Dur Sharrukin, la ville idéale

Dur Sharrukin (« la forteresse de Sargon ») est la capitale de Sargon II d’Assyrie, le roi qui a repris dans son nom son illustre aïleul, le roi Sargon d’Akkad. C’est une ville nouvelle, c’est-à-dire fondée ex nihilo sur un terrain vierge ou quasiment vierge1, fondée donc en suivant un plan bien précis, décidé en grande partie par le roi lui même. Si on a la chance d’avoir 110 tablettes (1/10 de la correspondance passive de Sargon II, dont on a env. 1300 lettres) relatant la réalisation des travaux gigantesques mis en œuvre pour compléter rapidement (une douzaine d’années) la nouvelle capitale, ce sont les analyses archéologiques qui ont découvert la symbolique de cette construction.

De forme à peu près carrée, la ville s’est inspirée de la topographie de Babylone2 pour la forme géométrique -plus rectangulaire celle de Babylone-, pour la présence de 8 portes urbaines , deux par côté, de deux enceintes défensives et pour les noms de propagande donnés à toutes ces constructions.
Le rempart extérieur s’appelle Ninurta affermit pour toujours les fondations du mur» et l’intérieur «Assur est celui qui fait durer le règne du roi qui l’a bâtie et protège ses troupes».
Chacune de portes urbaines était dédiée à une divinité et exaltait en même temps la perfection du souverain. Les plus proches du palais évoquaient des divinités pourvoyeuses de royauté: Enlil et sa parèdre Mullissu, Anu et Ishtar. Celles qui étaient situées en face du palais étaient associés à des divinités garantes du bon exercice de la royauté en raison de leur sagesse (Ea et Belet-ilåni), ou en tant que patrons de l’extispicine (Shamash et Adad).

La position apparemment désordonnée des portes de l’enceinte a été décidée non d’après leur distance sur le périmètre urbain, mais en fonction de modules géométriques qui partent de trois portes (d’Ishtar, d’Adad et n.A de la citadelle). Ces dernières ont elles-mêmes été choisies en fonction d’autres modules partant de l’intersection des diagonales de l’enceinte urbaine.
C’est de ces points que tous les bâtiments les plus importants ont été décidés, même la position de la salle du trône…
Se dessine ainsi un plan topographique soigneusement calculé -un κοσμος- dont le périmètre urbain donnait symboliquement le nom du roi: Sargon.

PLANS DE DUR SHARRUKIN (droite), Nippur (haut gauche) et Babylone (bas, gauche). © Laura Battini
PLANS DE DUR SHARRUKIN (droite), Nippur (haut gauche) et Babylone (bas, gauche). © Laura Battini

Le palais royal, d’ailleurs est construit à l’image du plan des temples associés  et c’est le seul palais qui englobe des temples3 et même une ziqqurat, qui devait apparaître clairement de loin. De plus, le palais dispose d’un pont surélevé pour rejoindre directement le voisin temple de Nabu, un dieu babylonien, et Tashmetum, sa parèdre….Sans le signifier de manière trop directe, Sargon II élève sa personne au rang des dieux mais sans arriver à la déification dès son vivant comme les célèbres rois d’Akkad en revanche avaient réussi.

Enfin, la nouvelle capitale était aussi un microcosme:  non seulement toutes les provinces de l’empire avaient contribué à l’édifier, mais aussi y étaient présents  les arbres et animaux exotiques des pays lointains dans les parcs aux alentours…((les ancêtres de nos jardins zoologiques et de nos arboreta)
Mais la mort improviste du roi pendant une bataille provoqua le changement  de la capitale: il est clair que son fils Sennacherib n’aurait de toute manière pas pu vivre dans une ville créée à la gloire de son père…

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Dur Sharrukin, la ville idéale”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/05/2019, https://ane.hypotheses.org/7155. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Dur Sharrukin, la ville idéale,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 07/05/2019, https://ane.hypotheses.org/7155.

 

Pour aller plus loin
Battini, L 1996. Un exemple de propagande néo-assyrienne: les défenses de Dur-Sharrukin. Contributi e Materiali di Archeologia Orientale n.6: 217-234.
Battini, L. 2000. Des rapports géométriques en architecture: le cas de Dur-Sharrukin. Revue d’Assyriologie et d’archéologie orientale 94: 33-56.

  1. il y avait un petit village, Maganuba, exproprié pour la construction de la nouvelle capitale []
  2. voir: https://ane.hypotheses.org/141 []
  3. dans le palais d’Assurnasirpal II à Nimrud les temples sont proches du palais mais pas dedans! []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.