Enfin, la troisième opération est la cuisson qui se passe bien si la pâte a été suffisamment malaxée,
autrement des craquelures et des fissures peuvent apparaître et on peut arriver jusqu’à provoquer la cassure de l’objet. Dans des nombreuses figurines et plaquettes représentant des divinités, des rois ou des scènes de vie quotidienne, la cuisson montre souvent un contrôle sommaire : la pâte n’est pas cuite de manière homogène, l’intérieur est plus clair que l’extérieur…

Pions en terre cuite venant de la salle K de la Maison ronde (strate XI-A)

Il existe peu de textes sur la céramique qui de plus n’ont pas été écrits pour nous renseigner sur sa technique. Pourtant, la préparation de l’argile est relatée dans les récits mythologiques de création du monde. Ici est expliqué comment les dieux en malaxant et en façonnant la terre on créé l’homme, en général en y ajoutant un « souffle divin » (le sang d’un dieu par ex.). Dans ces récits, les dieux prennent la terre du fleuve probablement car c’est la plus pure, subissant un processus de lévigation naturelle.
Et si même l’homme est fait d’argile, il est naturel que tout soit construit avec elle: les maisons, les temples, les palais et les autres bâtiments officiels, les jouets, les poupées, les bas reliefs, les statues, les briques de construction, les tablettes pour l’écriture et l’administration, les balles pour les armes (frondes), les outils pour l’agriculture, le décor des maisons, des temples et des palais, les escaliers, les aménagements intérieurs, les lampes, les conteneurs variés….

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’invention de la céramique”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/06/2018, https://ane.hypotheses.org/785. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’invention de la céramique,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/06/2018, https://ane.hypotheses.org/785.

Pour en savoir plus…
M-Th. Barrelet, Figurines et reliefs en terre cuite de la Mésopotamie antique, Paris, ed. P. Geuthner, 1968.
P. Bordreuil, F. Briquel-Chatonnet, C. Michel (éd), Les débuts de l’Histoire. Le Proche-Orient, de l’invention de l’écriture à la naissance du monothéisme, Paris, 2014, 2e éd.,  ISBN 2-916142-05-3.
J. Bottéro, Lorsque les dieux faisaient l’homme. Paris, Gallimard, 1989.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.