La peinture 2ème partie

Entre la fin du IVe mill. et le IIIe mill. BC, quand apparaissent les premières villes, on retrouve la peinture essentiellement dans les temples: à Tell Uqair, au nord-est de Babylone (et à 80 km au sud de Bagdad), le ‘Painted Temple’ présentait plusieurs pièces ornées de peintures dont seulement des fragments subsistent. Les deux vestibules portaient un décor de personnages humains, dans un cas accompagnés d’un quadrupède, insérés dans des ‘métopes’ qui sont composées de motifs géométriques.

Décor du podium du 'Painted Temple' (d'après S. Lloyd, JNES 42, pl.X)

Décor du podium du ‘Painted Temple’ (d’après S. Lloyd, JNES 42, pl.X)

Mais le plus spectaculaire est le podium de la cella peint en couleurs variées représentant d’un côté une façade de temple, et de l’autre au moins 4 animaux, dont 2 félins (probablement des panthères) et ce qui semblent être 2 taureaux. Ces derniers appuient leurs pattes sur un socle décoré de losanges et sont séparés par des bandes faites de losanges.
Les couleurs utilisées comprennent- outre les noir,  blanc et rouge connus depuis les temps les plus anciens1 aussi le jaune.  A la même époque, le ‘Eye Temple’ de Tell Brak (aujourd’hui en Syrie) montre le même goût pour la couleur, non sous forme de peintures mais de riches décors en pierres précieuses colorées (marbre blanc, calcaire rouge et ardésia azur), en cuivre et en mosaïques de cônes d’argile peints .
Les temples du IIIe mill. BC comportant des peintures sont plus rares en Mésopotamie et très fragmentaires: le temple d’Inanna à Nippur (IIIe mill. BC) conserve des fragment d’une frise de losanges et deux frises de figures, le temple de Ninhursag à Mari a rendu des fragments de peintures d’hommes et d’animaux…

Il faut attendre le IIe mill. BC, pour trouver des exemples de peinture dans les palais. Le plus riche est le palais de Mari, exceptionnel tant par la qualité que la quantité de fragments de peinture. Le palais a restitué plusieurs pièces décorées de peinture.

La cour du palmier (d'après J-C Margueron, 2004, pl.58)

La cour du palmier (d’après J-C Margueron, 2004, pl.58)

L’ensemble officiel, composé de la salle du trône et d’une pièce à caractère religieux la précédant, s’ouvre sur une grande cour (la cour n.106, dite ‘cour du palmier’) dont les parois étaient décorées d’une scène sacrificielle et d’une consécration divine du roi.

Cortège sacrificiel (d'après Margueron 2004, fig.500)

Cortège sacrificiel (d’après Margueron 2004, fig.500)

Dans la première, le roi guide une procession de dignitaires qui sont disposés sur 2 registres superposés et qui mènent les animaux bardés d’argent pour le sacrifice. Deux morceaux de ce cortège sont connus, l’un conservé au Musée du Louvre et l’autre au Musée d’Alep. Dans la scène de consécration, connue sous le nom de “Peinture de l’investiture”, la plus grande des peintures qui nous soient arrivées de la Mésopotamie (2,50 × 1,75 m), le roi reçoit les insignes du pouvoir de la déesse Ishtar, la garante des dynasties royales. La scène est très complexe et unit des éléments fort différents: des personnages réels (le roi), des divinités (la déesse Ishtar et les déesses secondaires Lama), des animaux ‘mythiques’ (lion, sphinx et taureau androcéphale) et éléments naturels à forte valeur symboliques (l’eau, symbole de vie, les poissons, symbole de fécondité).

Peinture de l'Investiture (d'après Margueron 2004, pl.56)

Peinture de l’Investiture (d’après Margueron 2004, pl.56)

Plusieurs significations de cette peinture (et plusieurs datations) ont été avancées, car si les images sont lisible par tous et de manière immédiate -au contraire de l’écrit- elles offrent différents niveaux de lecture. le niveau de lecture le plus basique y lisait une scène de consécration royale par la divinité. Le niveau plus élevé y peut lire une représentation symbolique du palais lui même: la cour 106 du palmier (côtés latéraux de la peinture), la salle n.64 (déesse au vase des eaux jaillissantes, panneau bas du centre de la peinture) et la salle du trône n.65 (investiture royale, panneau haut du centre de la peinture), lieu où se déroulaient probablement plusieurs rituels.

 

Les peintures des appartements du Roi (d'après Margueron 2004, pl.63)

Les peintures des appartements du Roi (d’après Margueron 2004, pl.63)

Les recherches et les analyses détaillées de Béatrice Muller, archéologue spécialiste de Mari, ces dernières années ont permis de restaurer d’autres fragments qui ornaient le palais, certains plus décoratifs (motifs géométriques), d’autres des compositions de grande envergure. La partie haute des murs de la cour 106 était décorée de scènes militaires (têtes de soldats casqués) et de scènes de cour (têtes de dignitaires). Les appartements de l’étage, réservés à l’habitation du roi, portaient des images célébrant le roi comme bâtisseur, comme victorieux, comme chasseur… Même si fragmentaires, ces peintures contribuent à nous donner une idée plus complète de la société et de l’idéologie royale: les thèmes du roi bâtisseur, victorieux et chasseur sont attestés dans la sculpture depuis le IIIe mill. et continuent jusqu’au Ier mill. BC avec une constance qui en dit long sur l’idéal royal.

