La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie.

Des réponses ont été apportées à l’une des préoccupations des organisateurs de la Journée scientifique de l’IRN Decapan, qui s’est déroulée à la MAE de Nanterre sur le thème Populations en mouvement au Maghreb et dans les îles alentours à l’holocène, biologie et culture.  Quels sont les peuplements représentés et quelles sont leurs influences ? Quels sont les morphotypes humains holocènes et leurs métissages représentés dans les sites littoraux, atlasiques et sahariens (Mechtoïdes, capsiens, négroïdes) ? Quels sont les apports génétiques et leur métissage (ADN mitochondrial, chromosomes x et y) ? quelle est l’importance de la dérive génétique des Mechtoïdes à l’ouest de l’Algérie, au Maroc et dans les 7 îles qui composent l’archipel des Canaries ?

Les deux premières communications ont abordé ces questions et ont tenté d’y répondre. La première communication présentée par Djillali Hadjouis a installé le contexte des peuplements du Maghreb et du Sahara dès le Paléolithique supérieur en montrant les morphotypes des Mechta-Afalou, des Mechtoïdes gracilisés, des Proto-Méditerranéens et des populations mélanodermes du Sahara, métissées à la faveur de leur première rencontre dès le Néolithique ancien. L’installation des premières communautés capsiennes en Tunisie et en Algérie orientale dès le huitième millénaire s’est manifestée par certaines pratiques funéraires et des emprunts aux Mechtoïdes, qui ont maintenu pendant très longtemps, doute et suspicion, tant la complexité de ces deux peuplements d’hommes modernes était grande dès leur cohabitation. En effet, dès la première découverte de l’escargotière du Capsien supérieur de Mechta-el-Arbi, reconnue par Mercier en 1907 et fouillé par Debruge et Pond en 1928, la première constatation morphologique des sépultures, analysée bien plus tard, fut l’hétérogénéité de la population inhumée. Les 30 individus qui composaient cette nécropole n’étaient pas constitués des seuls Proto-Méditerranéens, mais conservaient également les représentants de l’Ibéromaurusien final à savoir des Mechtoïdes gracilisés ; et c’est sur la base de 2 individus, l’un masculin (n° 3), l’autre féminin (n°4) que la diagnose des Mechta-Afalou fut établie. Cette cohabitation des deux peuplements se manifeste également par un même rituel de l’avulsion des incisives, pratiquée chez les deux sexes, mais avec une différence notable chez les Capsiens, qui ont maintenu cette pratique en intégrant les deux ensembles maxillo-mandibulaires. La poussée expansionniste des Proto-Méditerranéens vers l’Est de l’Algérie, a contraint les Mechtoides à une première dérive génétique. Cette dernière fait suite à un effet de réduction des populations mechtoïdes à l’Est et au centre de l’Algérie. Une deuxième dérive génétique par effet d’insularité, intervenue aux alentours du Néolithique moyen a concerné les populations mechtoïdes de l’Algérie occidentale et du Maroc. Qu’en est-il alors des peuplements aborigènes de Tenerife, de Grande Canarie et des autres îles moins importantes ? (figure 1).

Fig. 1. Dès le VIIIe millénaire, l’expansion orientale des Proto-Méditerranéens capsiens pousse les Mechtoïdes vers le centre, l’ouest et le sud. Le haplogroupe de l’ADN mit. U6 b1, caractéristique des nord-africains, présent depuis 3600 ans dans les Canaries montre l’ancienneté de l’isolement insulaire des Mechtoïdes, © D. Hadjouis
Fig. 1. Dès le VIIIe millénaire, l’expansion orientale des Proto-Méditerranéens capsiens pousse les Mechtoïdes vers le centre, l’ouest et le sud. Le haplogroupe de l’ADN mit. U6 b1, caractéristique des nord-africains, présent depuis 3600 ans dans les Canaries montre l’ancienneté de l’isolement insulaire des Mechtoïdes, © D. Hadjouis

