Les Couleurs à Dur-Sharrukin

à la mémoire d’Eleanor

Eleanor Guralnick s’est spécialisée dans l’étude de Khorsabad, l’ancienne Dur-Sharrukin (“Forteresse de Sargon”), l’éphémère capitale de Sargon II d’Assyrie (722/721-705 av. J.-C). Après s’être intéressée à la composition des reliefs narratifs de Khorsabad, elle traite des proportions des figures de Khorsabad ainsi que de Nimrud, autre capitale assyrienne, des reliefs en bronze de Khorsabad,  et publie  la correspondance d’Émile Botta, le découvreur de la capitale de Sargon II,  avec le secrétaire de la société asiatique parisienne, Jules Mohl.

 Entre 2006 et 2012, date de sa mort, elle s’est occupée d’identifier, photographier, collationner,  et analyser tous les fragments que le Musée de l’Oriental Institute of Chicago possède, et dont la plupart était restée inédite dans les réserves du musée. Elle a ainsi pu calculer que ce musée possède 1000 fragments de bas reliefs sculptés, une bonne partie entiers, mais la majeure partie est constituée de fragments plus (100) ou moins grands (350).

Brique glaçurée de Khorsabad, Musée du Louvre (N 8121)
Brique glaçurée de Khorsabad, Musée du Louvre (N 8121)

Ces fragments comportent des couleurs qui n’avaient pas été remarquées par les fouilleurs, ni français ni américains, et cela permet de mieux comprendre le rôle décoratif et symbolique des reliefs et le programme célébratif voulu et décidé par le roi à travers ses constructions et ses oeuvres iconographiques. Loin de la couleur ocre de la terre prédominante partout dans les sites fouillés pendant et après les fouilles, les palais royaux devaient être  très hauts en couleurs : outre les bas-reliefs peints, les murs des palais avaient des peintures placées en haut des bas-reliefs et des frises de briques cuites émaillées contribuaient à la multitude des couleurs. Les plafonds aussi pouvaient être colorés, comme démontre la salle du trône: ici, certains fragments de plâtre peint à motifs géométriques ou floraux conservaient des traces de poutres en bois désintégrées.  Selon les études anthropologiques, la sensibilité aux couleurs n’est pas la même non seulement car socialement et culturellement déterminée, mais aussi car déterminée par l’espace géographique. Les quelques rares études concernant la perception de la lumière et des couleurs au Proche-Orient ancien montrent que ce n’était pas tout à fait conforme à notre moderne façon de voir… Dans un pays aveuglé par la lumière du soleil, où tout tend à devenir diaphane, on recherche les couleurs vives. Et l’oeil est plus sensible à la brillance des couleurs et à leur variété chromatique. Dans ce contexte il est certes plus difficile de traduire toutes les nuances chromatiques et aussi comprendre les significations symboliques des couleurs, qui sont par ex. assez bien connues en Occident médiéval grâce  aux études de Michel Pastoureau entre autres. Mais entre les données archéologiques qui de plus en plus remarquent l’utilisation de la couleur sur pratiquement tout objet (statues en pierre, comme  figurines en argile, plaquettes, murs, céramiques, tissus), et les données textuelles qui nous aident à comprendre la symbolique des couleurs, ce thème, souvent oublié, redevient central, grâce en particulier aux études d’Astrid Nunn (Université de Würtzburg) et Béatrice Muller (CNRS, Paris). Jaune et bleu sont les couleurs divines par excellence, le bleu du lapis-lazuli et le jaune de l’or, le seul métal qui ne change pas avec le temps… Le lapis-lazuli est une pierre rare et chère , importée de très loin (Afghanistan) et sujette aux aléas politiques et commerciaux… Noir, blanc, rouge et bleu sont les couleurs les plus fréquentes dans la palette des peintres ainsi que des sculpteurs assyriens, comme de toute époque.  Mais déjà le jaune et le vert commencent à être aussi utilisées, bien que plus rarement. Il en résulte ainsi une image très vive de la splendeur du palais royal, dont la brillance des couleurs servait à suggérer de manière très allusive le rapprochement du roi aux dieux. Car les dieux sont splendeur, concept complexe, rendu par différents termes qui sont similaires mais pas complétement : melammu, pulhutu, namurattu, rašubbatu, et šalummatu1. La splendeur du palais royal devait rappeler la splendeur divine et suggérer un rapprochement pas anodin entre les deux sphères.

Le travail déjà accompli par Eleanor Guralnick ne pouvait pas rester sans une fin accessible à tous. Ainsi, le Musée de l’Oriental Institute of Chicago a décidé de poursuivre son étude avec trois objectifs principaux :
     1) étude  iconographique: en partant de l’analyse des images, on espère établir des constantes de détails (coiffure,  vêtements,  ornements) qui précisent la provenance géographique des personnages représentés.
     2) étude épigraphique:les inscriptions sur le recto et le verso des reliefs de Khorsabad sont-elles la copie exacte de l’inscription standard ou des exemplaires avec variantes? Peut-on attribuer les variantes à des groupes de travail différents? Les reliefs présentent-ils aussi des marques de maçons,  fort utiles pour comprendre le processus de construction?
     3) étude des matériaux: les traces de pigment conservées sur les reliefs, connues pour un nombre limité de bas reliefs néo-assyriens2 permet de mieux comprendre comment étaient faites les couleurs (composition chimique) et comment elles étaient employées sur les bas-reliefs.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les Couleurs à Dur-Sharrukin”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7278. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les Couleurs à Dur-Sharrukin,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 19/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7278.

Pour aller plus loin
S. Z. Aster, 2012. The Unbeatable Light: Melammu and Its Biblical Parallels, AOAT 384. Münster.
E. Cassin, 1968. La splendeur divine. Introduction à la mentalité mésopotamienne. Paris/Le Havre.
M. B. Dick, 1999. Born in Heaven, Made on Earth. Winona Lake, Eisenbrauns.
B. Muller, 1994. Les peintures murales de l’Euphrate à la Méditerranée : des conceptions communes ? In  Histoire au présent: 49-60 . Paris.
B. Muller, 2012. Mutations vers la ville, mutations dans l’art : la peinture murale. In J.-L. Montero Fenollós (éd.), Du village néolithique à la ville syro-mésopotamienne, Bibliotheca Euphratica: 99-116.
A. Nunn, 1988. Die Wandmalerei und der glasierte Wandschmuck im Alten Orient. Leiden, Ed Brill.
M. Pastoureau, 1989. Couleurs, images, symboles. Études d’histoire et d’anthropologie. Paris.

Ch. Walker et M. B. Dick, 2001. The Induction of the Cult Image. Helsinki.

  1. Voir à ce propos E. Cassin, La splendeur divine ; M. B. Dick, Born in Heaven, Made on Earth, Winona Lake, 1999; Ch. Walker et M. B. Dick, The Induction of the Cult Image, Helsinki, 2001. Pour la Bible: Shawn Zelig Aster, The Unbeatable Light: Melammu and Its Biblical Parallels, AOAT 384, Münster, 2012. []
  2. L’époque néo-assyrienne va d’Assurnasirpal II à Assurbanipal, IXe-VIIe s. BCE. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.