Les reines Protodynastiques

Les textes de l’époque protodynastique II et III (entre 2750 et 2330 av J-C), époque des Sumériens, citent beaucoup une trentaine de noms royaux. Il s’agit en grande partie d’inscriptions royales, mais aussi de textes administratifs, économiques et historiques (ou “pseudo-historiques”).

La liste royale sumérienne cite une seule reine (sumérien nin), Ku-babba, reine de Kish, qui aurait exercé la royauté pendant une centaine d’année. Mais 3 autres femmes, Pu-abi à Ur, Paba à Mari, Nin-TUR à Ur auraient exercé la royauté. En effet, à la différence des autres femmes royales qui portent le titre d’ « épouse du roi » (sumérien dam), elles portent le titre de reine (nin). Malheureusement leurs inscriptions sont très courtes, puisque essentiellement votives1, donc on ignore tout d’elles. Mais le fait que le titre ne dépend pas de leur époux laisse penser que ces femmes ont exercé activement le pouvoir.

La reine Puabi, une des différentes restitutions de la parure. Creative commons (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Reconstructed_sumerian_headgear_necklaces_british_museum.JPG)
La reine Puabi, une des différentes restitutions de la parure. Creative commons (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Reconstructed_sumerian_headgear_necklaces_british_museum.JPG)

Mais que penser lorsque une reine (Nin-TUR, épouse de Mes-Ane-pada) se dit dans une inscription dam, ‘femme de’ et dans une autre nin, ‘reine’? Peut-être que les inscriptions font référence à deux moments différents, l’un dans lequel la femme dépend de son mari le roi et l’autre dans lequel étant le roi absent – en voyage ou mort – elle a le titre royal. Ou bien la circonstance particulière (une inscription votive personnelle) donne le droit à l’épouse royale de se présenter comme reine et non simplement comme femme du roi mais sans avoir un réel pouvoir politique…

En effet, les femmes sont l’exception: sur près de 300 rois connus par les inscriptions royales, ce sont seulement une quinzaine de femmes royales (‘épouses de roi’ ou ‘reines’) qui sont connues. Donc, si jamais il a été réel, l’exercice du pouvoir a concerné seulement temporairement les femmes –roi en voyages, mort ou faible- et il n’a pas donné lieu à une quelconque revendication de sexe. Au contraire, ces reines se sont tâchées de se présenter comme des hommes, dans les inscriptions et dans les objets votifs. En effet, elles copient le formulaire et la structure des inscriptions des rois et vouent les objets considérés comme typiquement masculins (masse d’arme par ex). Ainsi, le genre n’a pas influencé le type d’inscriptions royales, il est moins important que le rang social et la fonction de ces femmes. Comme quoi, il est dangereux de vouloir appliquer des catégories modernes au passé !

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les reines Protodynastiques”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 29/05/2019, https://ane.hypotheses.org/7187. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les reines Protodynastiques,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 29/05/2019, https://ane.hypotheses.org/7187.
  1. dédier un objet à une divinité []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.