L’archéologie des jardins

Branche très récente de l’archéologie, née dans les années 90 du 20e siècle suite à la nouvelle conscience de la nature et du monde qui nous entoure, l’archéologie des jardins vise à reconstituer les paysages crées par les hommes, pour agrément et/ou subsistance. Elle s’est particulièrement développée en archéologie romaine, puisque les données architecturales, polliniques et iconologiques sont beaucoup plus abondantes que dans d’autres périodes. Mais on en retrouve des exemples aussi au Proche-Orient ancien, surtout pendant l’époque perse, et en Égypte.

Péristyle de la maison des Amours Dorés, Pompéi (Licence CC, by Ilar70)
Péristyle de la maison des Amours Dorés, Pompéi (Licence CC, by Ilar70)

A Pompéi, on peut se faire une idée assez précise des jardins : palynologie1, carpologie2, anthracologie3, fouilles et analyses iconologiques permettent de restituer avec une certaine vraisemblance comment était un jardin dans l’antiquité. Le jardin est sans aucun doute lié d’un côté à la mode et aux buts pour lesquels il a été créé, mais aussi à la situation économique de son propriétaire : la taille du jardin varie en fonction de la richesse du propriétaire. Et c’est chez les plus aisés que le jardin, d’utilitaire, devient de plus en plus d’agrément, comme montre la progressive importance des péristyles (maison du Faune à Pompéi), hérités des Grecs. Des analyses poussées ont permis de reconstituer avec vraisemblance la composition floréale et végétale du péristyle :  au centre les plantes à feuillage persistant comme lierre, laurier, thym, romarin, laurier rose,  acanthes,  sur les bords extérieurs les fleurs et sur les colonnes les plantes grimpantes (lierre, vigne, volubilis)…
Par sa fixité le jardin devient un prolongement architectural de la maison et un élément de prestige social. Représenté dans les peintures  murales de manière très réaliste4, le jardin peint devient le prolongement du jardin réel, et en augmentant sa taille et par le jeu de trompe-l’œil, il augmente aussi son importance. Ce n’est pas un hasard si en plusieurs maisons les peintures des jardins sont visibles depuis l’entrée.

Si le jardin avait une telle importance  à Rome, on peut plus facilement comprendre  l’importance symbolique des jardins mésopotamiens. D’abord l’agrément de la verdure dans un pays semi-désertique, les couleurs et la fraicheur constituent un émerveillement, comme montrent les fameux “jardins suspendus” – une des sept merveilles du monde – qui probablement étaient à Ninive et non à Babylone5. Puis la variété des espèces végétales devenait la métaphore de la domination absolue sur tout le monde connu, comme suggèrent les inscriptions royales néo-assyriennes. Enfin, la valeur symbolique des plantes, qui dépend de leur connexion avec l’eau, l’abondance, la fertilité et la vie : dans le plus ancien palais néo-assyrien connu, celui d’Assurnasirpal II, au IXe s. av. J.-C., l’image du roi est très fréquemment associée à celui que les auteurs appellent “l’arbre de la vie” : on a surtout souligné un aspect de cette plante en oubliant d’autres, comme par exemple la connexion avec la continuité de la vie et la légitimation dynastique qui en dépend6.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “L’archéologie des jardins”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7263. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “L’archéologie des jardins,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 01/08/2019, https://ane.hypotheses.org/7263.
  1. L’étude des pollens. []
  2. L’étude des graines, mais qui se conservent beaucoup moins bien que les pollens. Cette méthode, en outre, est moins fiable que les autres car elle se base sur les différences de taille entre graines sauvages et graines cultivées qui sont plus que subtiles. []
  3. L’étude des charbons. []
  4. À tel point que l’on peut reconnaître les espèces  des plantes. []
  5. Hérodote aurait confondu Nord et Sud mésopotamiens. []
  6. Selon la toute dernière hypothèse de Norma Franklin, saluée au congrès ASOR 2018 comme enfin une explication raisonnable de la représentation répétitive de la plante sur les murs du palais royal. []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.