Ninive, la capitale de Sennacherib

A la mort tragique de son père en 705, Sennacherib, qui avait été déjà associé au pouvoir par Sargon II, accède au trône.  Abandonnant l’éphémère capitale de Dur-Sharrukin, toute construite à la gloire de son père, Sennacherib choisit comme nouvelle capitale un nouveau site, pourtant chargé d’histoire, Ninive.

Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d'Akkad
Tête en bronze découverte à Ninive en 1931, attribuée à Sargon d’Akkad

Le site, qui avait été habité depuis l’époque Hassuna (VIe mill av. J-C),  devient un centre cultuel important au moins pendant le IIIe mill. av. J-C,probablement en raison de sa position géographique appropriée qui la mettait au carrefour de plusieurs routes commerciales. En plus la ville était le siège de l’Emashmash, le temple de la déesse hurrite Shaushka, plus tard assimilée à Ishtar. Les rois akkadiens (fin du IIIe mill. av. J-C) construisirent ou reconstruisirent ce temple et y dédièrent des  statues, comme le prouve la fameuse tête en bronze attribuée à Sargon d’Akkad1 ou moins souvent à son petit-fils Naram-Sin. Mais Ninive n’avait été jamais une capitale avant Sennacherib.

À la différence de la majeure partie des sites mésopotamiens,  Ninive, détruite par les Mèdes et les Babyloniens, ne disparut jamais de la mémoire, puisque son nom est présent dans la Bible:
«La parole de Yahvé fut adressée à Jonas, fils d’Amitaï:  » Lève-toi, lui dit-il, va à Ninive, la grande ville, et annonce-leur que leur méchanceté est montée jusqu’à moi. « » (Jonas I, 1-2). Ou encore:
«Oracle sur Ninive. Livre de la prophétie de Nahum, d’Elkosch. (…) Avec des flots qui déborderont il détruira la ville, et il poursuivra ses ennemis jusque dans les ténèbres. (…) Célèbre tes fêtes, Juda, accomplis tes voeux! Car le méchant ne passera plus au milieu de toi, Il est entièrement exterminé…» (Nahum 1, 8, 15).  Ou encore:
«Je jetterai sur toi des impuretés, je t’avilirai, et je te donnerai en spectacle. Tous ceux qui te verront fuiront loin de toi. Et l’on dira: Ninive est détruite! Qui la plaindra? Où te chercherai-je des consolateurs?» (Nahum 3, 6-7).

 

Plan de l'acropole de Ninive
Plan de l’acropole de Ninive

La localisation du site resta longtemps inconnue, même si certains voyageurs identifièrent exactement la ville sur la rive est du Tigre, pas très loin de Mossul. Le premier à l’avoir fait en 1178 fut Benjamin de Tudèle, un rabbin espagnol voyageant de l’Italie à la Perse entre 1160 et 1173, dont l’oeuvre fut publiée seulement en 1543 à Constantinople.
D’autres voyageurs de l’Orient islamique ou de l’Occident chrétien continuèrent à identifier correctement la ville: ainsi l’espagnol Ibn Jubayr en 1183, le marocain Ibn Batuta en 1327, l’allemand Leonhart Rauwolff en 1575, l’anglais Anthony Sherley en 1599 et l’italien Pietro della Valle en 1616…
Pourtant, le site fut parfois identifié avec Babylone et encore en 1843, à l’époque des premières fouilles en Irak, Paul Émile Botta après avoir fouillé « sans trop de chance » à Kuyunjik (=Ninve) se déplaça à Khorsabad, l’ancienne Dur-Sharrukin2, croyant avoir trouvé Ninive. C’est Henry Austen Layard qui en poursuivant en 1845 les sondages de Botta à Kuyunjik  et surtout à partir de 1849 fouilla et identifia  Ninive3.

Le site est composé de 2 citadelles (Kuyunjik et Nebi Yunus) et d’une ville basse très étendue pour un total de 775 ha. Mais cette extension est de la ville de Sennacherib, et qui en fait la plus vaste des capitales assyriennes, et la deuxième de toute la Mésopotamie après Babylone.

