Les croyances sur la mort

Nouvelle biographie: Ruth Amiran
Bonne lecture!

 

Le jour de Paques est la date idéale pour comprendre les croyances sur la mort des anciens Mésopotamiens: croyaient-ils à la résurrection? à une vie après la mort? que est- ce qu’ils pensaient des morts?

Les Mésopotamiens pensaient que les morts  reviennent à la matière  dont ils ont été créés, l’argile, la poussière (eperu). Ainsi, quand les textes parlent de l’humanité anéantie par le déluge provoqué par les dieux, ils affirment que “toutes les populations étaient redevenues argile”. Le mort, donc, est un corps “rempli de poussière” et sa nourriture n’est que la poussière et son pain l’argile.

Toutefois une partie du mort  résiste à la dissolution: ses ossements (en sumérien, GÌR.PAD.DU, en accadien, eemtu) qui, de son vivant, constituaient la structure de son corps. Détruire les ossements devenait un affront aux morts et à leurs familles: car la partie immatérielle des morts, ce qui correspond à l’âme (ekimu), qui  s’était dégagée du corps au moment de la mort, se vengeait des attaques reçus spécialement contre les gens de sa famille. Le plus grand malheur qui pût arriver à un homme, c’était d’être privé de sépulture: c’était l’empêchement essentiel à ce que le mort puisse reposer en paix. Il devenait alors «marginal»: son âme, privée de libations et de sacrifices, était accablée de maux, tourmentée et tourmentant les gens de sa famille. En revanche, quand les rites étaient exécutés, l’ekimu protégeait les membres de sa famille.

La mort fait donc partie des phénomènes normaux, surtout lorsqu’elle frappe un être âgé, mais c’est une malédiction quand le cadavre gît à terre, sans sépulture. Un exorcisme  résume les diverses situations « anormales » dans lesquelles peut se trouver un cadavre : « celui qui gît dans un champ, qui gît sur un terrain, qui est coupé en morceaux, mais non rassemblé” (…), un noyé en mer ou dans un fleuve ou dans une citerne, un brûlé dans un incendie ou un mort d’insolation, ou de faim, ou de soif, “un fort qui a été tué par les armes…”: un mort qui n’est pas recouvert, qui n’est pas couvert de terre. L’errance du spectre est donc ressentie comme la conséquence directe de ce que le cadavre n’a pas été « fixé » dans une tombe dans la terre. Un cadavre laissé à terre deviendra nourriture de bêtes: chiens et porcs le  dévoreront, il traîneront le corps ici et là et ils le laisseront aux carrefours de la ville; chacals,  vautours, et autres oiseaux de proie  et les poissons feront disparaître les chairs du corps et disperseront les ossements dans la campagne, dans le fleuve ou dans la mer. Tous ces sors sont terribles: c’est l’ordre renversé du monde, c’est une désocialisation totale, c’est l’abandon au désordre, l’abandon du monde ordonné des villes et de la civilisation, c’est l’exclusion totale et finale.

 

Mais ce qui est sûr, ce qui est démontré par tous les peurs concernant les cadavres est que, bien qu’enfouis dans la tombe ou privés de sépulture, les morts continuent à ‘vivre’, continuent à être rattachés à la famille  ou à l’ethnie dont ils partagent le sort. Les morts sont solidaires de ce groupe auquel ils appartiennent: honorés ou outragés, ils suivent les vicissitudes des leurs comme lorsqu’ils étaient vivants, peut-être même plus que lorsqu’ils étaient vivants. Ce lien si étroit morts/vivants se retrouve dans toutes les maisons: les défunts sont enterrés sous le sol de la maison, comme les rois sous le sol du palais… La barrière entre la vie et la mort semble avoir été beaucoup plus fluide que aujourd’hui…

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les croyances sur la mort”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/04/2019, https://ane.hypotheses.org/7108. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les croyances sur la mort,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/04/2019, https://ane.hypotheses.org/7108.
 
 
 

 

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.