Les premières analyses génomiques réalisées par l’équipe de l’université de Tenerife sur les populations aborigènes de l’archipel canarien montrent non seulement l’importance des populations berbères dans le pool génique des Guanches et autres aborigènes canariens mais réaffirment la présence des autres peuplements du Maghreb et du Sahara, ainsi ceux d’Eurasie et du Proche-Orient dans une moindre mesure (Secher et al., 2014, Fregel et al ; sous-presse). Dans cette dernière livraison « Mitogenomes illuminate the origin and migration patterns of the indigenous people of the Canary Islands », Rosa Fregel et ses collaborateurs n’interprètent pas la présence d’haplogroupes proche-orientaux chez les Canariens, mais ce résultat confirme une réalité débattue depuis plus de 50 ans dans le milieu des anthropologues et des préhistoriens de l’Algérie en particulier et du Maghreb d’une façon générale.

En effet, l’analyse phylo-géographique des séquences complètes d’ADN mit. des populations indigènes canariennes montre des lignées qui ne sont observées qu’en Afrique du Nord centrale et les îles Canaries (H1cf, J2a2d et T2c1d3), tandis que d’autres suggèrent une distribution plus large, incluant l’Afrique du Nord-Ouest et centrale et dans certains cas, l’Europe et le Proche-Orient (U6a1a1, U6a7a1, U6b, x3a, U6c1). La présence du haplogroupe mitochondrial U6 en Afrique du Nord-Ouest pourrait tourner aux alentours des 20 000 ans dont les Ibéromaurusiens en seraient les porteurs. En revanche, la présence proche-orientale aux Canaries, pourrait suggérer également un stock génétique en provenance d’Algérie, notamment des sites capsiens ou ceux du Néolithique de Tradition capsienne, remettant au gout du jour une thèse apportant ici ses arguments de brassage à la suite des mouvements migratoires venant de l’Est. Deux possibilités s‘ouvrent à nous. La première propose un métissage proto-méditerrannéen/mechtoïde dès leur rencontre en Algérie orientale. Les sites du Capsien supérieur et du NTC possédant des individus mechtoïdes sont nombreux, en dehors de Mechta-el-Arbi : Ain Kéda, grotte des hyènes, Koudiat el Kherrouba, Damous el Ahmar, Djebel Fartas. La seconde, moins évidente suggère que les Proto-méditerranéens capsiens ou néolithiques de tradition capsienne aient participé à des mouvements migratoires vers les Canaries, indépendamment de leur rencontre avec les Mechtoïdes. L’éloignement des côtes atlantiques anéantit sérieusement ce scénario. Une troisième voie est possible balayant les deux précédentes. L’origine génétique du haplogroupe mitochondrial et du chromosome Y (E1b) des Canariens caractérisant les proche-orientaux natoufiens pourrait faire partie du cortège génétique des Homo sapiens Eurasiens pénétrant le Maroc, les côtes atlantiques, puis plus tard l’archipel des Canaries par le détroit de Gibraltar. De toute évidence, haplogroupes et sous-clades de l’ADN mitochondrial et du chromosome Y du génome des peuplements indigènes canariens, amènent à reconsidérer génétiquement dans l’autre sens, les deux peuplements mechtoïdes et proto-méditerranéens du Maghreb afin de situer la relation phylo-géographique des Capsiens dans un cadre plus global incluant Proche-Orient et Maghreb (Hadjouis, 2015).

Fig. 2. Extraction poudreuse de l’intérieur de la pyramide pétreuse d’un spécimen d’Afalou Bou-Rhummel, pour une analyse génomique par l’équipe AMIS de Toulouse, réalisée en mars 2016 à l’Institut de Paléontologie Humaine avec l’aimable autorisation du Pr Henry de Lumley, © D. Hadjouis
Fig. 2. Extraction poudreuse de l’intérieur de la pyramide pétreuse d’un spécimen d’Afalou Bou-Rhummel, pour une analyse génomique par l’équipe AMIS de Toulouse, réalisée en mars 2016 à l’Institut de Paléontologie Humaine avec l’aimable autorisation du Pr Henry de Lumley, © D. Hadjouis

Cette question, à l’ordre du jour depuis ces dernières années, sera proposée aux responsables de la recherche préhistorique algérienne dans un projet génomique des Homo sapiens incluant les hommes anatomiquement modernes du Paléolithique supérieur, de l’Epipaléolithique et du Néolithique de l’Algérie septentrionale et du Sahara central.

