A Wonder to Behold

Mercredi 6 Novemre s’est ouverte à New York, à l’Institute for the Study of the Ancient World (ISAW: 15 East 84th St., New York NY 10028) l’exposition A Wonder to Behold: Craftsmanship and the Creation of Babylon’s Ishtar Gate, organisée par Anastasia Amrhein (University of Pennsylvania) et Elizabeth Knott (University of New York, ISAW). Hébergée au RdC de l’ISAW, cette exposition, qui durera jusqu’au 24 Mai 2020, est la première à s’intéresser à la matérialité des objets.

L’exposition, qui a reçu les fonds nécessaires grâce à la générosité de trois fondations (Selz Foundation, Achelis and Bodman Foundation, and Leon Levy Foundation), s’accompagne de plusieurs manifestations, parmi lesquelles on compte un colloque, des conférences nocturnes, des courtes présentations (15’) d’un objet, des présentations par des artistes contemporains qui soulignent les différences et les similitudes entre productions artistique passée et contemporaine (pour en savoir plus: https://isaw.nyu.edu/exhibitions). Le catalogue de 186 pages, publié conjointement par l’ISAW et Princeton University Press, a tiré bénéfice de la collaboration de plusieurs spécialistes.

L’exposition commence par la découverte de la porte d’Ishtar et ses multiples restitutions comme elles sont consignées dans les photos d’archives, les dessins, les aquarelles dont une partie est ici exposée pour le plus grand bonheur des visiteurs (Walter Andrae avait un vraie talent artistique, comme nous avons déjà montré dans un article il y a quelques temps). La signification religieuse de la porte est ensuite analysée autant dans la signification des animaux qui sont représentés sur la porte (lions, taureaux, dragons mušhuššu) que dans la signification magique et métaphysique des couleurs des matériaux utilisés. L’argile a été toujours considérée animée d’un flux vitale et intimement liée aux dieux, les hommes sont faits d’argile, comme les être figurés qui protègent la maison. Les pierres ont toujours eu une signification particulière pour les habitants d’un pays qui n’en produit aucune. Ainsi sont exposées des pierres anciennes à côté de modernes et elles s‘accompagnent de traités en cunéiforme donnant les indications nécessaires à la réalisation de pierres synthétiques. En total ce sont 180 objets qui sont exhibés en provenant de plusieurs musées, dont en premier le Vorderasiatisches Museum, mais aussi le Louvre, le British Museum, le Metropolitan Museum of Art.

L’intérêt de l’exposition est certes dans les objets exposés ainsi que dans les images d’archives (photos, dessins, aquarelles). Mais c’est le point de vue choisi qui est le plus intéressant: en partant de la construction de la porte d’Ishtar à Babylone et en insistant sur ses matériaux, l’exposition incite à réfléchir de manière différente aux objets anciens dont les aspects techniques -souvent délaissés-en disent beaucoup sur la société qui les a produits. C’est cette matérialité qui nous fait sentir si proches de ces Mésopotamiens: quand on voit l’empreinte de la patte d’un chien sur une brique faite à un moment où l’argile était encore fraîche, on ne peut que ressentir cette profonde émotion qui naît de la conscience qu’aux delà des objets arrivés du passé il y avait des hommes semblables à nous.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “A Wonder to Behold”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/11/2019, https://ane.hypotheses.org/7450. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “A Wonder to Behold,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/11/2019, https://ane.hypotheses.org/7450.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.