La déesse Ištar

DÉDIÉ À TOUTES LES FEMMES,
8 Mars 2019

La divinité féminine la plus importante du panthéon mésopotamien est Ištar, déesse de la fertilité, de l’amour et de la guerre. Elle est probablement  la plus complexe :  dans un hymne, c’est ainsi que la déesse est décrite «Sage fille de Sin, bien-aimée sœur de Shamash, je suis la Puissante à Borsippa ; je suis l’Hiérodule à Uruk, j’ai une lourde poitrine à Daduni, j’ai une barbe à Babylone, mais je suis (en fait) Nanaya Ishtar».

Au départ, elle cumule déjà deux personnalités distinctes : une déesse sumérienne de la fertilité de la terre et des hommes (Inanna) et une déesse sémitique de l’amour et de la guerre (Ištar). Mais une déesse de l’amour libertin, pas de l’amour marital : elle perturbe l’ordre social et familial, elle suscite le désir de l’acte sexuel. Les Mésopotamiens leur attribuèrent le même idéogramme, le poteau bouclé. En plus, comme les autres divinités, elle a été aussi identifiée avec un astre, Vénus, l’astre le plus brillant à œil nu à part le Soleil et la Lune. Et pour les Mésopotamiens la brillance est un trait spécifique des dieux. 

Mais, au cours de l’histoire Ištar a hérité de caractères différents selon les syncrétismes religieux qui en ont enrichi la personnalité. Ainsi l’Ištar d’Arbèles, l’Inanna de Kish, celle d’Akkad, ou l’Ištar de Ninive – juste pour en citer quelques unes – ne sont pas parfaitement égales à l’Inanna d’Uruk. Il est vraisemblable que dans la gestuelle, dans les mots prononcés sinon dans les rituels, ces déesses continuaient à se distinguer. D’ailleurs, encore au Ier mill. av. J.-C., lorsque Nabonide construit un temple à Inanna/Ištar, il le dédie à l’Ištar d’Akkad, signe que les Mésopotamiens faisaient bien la distinction entre les différentes formes divines. Cette genèse complexe explique pourquoi existent autant de traditions différentes sur cette déesse et pourquoi elle n’a pas encore fini de révéler toute sa personnalité. Elle est considérée parfois la fille du dieu céleste An, parfois sa femme ; dans d’autres mythes, elle est la fille de Nanna/Sin, dieu lune et la sœur d’Utu (sumérien)/Šamaš (akkadien), le dieu soleil. Dans d’autres variantes, elle est soit la fille d’Enlil, dieu suprême, soit d’Enki (sum)/Ea (akk), dieu de la sagesse.

Relief 'Burney', British Museum: Ishtar frontale, nue, et ailée
Relief ‘Burney’, British Museum: Ishtar frontale, nue, et ailée

Dans ses premières manifestations, fin du IVe mill/début du IIIe mill. av. J.-C., elle a été associée aussi à la déesse des céréales. Puis elle a plutôt repris les aspects de la déesse de l’amour libertin, c’est-à-dire du désir, des attraits physiques, du plaisir. Cet aspect est encore peu traité par les spécialistes, mais Inanna/Ištar est probablement la patronne des prostitués, hommes et femmes. Ištar possédait, en effet,  le pouvoir de changer les femmes en hommes et les hommes en femmes. Ce pouvoir lui vient probablement de sa duplicité : sous sa forme d’astre, en effet elle a un caractère androgyne : elle est occasionnellement représentée comme mâle et a alors une barbe. Car, en tant qu’Étoile du matin elle était homme et en tant qu’Étoile du soir elle est femme.
Dans certains sceaux du début du IIe mill . une statue nue et frontale la représente. A la même époque, pourtant, c’est son aspect guerrier qui est le plus développé, puisque c’est une époque de conflits interrégionaux qui amèneront à la formation des premiers États : comment mieux expliquer les guerres humaines sinon par l’influence de la divinité même qui protège la royauté ? Enfin, au Ier mill. av J.-C., l’aspect le plus mis en valeur de sa personnalité est la légitimation du pouvoir royal.

Vue cette histoire complexe, le nombre d’objets, animaux et plantes qui lui sont associés est très élevé et change beaucoup dans le temps et la recherche n’a donc pas encore dit son dernier mot. Pour citer les symboles les plus fréquents on peut mentionner, l’étoile à 6 ou 8 pointes incluse dans un disque, la rosette, probablement la grenade, la hampe bouclée, le lion, le scorpion, les poissons et probablement l’oie qui est devenue la colombe pour Astartée. La hampe bouclée est typique du IVe et du début du IIIe mill. av. J.-C., le lion du début du IIe millénaire et au Ier mill., l’étoile surtout pendant la 2e moitié du IIe mill. et au Ier mill. av. J.-C.

La popularité d’Inanna/ Ištar était universelle dans l’ancien Proche-Orient et, d’ailleurs le nombre important de ses centres de culte le démontre. Encore aujourd’hui elle fascine : son nom est repris par un personnage de jeux vidéos, une chanteuse franco-israélienne, plusieurs restaurants en Europe, une qualité de concombre, une série de titre de bandes dessinées et de mangas et aussi le 3e personnage de l’œuvre de Judy Chicago, The Dinner Party.

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.