Le déluge

Changement du rythme de publication :
un nouveau billet tous les lundis, une bibliographie un samedi sur deux
L’un des passages bibliques les plus connus est celui du déluge: YHWH (Genèse 6 -9) se repent d’avoir crée l’homme à cause de sa méchanceté. Il décide alors de l’éliminer en envoyant un déluge qui recouvrira toute la terre et prévient le seul homme juste, Noé. Celui-ci a l’ordre de sauver une partie des animaux afin de pouvoir faire repartir la vie sur terre après la destruction.

Selon Genèse 6,  les animaux sauvés sont un couple de chaque espèce. En revanche dans Genèse 7 les animaux à sauver sont 7 couples d’animaux purs, 1 couple d’animaux impurs et 7 couples d’oiseaux. Le déluge dure 40 jours1, puis, s’étant calmé, Noé envoie par 3 fois un oiseau pour savoir si l’eau s’était retirée des terres. C’est seulement quand l’oiseau ne retourne pas en arrière qu’il est sûr qu’il peut retourner sur les terres qui ont de nouveau émergé des flots.
Quand en 1872 George Smith retrouva dans les tablettes cunéiformes découvertes à Ninive un récit du déluge très semblable à celui de la Bible, l’émotion fut énorme. L’archéologie proche-orientale, qui était née pour confirmer les récits bibliques, en sortit renforcée, les fouilles à Ninive reprirent et on commença aussi à s’interroger sur les rapports entre les textes cunéiformes et la Bible. Et si encore dans les années 30 du XXe s. les archéologues s’efforçaient de retrouver dans les couches archéologiques les traces du déluge, surtout à Ur (Leonard Woolley), à Kish (Stephen Langdon) et à Shuruppak (Erich Schmidt), aujourd’hui les spécialistes pensent à un phénomène cyclique qui a inspiré l’idée d’un déluge, sans pouvoir déterminer ni dater un  événement unique dont les traces archéologiques font complétement défaut.
Paolo Uccello, Il diluvio, 1446 ca., Chiesa di St. Maria Novella, Firenze
Paolo Uccello, Il diluvio, 1446 ca., Chiesa di St. Maria Novella, Firenze
Dans les textes cunéiformes on connait plusieurs récits de déluge.  Seulement en sumérien on en connait trois récits: à la fin du IIIe mill. il existe déjà un récit de Gilgamesh (Gilgamesh et la mort) qui rencontre Ziusudra (= »vie de longus jours »), le seul survivant du déluge. Puis, vers le début du IIe mill., la Liste Royale sumérienne, mentionne le déluge juste après la ville de Shuruppak où la royauté descendit du ciel après 4 autres très anciennes villes. Et enfin, une tablette datée au XVIIe s. concerne le héros Ziusudra, roi de Shuruppak, mais elle est trop fragmentaire pour pouvoir en suivre un récit de manière claire.
En akkadien, le déluge apparait dans le mythe d’Atra-hasis (fin XVIIe s. BCE), puis dans l’épopée de Gilgamesh (XVIe s).  Dans le premier récit c’est le dieu Enlil qui fatigué du vacarme humain décide d’envoyer un déluge pour exterminer toute l’humanité. Mais Ea, dieu de la sagesse et des techniques, avertit un homme pieux, Atra-hasis, qui suit les conseils divins de construire un bateau et d’y mettre tous les animaux et les biens possibles et qui ainsi se sauve. L’offre d’un sacrifice, exécuté après la fin du déluge, calme les dieux énervés qu’un homme ait pu se sauver.
Dans le récit de Gilgamesh, le héros en quête d’immortalité, arrive chez Utnanapishtim (= »vie de jours lointains »), le seul rescapé du Déluge, devenu désormais immortel, qui raconte le déluge , l’envoi d’oiseaux pour déterminer la chute du niveau des eaux (c’est un des exemplaires de ce texte qui avait été retrouvé par Smith en 1872).
Le déluge est-il un mythe  seulement du Proche-Orient ancien?
Non, il est en effet intéressant de souligner que dans des nombreuses civilisations s’est formé le mythe de la destruction de l’humanité par les dieux et que la cause a été souvent attribuée au mauvais comportement des hommes. Même Zeus en Grèce  envoya un déluge où seuls Pyrrha et Deucalion survécurent: « Je dirai donc qu’à cette époque, un déluge engloutit la terre sous la profondeur de ses ondes; mais que bientôt, les flots, refoulés au loin, rentrèrent dans les abîmes creusés par la puissante main de Zeus. Ce couple illustre, ô Épharmoste ! fut la souche de tes magnanimes aïeux » (Pindare, « Les odes Olympiques » IX, 157-159). De même le déluge est attesté dans les civilisations de l’Inde, la Chine, l’Amérique du centre et du sud…  Dans ces mythes le plus souvent la destruction de l’humanité a été attribuée à un déluge, probablement à cause de la violence des crues des fleuves à côté desquels les hommes ont dû fixer leurs demeures2.
Dans toutes les civilisations le déluge ne provoque jamais une destruction complète des hommes, mais il leur permet de repartir sur des bases plus saines, il régénère en somme l’humanité. Tous ces mythes servent donc d’un côté à expliquer la présence du mal, de la mort, de l’injustice et de l’autre,  en préfigurant un nouvel âge d’or, ils permettent  de contenter les aspirations  à des formes de vie plus équilibrées et justes, en un mot plus « humaines » dans le sens où l’entend l’humanisme depuis la Renaissance.

 

 

  1. Selon d’autres versions de la Bible, il dura 150 jours: par ex. Genèse 7, 24 []
  2. à part -pour des raisons bien compréhensibles- en  Afrique où les mythes du déluge sont très rares []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.