Amulettes, cachets et sceaux cylindres

Depuis l’époque néolithique acéramique et jusqu’à la dynastie sassanide, la Mésopotamie restitue des petits objets, le plus souvent en pierre, le plus souvent hauts de 2-3 cm et larges de 0.5-2 cm, ayant un dessin incisé en “intaille” (c’est à dire en creux, à l’envers de comment il doit apparaître). Ce sont des sceaux, qui se présentent sous deux formes: 1) cachet ; 2) sceau-cylindre.

Exemple de sceau-cylindre, moitié du IIIe mill.
Exemple de sceau-cylindre, moitié du IIIe mill.

 

Exemple de cachet, IVe mill av. J.-C.
Exemple de cachet, IVe mill av. J.-C.

Le cachet est un sceau en forme de bouton, d’ovale, ou de carré, portant sur sa base un décor inversé, d’abord géométrique puis figuratif. Le sceau-cylindre est un cylindre en pierre ou rarement en argile, portant à l’inverse un décor qui une fois déroulé le cylindre sur l’argile fraîche donnera une image à l’endroit. A partir de 2500 av. J.-C. le sceau peut comporter aussi une inscription, qui donne souvent le nom de son propriétaire.
Cachet et sceau-cylindre peuvent être des amulettes1, c’est-à-dire des “porte-bonheur”, supposés protéger la personne qui les porte de toute malchance, problème, difficulté. En effet, le trou central percé dans le sens de la hauteur du cylindre sert à faire passer la cordelette qui permet de porter l’objet sur soi, autour du cou ou fixé avec des épingles, comme montrent certaines images.

Mais leur but principal était de marquer la propriété : ils étaient utilisés ainsi pour garantir protection et inviolabilité d’un bien, d’une pièce, pour signer et valider les actes juridiques. Apposer son sceau sur la serrure d’une porte fermée servait à la rendre infranchissable: seulement en cassant le sceau – et donc en prouvant son infraction – une personne aurait pu entrer dans la pièce. Un sceau pouvait aussi servir pour protéger l’ouverture d’un conteneur, comme un sac, un vase en pierre, un coffre, une poterie… avant l’invention de la céramique à Tell Sabi Abyad (aujourd’hui en Syrie) on a retrouvé une coupe en pierre scellée : elle devait contenir quelque chose de précieux si on avait pris la peine de la rendre inviolable! Et le revers de l’argile sur lequel était apposé le sceau témoigne de plusieurs matériaux de ces conteneurs: empreintes de bois, de tissus, de roseaux… Apposer son sceau sur une tablette revenait à la signer, et pour cela chaque sceau a une iconographie différente. Et donc, si on perdait un sceau, c’était très grave, il fallait en dénoncer la perte à l’administration: des textes paléo-babyloniens indiquent le nom de celui qui a perdu un sceau, l’année, le mois et le jour présumé où il l’a perdu.

Pour l’archéologue le sceau est important pour pouvoir dater le niveau dans lequel il a été retrouvé, et pour saisir la pensée “philosophique”, c’est-à-dire le monde imaginaire, les peurs, les besoins des hommes de Mésopotamie. Car quand le sceau se diffuse à toute la société (vers la 2e moitié/fin du IIIe mill. av. J.-C.), les images qui y sont gravées sont très complexes et parfois incompréhensibles. Encore beaucoup d’archéologues pensent que si on arrive à expliquer l’image principale d’un sceau les autres dessins qui enrichissent l’image principale (dits éléments “secondaires”) ne sont pas importants. Or, il me semble difficile que ces éléments ‘secondaires’ aient été choisis par hasard et je pense qu’ils rentrent dans la compréhension du sceau. Si on n’arrive pas à tout expliquer, on a pas saisi qu’une partie de l’image.
A travers les sceaux on peut aussi suivre les évolutions de la propagande royale. Les sceaux royaux sont une vraie oeuvre d’art: l’imagerie est très complexe, le dessin est réalisé avec une maîtrise exceptionnelle, le choix des pierres révèle le status économique du propriétaire et a aussi des vertus apotropaïques2.
Mais on a aussi retrouvé quelques sceaux considéré appartenir aux dieux : vu que le dieu a une maison (son temple), des serviteurs (clergés et tout homme), et il doit garantir la validité des actes politiques (tablettes de traités internationaux), pourquoi n’aurait-il pas un sceau?
Il y a aussi des femmes qui possèdent des sceaux, des femmes de la cour, ou des scribes, en tout cas des femmes d’un certains statut social. En effet, avoir un sceau n’était pas l’apanage de tous : pour signer un document, les moins riches imprimaient sur l’argile fraîche la frange  de leur vêtement ou leur ongle qui valait comme preuve d’identité.

Ainsi, l’étude des sceaux est très riche : à travers le sceau on peut comprendre mieux la société, la justice, l’économie, l’art, l’artisanat, la politique, la religion, les mythes, la vie quotidienne… (à suivre)

 

Vous pouvez citer cet article de cette façon : Laura Battini, “Amulettes, cachets et sceaux cylindres”, dans Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6780. –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– Cite this article as: Laura Battini, “Amulettes, cachets et sceaux cylindres,” in Sociétés humaines du Proche-Orient ancien, 09/02/2019, https://ane.hypotheses.org/6780.

 

Bibliographie
Charpin, D. 1985. Des scellés à la signature : l’usage des sceaux dans la Mésopotamie antique. Dans A.-M. Christin (éd.), Écritures II: 13-24. Paris.
Charpin, D. 1990. Les divinités familiales des Babyloniens d’après les légendes de leurs sceaux-cylindres. Dans Ö. Tunca (éd.), De la Babylonie à la Syrie en passant par Mari. Mélanges offerts à Monsieur J.-R. Kupper : 59-78. Liège.
Charpin, D. 1998. Noms de personnes et légendes des sceaux en Babylonie ancienne. Dans A.-M. Christin (éd.), L’écriture du nom propre: 43-55. Paris.
Collon, D. 1987. First Impressions. Cylinder Seals in the Ancient Near East. Londres, British Museum Press.
Gibbson McG. & Biggs, R. D. 1977. Seals and Sealings in the Ancient Near East.Malibu: Undena Publications.

  1. en revanche tous les amulettes ne sont pas des sceaux []
  2. qui protègent du mal []

Laura Battini

Chargé de Recherche au CNRS (UMR 7192 – PROCLAC, Paris), spécialiste d’architecture et d’iconologie syro-mésopotamienne

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.