Le mystère des “mains d’argile”

Dans le palais du roi Assurnasirpal (883-859), à Nimrud, on a trouvé des curieux objets en argile en forme de mains. D’autres villes assyriennes ont en rendu d’autres exemplaires, pour un total d’au moins 170 objets. Les archéologues anglais leur ont donné le nom de “mains d’Ishtar” mais il n’y a aucune connexion entre les mains et le culte d’Ishtar. Et en réalité, la fonction de ces objets reste énigmatique.

IA5.076 : Main du palais d'Assurnasirpal à Nimrud (d'après L. R. Siddall 2016, fig.7)
IA5.076 : Main du palais d’Assurnasirpal à Nimrud (d’après L. R. Siddall 2016, fig.7)

Longues d’un peu plus d’une vingtaine de cm et larges d’une dizaine, pour un poids entre 0,800 et 2 kg. ca., ces mains sont composées de deux parties, un bras rectangulaire, à la surface rugueuse et un poing avec 5 doigts disposés dans la même direction et qui présente une surface lisse. Elles sont fabriqués avec une argile de couleur brun placée dans un moule ouvert, puis sorties du moule et cuites au four. Des traces de lissage laissées par un outil sont visibles sur la surface de quelques exemplaires. Elles sont recouvertes d’une couche d’enduit ou stuc azur ou blanc. Elles peuvent porter une inscription royale même sur les ongles, parfois avec une couche de bitume. Une cinquantaine sont inscrites et à part un cas, toutes portent l’inscription du roi Assurnasirpal II. Mais aucune main trouvée à Dur-Sharrukin (actuelle Khorsabad) n’avait pas d’inscription. Et au moins un exemplaire conserve les empreintes des doigts à la base du bras, provoquées probablement au moment d’enlever la main du moule, juste avant la cuisson qui a permis de les conserver.

IA5.022 : Main avec empreintes de doigts (d'après L. R. Siddall 2016, fig.1)
IA5.022 : Main avec empreintes de doigts (d’après L. R. Siddall 2016, fig.1)

Le contexte de découverte n’est pas très précis : on sait que ces mains ont été retrouvées dans les palais et spécifiquement dans des pièces ayant des bas-reliefs, mais on ignore dans quelles pièces du palais. Elles pourraient avoir une fonction structurelle, pour soutenir les poutres du plafond (comme fut suggéré déjà par Emile Botta au milieu du XIXe s.), ou une purement décorative vu qu’elles semblent être présentes seulement dans les pièces décorées de bas-reliefs (comme suggéré quelques années plus tard par Victor Place). On pense que le bras était inséré dans le mur et que seule la main était visible. Et en effet les rapports de fouille le confirment pour les quelques rares cas retrouvés sur place. Mais si la fonction était seulement structurelle, pourquoi choisir des mains ? La main est un élément essentiel de la personnalité, les Mésopotamiens le savaient bien même avant la découverte des empreintes digitales, et ils arrachaient le visage et les mains des statues quand ils voulaient frapper l’image d’un roi d’une sorte de damnatio memoriae. Même si la fonction était structurelle, les mains colorées et inscrites contribuaient au décor des pièces et surtout elles faisaient partie du programme de construction royale. Elles avaient une fonction symbolique précise, même s’il faut avouer qu’il est encore difficile de comprendre laquelle : mains divines ? Mains royales ? Mains d’ennemis ? Certes, si le contexte précis était connu, on aurait une meilleure idée de leur fonction. Il reste à espérer que la reprise des fouilles archéologiques dans les capitales néo-assyriennes apportera des nouvelles données.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Le mystère des “mains d’argile””, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/12/2019, https://ane.hypotheses.org/7305. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Le mystère des “mains d’argile”,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/12/2019, https://ane.hypotheses.org/7305.

Pour aller plus loin

Frame, G. 1991. Assyrian Clay Hands. Baghdader Mitteilungen Vol. 22: 335–381.
Guralnick, E. 2008.  Assyrian Clay Hands from Khorsabad. Journal of Near Eastern Studies Vol. 67/ 4: 241-246.
Siddall, L. R. 2016. Assyrian Clay Hands from Nimrud in the Australian Institute of Archaeology. Buried History Vol. 52: 31-34

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.