Agatha Christie et l’archéologie

Nouvelles fiches d’objets et biographies : bonne lecture !

Agatha Christie, la « reine du crime », est connue pour ses 66 romans policiers et ses 14 courtes nouvelles, pour ses detectives, Hercule Poirot et Miss Marple, pour avoir écrit la plus longue pièce de théâtre au monde, The Mousetrap. Elle est le romancier le plus vendu de tous les temps : ses romans se sont vendus à environ 2 milliards d’exemplaires.

Mais la reine du crime était très étroitement liée au monde de l’archéologie.

Agatha Christie (1re à gauche) et Max Mallowan (2e à droite) visitant les fouilles de Nippur (© Penn Museum)

Agatha Christie (1re à gauche) et Max Mallowan (2e à droite) visitant les fouilles de Nippur (© Penn Museum)

Peu de gens savent qu’elle participa aux fouilles d’Ur aux débuts des années 30, c’est d’ailleurs là qu’elle avait connu celui qui deviendra son époux, de 13 ans plus jeune qu’elle, Max Mallowan, alors assistant de L. Woolley à Ur. En 1929, après le décès de sa mère et le divorce d’Archie Christie, Agatha Christie se rendit en Irak avec l’Orient Express, puis en train local jusqu’aux fouilles de Leonard Woolley à Ur. Elle avait lu le travail de Woolley dans The Illustrated London News et était ravie de le rencontrer, ainsi que sa femme, Katharine, qui avait lu le roman de Christie, Le meurtre de Roger Ackroyd, publié en 1926. La visite fut un succès et elle fut invitée à revenir l’année suivante, lorsqu’elle rencontra Max Mallowan qu’elle épousa en septembre 1930. Ainsi, Agatha accompagna toujours son époux pendant les campagnes de fouilles. Sur le site d’Ur les rapports avec la femme de Woolley, Katherine, étaient pourtant compliqués. Agatha par ailleurs s’en est vengée : dans Meurtre en Mésopotamie la victime, Mme Leidner, qui se fait assassiner sur le chantier, aurait repris les semblances de Katherine Woolley. La jaquette de l’édition britannique du livre, paru en 1936, chez Collins Crime Club est illustré par Robin McCartnay, le dessinateur de fouilles de Chagar Bazar dirigées alors par Max Mallowan. Celui-ci, en effet, commençait à devenir un archéologue de renom, élu directeur de la British School of Archaeology en Irak en 1947.

Agatha (assise à gauche) et Max (assis au centre) et leur team en Syrie, 1946 (© Agatha Christie Mallowan)

Agatha (assise à gauche) et Max (assis au centre) et leur équipe en Syrie, 1946 (© Agatha Christie Mallowan)

Agatha l’accompagna toujours, même quand la mission n’avait pas de maison de fouilles mais seulement des tentes et il y a des photos la montrant sur les fouilles de Chagar Bazar, Tel Brak et Nimrud, dirigées par son mari. Elle se rendait utile en photographiant, en nettoyant et en enregistrant des découvertes; et elle appréciait tout particulièrement la restauration de la céramique. Il y a aussi les histoires amusantes, comme par exemple celle concernant sa crème pour le visage, qui fut utilisée pour nettoyer les crevasses des nombreux ivoires sortis des fouilles: “Il y avait une telle course sur ma crème pour le visage qu’il ne restait plus rien pour mon pauvre vieux visage après quelques semaines !”. Enfin, d’autres photos, retrouvées au Penn Museum de Philadelphia, montrent la reine du crime visitant les autres sites archéologiques irakiens, comme Nippur.

Les livres de Christie sur des thèmes archéologiques sont nombreux : Le crime de l’Orient Express (1934), qui célèbre ce train légendaire ; Meurtre en Mésopotamie (1936), dans lequel Christie développe ses impressions sur les fouilles des Woolley à Ur ; Mort sur le Nil (1937), avec son méchant archéologue ; Rendez-vous avec la mort (1938), qui se déroule à Petra ; et Rendez-vous à Bagdad (1951), où une grande partie de l’action se déroule lors d’une campagne de fouille. Certaines des couvertures ont été conçues par l’architecte de Mallowan, Robin Macartney. En 2002, le British Museum a organisé une exposition sur l’implication d’Agatha Christie dans le domaine de l’archéologie après son mariage avec Mallow. En 2015 un de ses livres moins bien connus, Come, Tell Me How You Live, a été publié de nouveau. Il s’agit d’un mémoire très personnel sur ses voyages archéologiques en Syrie et en Irak. Cette réédition comporte par ailleurs une quarantaine de photographies longtemps oubliées, dont beaucoup prises par Christie, qui documentent ses voyages et la vie des archéologues. Dans un passage de ce livre, l’arrivée à Palmyre y est décrit avec beaucoup d’émotion : “Après sept heures de chaleur et de monotonie et un monde solitaire – Palmyre! C’est, je pense, le charme de Palmyre : sa beauté crémeuse et élancée se levant à merveille au milieu d’un sable brûlant. C’est charmant, fantastique et incroyable, avec toutes les invraisemblances théâtrales d’un rêve. Les cours, les temples et les colonnes en ruines… Je n’ai jamais pu décider de ce que je pense vraiment de Palmyre. Il a toujours pour moi la qualité onirique de cette première vision. Ma tête et mes yeux douloureux faisaient plus que jamais penser à une illusion fébrile ! Ce n’est pas – ça ne peut pas être – réel.”

Les fouilles à Chagar Bazar (© Agatha Christie Mallowan)

Les fouilles à Chagar Bazar (© Agatha Christie Mallowan)

En se rendant au sanctuaire de Sheikh Adi situé près de Mossoul, Agatha écrit qu’il «ne peut y avoir de lieu, je pense, nulle part ailleurs dans le monde si beau ou si paisible. (…) Vous vous retrouvez loin dans les collines à travers des chênes et des grenades, en suivant un ruisseau de montagne. L’air est frais, clair et pur. Et puis, tout à coup, vous arrivez aux flèches blanches du sanctuaire. Tout y est calme et doux et paisible. Il y a des arbres, une cour, de l’eau courante. Des gardiens au visage gentil vous apportent des rafraîchissements et vous êtes assis en parfaite paix pour siroter un thé. ”

C’est toujours dans un passage de ce livre que Agatha Christie Mallowan décrivait à quel point elle aimait la vie sur les fouilles : “Je pense… que c’était une façon très heureuse de vivre.” Et juste peu avant de mourir elle écrivait que ce second mariage avait été toujours pour elle source de grande joie.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Agatha Christie et l’archéologie”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 29/03/2019, https://ane.hypotheses.org/7029. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Agatha Christie et l’archéologie,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 29/03/2019, https://ane.hypotheses.org/7029.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.