Djillali Hadjouis est paléontologue et paléoanthropologue, service archéologie du Val de Marne et UMR 5288 du CNRS, djillali.hadjouis@valdemarne.fr

Bibliographie
 Fregel,R., Ordóñez, A. C.,  Santana-Cabrera, J.,  Cabrera, V. M.,  Velasco-Vazquez, J.  Alberto, V.,  Moreno-Benítez, M. A.,  Delgado-Darias, T.,  del Carmen Rodríguez, A.  Hernández, J.-C.,  Pais, J.  González-Montelongo, R., Lorenzo-Salazar, J.-M.,  Flores, C., Cruz de Mercadal, M. C.,   Álvarez-Rodríguez, N.,  Shapiro, B.,  Arnay, M. and Bustamante, C. D.  Pre-print décembre 2018. Mitogenomes Illuminate the Origin and Migration Patterns of the Indigenous People of the Canary Islands. PLOS One 
Hadjouis, D. 2015. Peuplements de l’Afrique du Nord. L’encyclopédie berbère, 37: 6034-6052.
Secher, R., Fregel, J. M., Larruga, V. M., Cabrera, P. , Endicott, J. J. , Pestano,  A. M., González, 2014. The History of the North African Mitochondrial DNA Haplogroup U6 Gene Flow into the African, Eurasian and American Continents. BMC Evolutionary Biology 14 (5) : 109.

Vous pouvez citer cet article de cette façon : hadjouis, “La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie.”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6868. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: hadjouis, “La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie.,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 21/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6868.

7 réflexions sur « La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie. »

  1. Pour information, :

    En mars 2018 l’ADN AUTOSOMAL (donc pas imité à l’ADN mito ou au chromosome Y) de plusieurs squelette Ibéromaurusiens vieux de 15000 ans a été analysé par pour la première fois par des scientifiques.

    Voir http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?post/2018/03/16/G%C3%A9nomes-Ib%C3%A9romaurusiens-du-Maroc

    En Juin 2018, une étude a analysé en plus l’ADN de squelette du Néolithique marocain vieux de 7000 et 5000 ans, et a montré que, entre 20 et 50 % du patrimoine génétique des Maghrébins modernes serait issu des Ibéromaurusiens.

    Voir http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?post/2017/09/23/G%C3%A9nomes-anciens-au-Maghreb

    En Septembre 2018, une nouvelle étude a montré que les Ibéromaurusiens de Taforalt avaient une ascendance eurasienne de l’ouest ancienne (pour 55 %) et « nord-africaine ancienne » (pour 45 %) mais pas d’ascendance sub-saharienne.

    voir http://secher.bernard.free.fr/blog/index.php?post/2018/09/21/G%C3%A9nomes-anciens-de-deux-squelettes-du-Pal%C3%A9olithique-du-Caucase

    Voir aussi un résumé sur Wikipédia :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibéromaurusien#Génétique

    Cordialement

    1. Dans cette contribution qui fait suite à la rencontre de Nanterre, il est fait surtout mention de la relation génétique entre les Ibéromaurusiens et les Capsiens, absents du Maroc. Depuis déjà les années 1990, plusieurs analyses ADN mitochondriales et du chromosome y ont été réalisées sur du matériel anthropologique provenant de sites à Hommes anatomiquement modernes notamment du Maroc. Jusqu’à aujourd’hui, aucun résultat du génome des Homo sapiens d’Afrique du Nord n’existe si ce n’est nos propres tentatives avec le laboratoire AMIS du CNRS de Toulouse. La problématique Ibéromaurusiens/Capsiens d’Algérie, autrement dit Hommes de Mechta-Afalou et Proto-méditerranéens est encore et toujours discutée sans des analyses génomiques complètes, bien que les deux morphotypes soient totalement différents. Djillali Hadjouis

      1. Je vous suis pas bien.

        Vous dites  » Jusqu’à aujourd’hui, aucun résultat du génome des Homo sapiens d’Afrique du Nord n’existe si ce n’est nos propres tentatives avec le laboratoire AMIS du CNRS de Toulouse ».

