Les transports par l’eau

NB : le jour de publication des articles est désormais le samedi

Un autre moyen de transport (pour le transport par terre voir l’article du 30/04/2018) est représenté par l’eau, fluviale et marine. Dans un pays, comme l’ancienne Mésopotamie, marqué si profondément par deux fleuves — Tigre et Euphrate — et leurs
affluents et par tout le réseau des canaux, le transport fluvial permet d’arriver partout. Les textes nous montrent un trafic intense et varié. Intense puisque les bateaux concernés peuvent se compter par centaines: pour un simple transport de blé d’Isin à Ur à l’époque du roi Ibbi-Sin, 600 bateaux furent utilisés. Dans le temple de Baba 1/10 des travailleurs (environs 125 personnes) faisait partie des bateliers. À l’époque paléo-babylonienne une flotte étrangère de 240 bateaux menaçait Kish. Varié puisqu’on transportait non seulement du blé, mais aussi du bétail, du poisson, du lait, des légumes, des fruits, de l’huile, des matériaux de construction comme les briques, les pierres, les troncs de bois, des matières premières, comme la laine, le cuir, les pierres, les métaux. Et naturellement, il y avait les gens qui voyageaient — des diplomates, des messagers, des marchands, des gens du commun ­— et même des dieux (= des statues divines). La capacité de transport se situe habituellement entre 5 gur (1 tonne et demie) et 120 gur (90 tonnes), la plus courante est celle de 20 gur (soit 6 tonnes). Certains bateaux peuvent porter jusqu’à 300 gur (=198 tonnes).

Dès la première moitié du IIe mill., des lois (cf. les Lois de Hammurabi : §234-240) réglaient le trafic fluvial, la reconstruction (ou l’entretien) des bateaux (surtout le calfatage qui lorsqu’il était mal fait, pouvait entraîner de sérieux problèmes, jusqu’à la perte du bateau), le prix du calfatage, etc. Cela démontre qu’on reconnaissait ainsi l’importance du trafic fluvial.
Ce dernier permettait de descendre les cours d’eau en suivant le courant, mais il n’y avait pas encore de remontée directe par bateau. L’embarcation devait être remontée par halage. On a calculé qu’un haleur pouvait tirer 1 tonne pour 10 km en un jour et il pouvait aussi utiliser des animaux de trait. Sur les canaux, la voile pouvait aussi être utilisée pour aider la remontée, mais pas sur les deux fleuves : en raison de leurs méandres, on ne pouvait y utiliser la voile.

A part les sources textuelles, les représentations iconographiques nous donnent une idée claire de comment étaient construits les bateaux, car à part quelques rarissimes épaves coulées dans la mer, le climat irakien ne permet pas de conserver le bois. La première représentation d’un bateau, en terre cuite, remonte à l’époque Obeid (Ve mill.), ce qui démontre l’ancienneté de ce type de
transport. Des représentations de bateaux sur les sceaux-cylindre sont fréquentes spécialement au IIIe mill., quand l’une des figures les plus énigmatiques est le soi-disant ‘dieu-bateau’. Mais des bateaux apparaissent aussi sur les plaques lithiques protodynastiques, souvent associés à une scène de banquet. Plus détaillées sont les représentations de bateaux sur les bas-reliefs néo-assyriens (Ier mill. av. J.-C.). On y voit plusieurs types d’embarcations, certaines similaires à celles encore utilisées en Irak aujourd’hui. La peau d’un animal gonflée est la manière la plus simple de traverser un fleuve. Dans les bas-reliefs d’Assurnasirpal II à Nimrud, les soldats nagent avec cet ancêtre de la bouée (voir la page “présentation des œuvres”). Et à partir de Shamshi-Adad V la peau d’animal faisait partie de la tenue du soldat. Une peau soutenait une personne, mais pour des charges plus importantes il fallait plusieurs peaux. De 4 et jusqu’à 100 peaux étaient alors attachées ensemble sous une structure de bois et roseaux pour former un radeau.
Ce système est encore utilisé en Irak et est très utile là où il y a des rapides et des bas-fonds du fleuve car la perte d’une ou quelques peaux n’affecte pas tout le radeau. En Irak il est aujourd’hui appelé kelek, dérivé de l’akkadien kalakku. Un autre type de bateau est un canot en osier couvert de peau d’animaux (pour rendre le canot
résistant à l’eau), appelé aujourd’hui quffa en arabe, akkadien quppu : il s’agit d’un panier rond qui dans l’iconographie est montré avec 2 à 4 rameurs, ce qui signifie qu’il transporte des charges plus petites que celles d’aujourd’hui (qui peuvent supporter 15 tonnes). Un autre type d’embarcation est un radeau fait de faisceaux de roseaux liés ensemble, très adapté aux marécages, dirigé par un aviron de
pilotage. Enfin, les bas reliefs néo-assyriens montrent aussi des bateaux en bois construits pour le trafic marin, probablement en s’inspirant des flottes de la côte levantine et peut-être de l’Égée, mais aussi commandés au habitants de la côte (Sennachérib dit qu’il a fait construire des bateaux par des Phéniciens, lors de son expédition vers le « Pays de la Mer »). La voie maritime a commencée à être exploitée assez tôt, probablement au début avec un simple morceau de bois (transport individuel), puis un tronc évidé (pirogue) : c’est ainsi que des bovidés ont été transporté de la Turquie à Chypre au néolithique. On ne sait pas quand la voile a été ajoutée à la pirogue primitive. Mais le port de Byblos est actif au IIIe mill. av. J.-C. et en contact avec l’Égypte. Et les épaves de Ulunburun et du cap Gelidonia ainsi que le récit d’Ounamon prouvent l’existence de relations commerciales — et même de pirates — dans la Méditerranée.

Au début il n’y a eu que du cabotage côtier : on longe les côtes pendant la journée et on met à l’abri les bateaux le soir. Probablement à partir du milieu du IIe mill. av. J.-C., commence la navigation hauturière (= en haute mer), bien pratiquée par les phéniciens au Ier mill. av. J.-C. En regardant l’iconographie des bas-reliefs néo-assyriens, les bateaux de mer sont plus lourds, plus imposants et plus profonds que ceux utilisés sur les fleuves. Dans la
glyptique les bateaux de mer sont rarement représentés, parfois à l’époque perse et parfois sur les sceaux cypriotes. C’est en partant des bas-reliefs néo-assyriens que l’on peut avoir une idée de ces bateaux qui souvent sont utilisés pour la guerre. Dans ce cas, le bateau est équipé de trois ponts et de plusieurs rangées superposées de rameurs.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Les transports par l’eau”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/06/2018, https://ane.hypotheses.org/703. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Les transports par l’eau,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/06/2018, https://ane.hypotheses.org/703.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.