Sceaux mésopotamiens et répétition

Les sceaux cylindres développent des thématiques très différentes dans le temps : luttes d’animaux et banquets pour le IIIe mill., scènes d’introduction et/ou adoration devant une divinité pour la première moitié du IIe mill., scènes cultuelles et paysages “naturels”1 pour la 2e moitié du IIe mill. et scènes cultuelles et royales pour le Ier  mill. Malgré une certaine simplification, ce schéma est tout de même bien réel et permet de souligner un caractère de cette production sigillographique : la répétition.

 © Penn Museum, Philadelphia

© Penn Museum, Philadelphia

1. Originalité
Loin de nos idéaux ‘d’originalité’ de la création artistique2, les graveurs de sceaux (sumérien   b u r – g u l, akkadien purkullum) recherchaient la ‘conformité’ à des schémas bien établis, ils ‘copiaient’ ce qui était déjà connu. Les sociétés anciennes et modernes ont une attitude très différente envers le phénomène de la ‘copie’. L’artiste mésopotamien se doit de reproduire ce qui a été déjà fait : en se faisant il entre dans une tradition et il ne ressent même pas le besoin de nous laisser son nom. Au contraire de la Grèce et de Rome, aucun nom d’artiste ne nous est parvenu et même il n’existe pas la notion d’“artiste”, mais seulement celle d’“artisan”.

2. Images à l’envers
Pour graver les sceaux, le sculpteur,  artiste ou artisan qu’il soit – c’est difficile à dire – utilisait l’intaille, une technique dans laquelle les formes sont taillées à l’envers dans la pierre, pour pouvoir apparaître à l’endroit sur l’impression en relief. C’est un vrai défi et il suppose de penser la scène bien avant de la réaliser, peut-être sur un bout d’argile. Car tous les éléments de la scène doivent être pensés et réalisés à l’envers et sur une surface minuscule (la hauteur du sceau peut être de 1 cm) ! D’ailleurs, les petites dimensions des sceaux ont fait supposer que les sculpteurs des sceaux (en akkadien) étaient myopes !

Sceau ED, impression (© L. Battini)

Sceau ED, impression (© L. Battini)

Intaille inversée (© L. Battini)

Intaille inversée (© L. Battini)

3. Images à l’infini
Par sa nature même, le sceau se reproduit à l’infini: il produit une frise continue, sur le même support, l’argile, qu’elle soit sur des fermetures de portes ou des conteneurs ou sur des tablettes écrites. Dans les palais on a retrouvé plusieurs copie d’un même sceau. Mais on a trouvé par ailleurs, la répétition des figures d’êtres apotropaïques, nécessaires à la protection du roi et de la cour, surtout au Ier mill. av. J.-C quand la peur d’un basculement de la vie est si présente, au coeur même du pouvoir. La répétition de ces figures apothropaïques sert ici pour renforcer la protection. Mais la reproduction d’un même motif est, d’un autre côté, une manière de le faire mieux retenir (selon la fameuse formule du repetita iuvant). Encore aujourd’hui la répétition cultuelle ne nous dérange pas et même a un caractère rassurant.

Ce côté rassurant est très important pour saisir toute la complexité des sceaux : les Mésopotamiens étaient plus que nous aujourd’hui exposés et fragilisés par les phénomènes naturels, par les animaux et les maladies. Pour être rassurés, ils choisissaient des portes-bonheur de pierres bien précises, supposées porter chance, ce que nous appelons des ‘amulettes’, qui le plus souvent avaient  la forme d’un cylindre et qui pouvaient être incisés, les sceaux-cylindres… à suivre !

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Sceaux mésopotamiens et répétition”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/03/2019, https://ane.hypotheses.org/6993. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Sceaux mésopotamiens et répétition,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 24/03/2019, https://ane.hypotheses.org/6993.

Pour aller plus loin:
Boon, M. 2010. In Praise of Copying. Cambridge-London,Harvard University Press (disponible en ligne).
Charpin, D. 2008. Lire et écrire à Babylone. Paris, PUF.
Di Paolo, S. (ed), Implementing Meanings: The Power of the Copy between Past, Present and Future. An Overview from the
Ancient Near East. Münster, Ugarit Verlag.

  1. mais à forte valence symbolique []
  2. qui tout de même a été largement remise en question par l’art moderne, et par le déconstructivisme de R. Barthes à J. Derrida []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.