        C’est vrai pour l’Algérie mais pas pour le Maroc puisque comme mentionné précédemment plusieurs génomes complets d’Ibéromaurusiens datant de 15 000 ans (pas seulement ADN mitochondriales et du chromosome y ) de Taforalt du Maroc puis des génomes de squelettes du Néolithique (7000 et 5000) au Maroc ont été séquencés en 2018 par une équipe de scientifiques.

        Ces génomes complets avec de nombreux autres sont disponibles sur le site de David Reich voir :
        https://reich.hms.harvard.edu/downloadable-genotypes-present-day-and-ancient-dna-data-compiled-published-papers

        Ce qui est très intéressant, c’est que chacun peut ainsi dorénavant comparer son génome (après l’avoir fait séquencé ) avec celui de ces Ibéromaurusiens du Maroc, ce que j’ai fait et détecté qu’environ 1/8 de mon génome était issu de cette population. (Les Maghrébins modernes ayant environ hérité entre 20 et 50% de leur génome de cette population démontrant donc une continuité génétique assez importante.)

      2. Ce n’est pas la peine de mentionner des références dont tout le monde connaît. Sur ce domaine je ne travaille que sur les populations d’Algérie et mon souci comme je l’ai mentionné n’est pas les ibéromaurusiens mais la relation génétique de ces derniers avec les capsiens.

  2. Si le capsien est absent au Maroc, je ne vois comment il aurait fait pour se retrouver aux Îles Canaries ?
    Quelqu’un peut nous renseigner sur les différents haplogroupes de l’ ibéromaurusien , ainsi que celui du capsien ? merci !
    De même si l’ibéromaurusien est spécifiquement marocain, comment il aurait fait pour se retrouver sur toute la zone Tellienne et littorale au nord de Algérie et de la Tunisie ?
    Si j’ai bien compris les capsiens sont concentrés surtout dans le Sud – Est de Constantine et le Sud – Ouest de la Tunisie (notamment Gafsa). Le génome majoritaire en Afrique du nord est le E-M81 (ayant pour ancêtres l’ Ibéromaurusien ou le Capsien) ?
    Un autre génome relativement important à certains endroits de l’Afrique du nord, le J1- M267 , proviendrait t’il du Capsien, Phénicien, juif ou proche Orient ?
    le génome R1 b est aussi relativement important autant que le subsaharien E1b1 a (V100), comment expliquer les relations génétiques detous ces divers haplogroupes ?
    Que veut dire l’extension d’Ouest en Est de l’haplogroupe E- M81 ?
    Pourquoi le j1-M 267 n’est souvent pas présent là où il est attendu, a t’ il des liens génétique avec le Capsien ou le subsaharien ?
    pourquoi les Guanches anciens sont très différents des nord africains actuels ? plutôt proche des européens !
    quel est l’haplogroupe caractéristique des Guanches ?
    Comment les Guanches et certains Berbères des montagnes nord africaines ont échappé complètement aux dominations étrangères ou arabes à l’exception de espagnoles (pour les Guanches au 15 ème siècle seulement) et des français à partir de 1871 pour les Berbères des montagnes.

    1. Monsieur,

      Votre question comporte en réalité 12 questions. je ne peux absolument pas répondre à des questions qui relèvent à la fois de génétique, d’Histoire antique, punique et moderne de l’Afrique du Nord et des Canaries, n’étant moi-même ni généticien ni historien. Je suis préhistorien et chercheur en paléoanthropologie, autrement dit, je cherche depuis plus de quarante années des scénarios qui pourraient convenir à telle ou à telle autre problématique. Nos sciences n’étant pas des sciences exactes, les réponses sont rarement satisfaisantes. Or vos questions veulent absolument des réponses. je vais essayer de répondre à certains de vos questionnements, quelque peu contradictoires et vous enverrai vers des publications qui pourront vous donner, non pas des réponses, mais des éclaircissements.

