La peinture au Proche-Orient ancien : 1re partie, les débuts

Comme pour toutes les civilisations du passé, la peinture est un genre répandu mais difficile à préserver (il suffit de penser à l’art grec, qui n’est connu que par les vases). Si les plus anciennes peintures connues remontent au Paléolithique supérieur européen,
vers 25 000-17 000 av. J.-C.,1, au Proche-Orient les plus anciennes datent de la fin de l’épipaléolithique et plus précisément de 10 000 BCE ca. Les fouilles ont permis en effet de retracer l’utilisation de la peinture jusqu’au néolithique acéramique.

Eric Coqueugniot à Djadé
Eric Coqueugniot à Djadé

A Mureybet, près de Raqqa, en Syrie, une maison datée de 9800 av JC a rendu un décor géométrique composé de lignes  zigzag noires sur fond blanc encadrés par 2 bandes rouges. De même à Djadé, les peintures (9310-8830 BCE: date calibrées) restent géométriques (damier,  losange) mais sont exécutées sur les murs de ce qui n’est plus une simple maison mais un édifice communautaire -difficile de dire si à fonction de prévalence  ‘politique’ (lato sensu) ou ‘religieux’ (lato sensu)2. Il s’agit d’une construction qui a la forme d’une tête bovine (et il faut se souvenir que plus tard, en époque historique, les dieux ont les cornes bovines comme trait distinctif), qui est exceptionnelle car ses murs sont peints et car on a retrouvé en sépulture primaire des crânes humains isolés. La peinture est appliquée directement sur le pisé et, grâce à une série d’analyses effectuées par le C2RMF du Louvre, on connaît l’origine minérale des pigments: hématite pour le rouge, poudre calcaire pour le blanc et charbon de bois pour le noir. Ces trois couleurs, blanc, rouge et noir sont les plus anciens et les seuls à être utilisés jusque probablement au IIe mill. BCE.
Malheureusement, les peintures sont très fragiles et compte tenu de l’évolution de la situation écologique (l’eau du barrage voisin provoque une pénétration croissante de l’humidité dans les peintures) et politique (depuis 2011, la Syrie vit une guerre civile). elles ont dû souffrir, étant restées in situ. Mais le changement de la vie politique avait été si brusque que Eric Coqueugniot, le découvreur du site, n’avait pas pu régler le problème de leur conservation.

Tell Halula, daté du moyen PPNB (IXe mill BCE, un peu plus récent que Djadé), toujours en Syrie (vallée de l’Euphrate) a rendu une peinture sur le sol d’un bâtiment et représentant  23 figures féminines disposées autour d’un motif carré avec des rayons internes. C’est important de souligner le lieu (le sol pour une peinture est un lieu de conservation impossible, alors la question est: qui pouvait poser ses pieds ici?), le genre (la toute première apparition de formes humaines est féminine, dans la peinture comme aussi dans les statuettes néolithiques….- ce qui a fait penser probablement à tort à une forme de ‘matriarcat’ et qui dépend  en revanche très probablement de la représentation de la fécondité qui passe par le corps des femmes…) et le choix des couleurs (rouge pour les femmes, ce n’est pas anodin: le rouge est une couleur chaude- selon Pastoureau-, celle du feu, c’est aussi la couleur du sang des règles et de l’accouchement…)

peinture de Catal Hüyük (Licence Crative Commons)
peinture de Catal Hüyük (Licence Crative Commons)

D’autres peintures simples et géométriques ont été retrouvées sur plusieurs sites (Abu Hureyra, Asikir, Jéricho, Halula, Cayönu), mais il faut attendre le milieu du VIIe mill. BCE pour retrouver des images figuratives: à Tell Bouqras (6800 BCE ca.) on a trouvé 18 autruches rouges peintes sur fond blanc sur les murs d’une maison. Mais c’est à Catal Hüyük, sur le tell de l’est (ca. 7000-6400 BCE), que plusieurs peintures figuratives -humaines et animalières- ont été retrouvées3 et que pour la première fois plusieurs bâtiments en soient dotés. Il y a des peintures qui imitent des tissus, des peintures de mains, des peintures qui mettent en scènes des animaux et des hommes qui résultent secondaires en taille et en position dans la composition de l’image par rapport aux animaux. Ainsi dans un bâtiment du niveau II, un énorme taureau domine le champs figuratif tandis que les nombreux  hommes autour sont peu de chose…

Chasse ou danse rituelle? (Licence CC)
Chasse ou danse rituelle? (Licence CC)

Il y a aussi des chasses aux cervidés, parfois interprétées comme des danses rituelles, comme quand 2  bœufs, 2 cerfs et 1 sanglier sont entourés d’hommes qui leur sautillent autour tout en tenant des armes à la main… Avant de penser tout de suite à des interprétations rituelles ou religieuses -souvent la ‘solution’ la plus facile mais aussi la plus ‘dangereuse’, il serait plus prudent d’avouer que nous ne comprenons pas encore tout et que certaines scènes resteront énigmatiques.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “La peinture au Proche-Orient ancien : 1re partie, les débuts”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/09/2019, https://ane.hypotheses.org/7182. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “La peinture au Proche-Orient ancien : 1re partie, les débuts,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 25/09/2019, https://ane.hypotheses.org/7182.

Pour aller plus loin:
P. Albenda, 2005. Ornamental wall painting in the art of the Assyrian Empire. Leiden/Boston: Brill.
A. Di Ludovico. et M. Ramazzotti 2012. White, Red and Black : Technical Relationships And Stylistic Perceptions between Colours, Lights and Places. In R. Matthews et J. Curtis (eds), Ancient and Modern Issues in Cultural Heritage : Colour and Light in Architecture, Art and Material Culture, 7e ICAANE: 287-301.  Wiesbaden : Harrassowitz.
A. Nunn, 1988. Die Wandmalerei und der glasierte Wandschmuck im Alten Orient, HdO 7. Leiden/New York: Kobenhavn /Brill

  1. Grottes el Castillo et Altamira en Espagne, grotte Angera en Italie, grottes Lascaux, Cosquer et Cussat en France. Les peintures de la grotte Chauvet, en Ardèche, sont parmi les plus anciennes, remontant à 35 000 av J-C. []
  2. ce terme est inadapté pour une si haute époque mais il permet de se comprendre mieux []
  3. ainsi que des peintures géométriques []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.