Maquette de Kuyunjik et de la partie nord de Ninive
Maquette de Kuyunjik et de la partie nord de Ninive

Les archéologues pensent en revanche que l’occupation originaire de Ninive (époque Hassuna) se concentrait sur le tell de Kuyunjik mais que déjà au IIIe mill. Ninive comprenait une citadelle (toujours sur Kuyunjik, qui est grande de 45 ha) et une ville basse qui s’étendait au nord de l’acropole (surface totale s’approchant ou étant égale à 100 ha). Les travaux de construction de Sennacherib ont donc plus que septuplé la taille de la ville.

À son époque, Ninive était protégée d’une enceinte urbaine imposante percée d’une douzaine des portes4. Comme à Dur Sharrukin, aussi à Ninive sont présentes deux acropoles, une royale (Kuyunjik, 45ha) et une soi-disante « militaire » (Nebi Yunus, 15 ha). Kuyunjik a restitué le palais de Sennacherib, dit le « palais sans rival », une partie du palais de son petit-fils, Assurbanipal et des vestiges éparses du temple d’Ishtar qui se trouve entre les deux palais.  Nebi Yunus aurait rendu un ekal masharti, terme akkadien de traduction encore incertaine, considéré le plus souvent un arsenal, un  lieu pour rassembler les troupes et entreposer le butin… mais le raffinement de son décor (briques glaçurées,  bas-reliefs et plusieurs taureaux androcéphales) rend moins vraisemblable l’interprétation comme arsenal. D’ailleurs, beaucoup de termes architecturaux restent incertains et mériteraient une collaboration étroite entre archéologues et philologues.

Combien de personnes habitaient la ville à cette époque? il est difficile de donner des chiffres, même indicatifs (75 000 habitants, donc une moyenne de 100 habitant par hectare semble déjà trop). Mais certes, la ville était impressionnante, non seulement pour les anciens mésopotamiens, mais aussi pour nous (cela correspond ca au 13e arrondissement de Paris). Les Assyriens n’ont pas seulement inventé le ‘premier empire’, les premières mégapoles: ils ont aussi compris tout l’intérêt des constructions à la gloire du roi, l’architecture comme instrumentum regni. C’est ainsi que Sennacherib dans ses inscriptions royales priait un successeur à restaurer ses constructions et à laisser son nom inscrit sur les briques des bâtiments: « À l’avenir, lorsque ce palais deviendra vieux et délabré, puisse  un futur souverain, l’un des rois mes descendants, nommé par le dieu Aššur et la déesse Ištar pour faire paître la terre et le peuple, rénover ses parties délabrées. Puisse-t-il trouver un objet inscrit portant mon nom, puisse l’oindre d’huile, et puisse faire une offrande, et (le) remettre à sa place. »

TRÈS BONNE ANNÉE ET MERCI DE VOTRE FIDÉLITÉ!

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Ninive, la capitale de Sennacherib”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/12/2019, https://ane.hypotheses.org/7635. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Ninive, la capitale de Sennacherib,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 31/12/2019, https://ane.hypotheses.org/7635.

 

Pour aller plus loin
R. D. Barnett, E. Bleibtreu et G. Turner, 1998. Sculptures from the Southwest Palace of Sennacherib at Niniveh.
P. Matthiae, 1998. Ninive. Milano, Electa
L. P. Petit et D. Morandi 2017. Nineveh, the Great City. Symbol of Beauty and Power, PALMA 13. Leiden, Sidestone Press.
Voyageurs arabes. Ibn Fadlân, Ibn Jubayr, Ibn Battûta et un auteur anonyme, textes traduits, présentéset annotés par Paule Charles-Dominique, Bibliothèque de la Pléiade, 1995. Paris, Gallimard.

  1. à ne pas confondre avec Sargon II, le père de Sennacherib []
  2. la capitale du père de Sennacherib []
  3. comme quoi, il ne faut jamais désespérer en archéologie… []
  4. plus tard leur nombre fut augmenté []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.