      D’abord l’Ibéromaurusien, à la fois concept chrono-culturel et lithique, n’est pas spécifiquement marocain. La diagnose des gisements princeps est connue en Algérie dans le site de la Mouilah dans la région de Maghnia ie, puis celle des représentants humains dans le site de Mechta-El-Arbi dans le Constantinois, puis dans l’abri-sous-roche d’Afalou (Bedjaia) en Algérie. Une centaine de sites représentatifs de cette culture est définie en Algérie puis au Maroc, notamment dans la grotte de Taforalt (Maroc oriental).

      Il n’y a pas de Capsien au Maroc, encore moins au Canaries, étant donné que dans cet archipel, les plus anciens sites sont datés de la Protohistoire.

      Les extensions d’Ouest en Est, ou plutôt les mouvements migratoires dans cette direction sont dûs à des phénomènes de dérive génétique, connus dans plusieurs populations humaines et animales. L’effet fondateur va donner naissance à ce qu’on appelle une spéciation dont les facteurs environnementaux sont capitaux (insularité, isolement continental …). Le développement de Capsiens protoméditerranéens en Afrique du nord oriental (notamment Tunisie et Algérie orientale) a dû favoriser cette dérive génétique des Ibéromaurusiens.

      Les Berbères des montagnes de l’Atlas n’ont pas échappé aux invasions, ils y ont fait face par de redoutables affrontements, bien connus dans l’Histoire, parfois, il est vrai une une acculturation a pris le dessus, que ce soit aux périodes puniques, pendant la romanisation ou la christianisation à l’époque byzantine.

      Concernant des précisions paléogénomiques, je vous renvoie vers ces publications de mes collègues :

      Fregel, R., Mendez, F.L., Bokbot, Y., Martin-Socas, D., Maria D. Camalisch-Massieu, Santana, J., Morales, J., Maria C., Avila-Arcos, Underhill, P.A., Shapiro, B., Wojcik, G., Rasmussen, M., Soares, A.E., Kapp, J., Sockell, A., Francisco J., Rodriguez-Santos, Mikdad, A., Trujillo-Mederos, A., Carlos D., Bustamante, 2018. Ancient genomes from North Africa evidence prehistoric migrations to the Maghreb from both the Levant and Europe, PNAS, Vol. 15, n° 26, pp. 6774-6779.

      Kéfi, R., Hechmi, M., Naouali, C., Jmel, H., Hsouna, S., Bouzaid, E., Abdelhak, S., Beraud-Colomb, E. et Stevanovitch, A. 2016. On the origin of Iberomaurusians : New data based on ancient mitochondrial DNA and phylogenetic analysis of Afalou and Taforalt populations, Taylor and Francis Online, pp. 147-157

      Lazaridis, I., Belfer-Cohen, A., Mallick, S., Patterson, N., Cheronet, O., Rohland, N., Bar-Oz, G., Bar-Yosef, O., Jakeli, N., Kvavadze, E., Lordkipanidze, D., Matzkevich, Z., Meshveliani, T., Brendan J. Culleton, Douglas J. Kennett, Pinhasi, R., Reich, D. 2018. Paleolithic DNA from the Caucasus reveals core of West Eurasian ancestry, BioRxiv. preprint.

      Marieke Van de Loosdrecht, Bouzouggar, A., Humphrey, L., Posth, C., Barton, N., Aximu-Petri, A., Nickel, B., Nagel, S., Talbi, E., El Hajraoui, M.A., Amzazi, S., Hublin, J.J., Pääbo, S., Schiffels, S. 2018. Pleistocene North African genomes link Near Eastern and sub-Saharan African human populations. Science, Vol. 360, Issue 6388, pp. 548-552

      Bien cordialement
      Djillali Hadjouis

  3. RÉPONSE À M. ERIC VELIN:
    Monsieur,

    Votre question comporte en réalité 12 questions. je ne peux absolument pas répondre à des questions qui relèvent à la fois de génétique, d’Histoire antique, punique et moderne de l’Afrique du Nord et des Canaries, n’étant moi-même ni généticien ni historien. Je suis préhistorien et chercheur en paléoanthropologie, autrement dit, je cherche depuis plus de quarante années des scénarios qui pourraient convenir à telle ou à telle autre problématique. Nos sciences n’étant pas des sciences exactes, les réponses sont rarement satisfaisantes. Or vos questions veulent absolument des réponses. je vais essayer de répondre à certains de vos questionnements, quelque peu contradictoires et vous enverrai vers des publications qui pourront vous donner, non pas des réponses, mais des éclaircissements.

