La splendeur divine

Les divinités mésopotamiennes ont des caractères distinctes selon leur fonction, leur origine, leurs aventures, le domaine auquel elles font référence, leur apparence physique… Mais il y a un élément qui leur est commun : la splendeur. Appelée de différentes manières, la splendeur divine est éclat, éblouissement, crainte… Elle est aussi ambiguë : elle peut fasciner par son éclat qui renvoie à la vitalité (melammû – ce terme s’oppose aux images de torpeur, de sommeil, de silence), mais elle peut être insoutenable à l’œil  humain et susciter l’effroi (puluhtu). Elle est l’attribut mais aussi l’instrument du pouvoir et de la royauté.

L’étude lexicographique1 concernant les termes de la splendeur permet de se rapprocher du point de vue ancien et l’on pourrait dire de la mentalité ancienne et ainsi de saisir mieux la complexité de ce caractère divin. Les termes plus  (comme namrirrû, namurratu, rašubbatu, šalummatu, puluhtu et melammû) ou moins fréquents (birbirrû et sarûru) ne renvoient pas au même éclat, à la  même nuance de splendeur – bien qu’il soit difficile souvent de distinguer ces termes. Ils peuvent en effet être utilisés ensemble,  décrivant un dieu ou un objet lui appartenant comme par ex. sa couronne. Ainsi si par simplicité de compréhension moderne, on trouve  souvent des traductions par ex. de melammû avec le rayonnement de lumière et de puluhtu avec la crainte, les assyriologues sont bien conscients d’opérer une simplification qui ne rend pas tout à fait la mentalité ancienne et qui par contre nous ramène à  nos catégories modernes et à notre sensibilité qui semblent à des lieues de celles des anciens mésopotamiens.

Plaque paléo-babylonienne de divinité tuant un démon trouvée à Khafadjé Temple de Sin (© Oriental Institute of Chicago)
Plaque paléo-babylonienne de divinité tuant un démon trouvée à Khafadjé Temple de Sin (© Oriental Institute of Chicago)

Du point de vue ancien, on peut distinguer entre les termes qui signifient une lumière recueillie par le dieu (namrirrû, namurratu, rašubbatu, šalummatu et puluhtu), et le terme désignant la lumière émise par le dieu (melammû). Ce dernier terme, donc, dénote un caractère propre à la personne divine, qui le porterait sur la tête, d’où il irradierait tout autour, avec une luminosité différente des autres termes. Il dépend ainsi de la personnalité des différents dieux : il est plus fort dans les dieux plus puissants, plus hardis, qui apparaissent donc plus “lumineux” que les autres. Signe et marque d’autorité, la splendeur peut aussi être attribuée aux objets divins (statues, emblèmes) et aux êtres exceptionnels, comme les héros des récits mythologiques et les rois terrestres. Ceux-ci ne l’ont que de manière temporaire et  peuvent la perdre s’ils échouent dans leurs fonctions. Mais la splendeur peut aussi irradier sur les hommes en tant que force de vie, santé, prospérité, sensualité. Elle touche tout ce qui est coloré, vif, épanoui, bruyant2, parfumé3, c’est le contraire de l’adynamie, du sommeil, de la maladie, du désordre, du chaos et de la mort…

Le concept de splendeur divine remonte aux Sumériens : en effet, la majeure partie des termes akkadiens concernant la splendeur se rattachent, par leur sumérogramme, à deux mots fondamentaux du vocabulaire religieux sumérien : ni et me. Le ni peut être traduit par « crainte religieuse » et par « personne ». Le me  est l’ordre divin qui décide du fonctionnement de tout dans l’univers4. Mais le concept de splendeur a des continuités manifestes dans la Bible hébraïque (par ex. le teme kabôd), comme Shaw Zelig Aster a récemment démontré5

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La splendeur divine”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 23/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7303. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La splendeur divine,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 23/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7303.

Pour aller plus loin
S. Z. Aster, 2012. The Unbeatable Light: Melammu and its Biblical Parallels, AOAT 384. Munster.
S. Z. Aster, 2015. Ezekiel’s Adaptation of Mesopotamian Melammu, Welt des Orients 45 : 10-22.
E. Cassin, 1968. La splendeur divine. Introduction à l’étude de la mentalité mésopotamienne, Centre de Recherches historiques de la VIe Section de l’École pratique des Hautes Études : Civilisations et Sociétés n. 8. Paris-La Haye.
L. Oppenheim, 1943. Akkadian pul(u)htu and melammu. Journal of American Oriental Society 63 : 31-34.

  1. Cassin 1968, précédé de l’intuition de Oppenheim en 1943. []
  2. Le bruit est vu comme une émanation des vibrations qui sortent d’un objet. []
  3. Dans le sens d’une émanation des individus ou des plantes. []
  4. Le terme akkadien  melammu est probablement formé du sumérien me et du sumérien lam (flamme). []
  5. 2012 et 2015 []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.