Décor du plafond de la salle du trône de Sargon II à Dur Sharrukin (d'après OIP 36: pl.III)

Décor du plafond de la salle du trône de Sargon II à Dur Sharrukin (d’après OIP 36: pl.III)

Dans la deuxième moitié du IIe mill BC d’autres palais ont restitué des peintures, mais très incomplètes:  on peut citer les palais de Nuzi, de Kar-Tukulti-Ninurta (dans le Nord) et de Dur-Kurigalzu (dans le Sud). A Kar-Tukulti-Ninurta les restitutions proposent des peintures construites à métopes à l’intérieur desquelles s’alternent des caprins autour d’une palmette (composition très symétrique) et des palmiers. A Dur-Kurigalzu des longues processions de dignitaires peintes sur les murs démontrent la continuité de ce motif attesté déjà à Mari.
Et encore au Ier mill. les bas-reliefs reprennent tous ces motifs liés à la royauté mais ils les transfèrent essentiellement à la sculpture peinte. Traces de couleurs ont été retrouvées sur quelques uns des bas-reliefs néo-assyriens2. Pourtant, la peinture restait sur les plafonds et le haut des murs qui pour des évidentes raisons de stabilité ne pouvaient pas supporter des sculptures. Des traces de peinture, principalement motif géométriques et floraux, ont été retrouvés dans les  palais de Dur Sharrukin (salle du trône), NO de Nimrud et ekhal masharti de la même ville. Ils ne s’agit pas de motifs ‘ornamentaux’, plutôt de symboles tant par le sujet représenté (palmettes, symbole de vie et d’abondance) que par la manière de le traiter (symétrie, donc attestation du cosmos réalisé par le souverain).

Peinture de Til Barsip (d'après A. Nunn 1988, fig.8)

Peinture de Til Barsip (d’après A. Nunn 1988, fig.8)

 Des ensembles plus clairement ‘historiques’ se trouvent dans les palais ‘provinciaux’ de l’empire, à Tell Masaïkh, comme à Til Barsip. On y retrouve le roi en majesté (assis sur le trône), le roi victorieux plutôt sous la forme de la représentation des brutalités sur l’ennemi que de parades militaires (comme cela le sera dans les deux derniers palais assyriens connus, celui de Sennacherib à Ninive et celui de son petit-fils Assurbanipal, toujours à Ninive).

Résidence K de Dur Sharrukin (d'après Loud et Altman 1938, pl.89)

Résidence K de Dur Sharrukin (d’après Loud et Altman 1938, pl.89)

Enfin, même certaines riches maisons ont laissé des traces de peinture, au moins depuis la 2e moitié du IIe mill. BC (Nuzi). Il s’agit de maisons de personnages importants, comme le propriétaire de la résidence K de Dur-Sharrukin, l’une des seules 4 maisons insérées à l’intérieur de l’acropole, à côté du palais royal et des temples majeurs de la ville. Cette peinture, haute de presque 13m, aujourd’hui connue seulement par un relevé des années ’30, présentait sur un enduit blanc des personnages dans les tons rouge, blanc et noir sur fond bleu, typique couleur des dieux. En effet, la scène représentée tout en haut dans une sorte de niche montre le roi et un dignitaire devant une divinité. En bas des frises de génies en position symétriques confirment le contexte sacral de la scène, caractère qui était déjà suggéré par les couleurs. Car au delà de l’agrément -surtout pour des sociétés aveuglées par le soleil- , les couleurs ont et ont toujours eu une signification symbolique3à suivre….

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La peinture 2ème partie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/02/2020, https://ane.hypotheses.org/7425. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La peinture 2ème partie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/02/2020, https://ane.hypotheses.org/7425.

Pour aller plus loin:
P. Albenda, 2005. Ornamental wall painting in the art of the Assyrian Empire. Leiden/Boston: Brill.
A. Di Ludovico. et M. Ramazzotti 2012. “White, Red and Black : Technical Relationships And Stylistic Perceptions between Colours, Lights and Places”. In R. Matthews et J. Curtis (eds), Ancient and Modern Issues in Cultural Heritage : Colour and Light in Architecture, Art and Material Culture: 287-301. Wiesbaden: Harrassowitz.
J. Margueron, 2004. Mari. Métropole sur l’Euphrate. Paris: Picard/ERC.
B. Muller, 1990. “Une grande peinture des appartements royaux du palais de Mari (salles 219-220)”, M.A.R.I. 6: 463-558.
A. Nunn, 1988. Die Wandmalerei und der glasierte Wandschmuck im Alten Orient, HdO 7. Leiden/New York: Kobenhavn /Brill.
M. Pastoureau, 1986. Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales. Paris: Le Léopard d’Or.
M. Pastoureau, 1989. Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie, Le Léopard d’Or.
M. Pastoureau, 2000. Bleu, l’histoire d’une couleur. Paris: Seuil.

  1. voir La peinture au Proche Orient ancien, première partie: https://ane.hypotheses.org/7182 []
  2. voir dans le volet ‘DOCUMENTS’ de ce blog la “Présentation des oeuvres”, en particulier le bas relief BM 118918 []
  3. voir les travaux de Pastoureau, notamment Bleu, l’histoire d’une couleur []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.