    D’abord l’Ibéromaurusien, à la fois concept chrono-culturel et lithique, n’est pas spécifiquement marocain. La diagnose des gisements princeps est connue en Algérie dans le site de la Mouilah dans la région de Maghnia ie, puis celle des représentants humains dans le site de Mechta-El-Arbi dans le Constantinois, puis dans l’abri-sous-roche d’Afalou (Bedjaia) en Algérie. Une centaine de sites représentatifs de cette culture est définie en Algérie puis au Maroc, notamment dans la grotte de Taforalt (Maroc oriental).

    Il n’y a pas de Capsien au Maroc, encore moins au Canaries, étant donné que dans cet archipel, les plus anciens sites sont datés de la Protohistoire.

    Les extensions d’Ouest en Est, ou plutôt les mouvements migratoires dans cette direction sont dûs à des phénomènes de dérive génétique, connus dans plusieurs populations humaines et animales. L’effet fondateur va donner naissance à ce qu’on appelle une spéciation dont les facteurs environnementaux sont capitaux (insularité, isolement continental …). Le développement de Capsiens protoméditerranéens en Afrique du nord oriental (notamment Tunisie et Algérie orientale) a dû favoriser cette dérive génétique des Ibéromaurusiens.

    Les Berbères des montagnes de l’Atlas n’ont pas échappé aux invasions, ils y ont fait face par de redoutables affrontements, bien connus dans l’Histoire, parfois, il est vrai une une acculturation a pris le dessus, que ce soit aux périodes puniques, pendant la romanisation ou la christianisation à l’époque byzantine.

    Concernant des précisions paléogénomiques, je vous renvoie vers ces publications de mes collègues :

    Fregel, R., Mendez, F.L., Bokbot, Y., Martin-Socas, D., Maria D. Camalisch-Massieu, Santana, J., Morales, J., Maria C., Avila-Arcos, Underhill, P.A., Shapiro, B., Wojcik, G., Rasmussen, M., Soares, A.E., Kapp, J., Sockell, A., Francisco J., Rodriguez-Santos, Mikdad, A., Trujillo-Mederos, A., Carlos D., Bustamante, 2018. Ancient genomes from North Africa evidence prehistoric migrations to the Maghreb from both the Levant and Europe, PNAS, Vol. 15, n° 26, pp. 6774-6779.

    Kéfi, R., Hechmi, M., Naouali, C., Jmel, H., Hsouna, S., Bouzaid, E., Abdelhak, S., Beraud-Colomb, E. et Stevanovitch, A. 2016. On the origin of Iberomaurusians : New data based on ancient mitochondrial DNA and phylogenetic analysis of Afalou and Taforalt populations, Taylor and Francis Online, pp. 147-157

    Lazaridis, I., Belfer-Cohen, A., Mallick, S., Patterson, N., Cheronet, O., Rohland, N., Bar-Oz, G., Bar-Yosef, O., Jakeli, N., Kvavadze, E., Lordkipanidze, D., Matzkevich, Z., Meshveliani, T., Brendan J. Culleton, Douglas J. Kennett, Pinhasi, R., Reich, D. 2018. Paleolithic DNA from the Caucasus reveals core of West Eurasian ancestry, BioRxiv. preprint.

    Marieke Van de Loosdrecht, Bouzouggar, A., Humphrey, L., Posth, C., Barton, N., Aximu-Petri, A., Nickel, B., Nagel, S., Talbi, E., El Hajraoui, M.A., Amzazi, S., Hublin, J.J., Pääbo, S., Schiffels, S. 2018. Pleistocene North African genomes link Near Eastern and sub-Saharan African human populations. Science, Vol. 360, Issue 6388, pp. 548-552

    Bien cordialement
    Djillali Hadjouis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.